Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Juillet 2017

Climat : Trump pourrait revenir dans l'accord de Paris "dans les prochains mois" (Macron)

Le président français Emmanuel Macron s'est montré optimiste quant à un possible retour de Donald Trump sur sa décision de retirer les Etats-Unis de l'Accord de Paris sur le changement climatique, dans une interview accordée au Journal du Dimanche, à l'issue de la visite officielle de son homologue américain à Paris.
"Donald Trump m'a écouté. Il a compris le sens de ma démarche, notamment le lien qui existe entre réchauffement climatique et terrorisme. Il m'a dit qu'il allait essayer de trouver une solution dans les prochains mois", a-t-il indiqué à l'issue de la visite officielle de son homologue américain à Paris.
A son sens, M. Trump a perçu dans son propre pays "la mobilisation des villes, des Etats, du monde des affaires et de son propre entourage pour que les Etats-Unis restent engagés dans la lutte contre le réchauffement".
"On a parlé dans le détail de ce qui pourrait lui permettre de revenir dans l'Accord de Paris (...) C'est important de maintenir le dialogue pour que les Etats-Unis puissent à terme réintégrer le champ de l'action contre le réchauffement climatique et jouer le jeu du multilatéralisme", a ajouté Emmanuel Macron.
Pour sa part, le président américain a laissé planer le doute sur un éventuel revirement de position. "Quelque chose pourrait arriver en ce qui concerne l'Accord de Paris. Voyons ce qui se passe (...) Si quelque chose aboutit, c'est merveilleux. Si ce n'est pas le cas, ça sera tout aussi bien", a-t-il affirmé lors de la conférence de presse commune des deux dirigeants à l'Elysée.
L'Accord de Paris sur le climat a été signé par 195 pays et l'Union européenne en décembre 2015 à l'issue de la COP21. A ce jour, 147 pays représentant près de 85% des émissions de gaz à effet de serre l'ont ratifié. Barack Obama l'avait ratifié en octobre 2016 et son successeur, Donald Trump, a annoncé le retrait des Etats-Unis début juin dernier.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Snateg écrit à Tebboune et parle de corruption à la Sonelgaz

  La direction de la Sonelgaz est accusée par le Snateg de violation des droits des travailleurs et d’entrave à l’activité syndicale.

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».