Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Juillet 2017

Le Qatar accuse les Emirats d'avoir piraté son agence de presse

Le Qatar a fait savoir lundi qu'il croyait aux révélations du Washington Post selon lesquelles les Emirats arabes unis seraient responsables d'un piratage de l'agence de presse qatarie fin mai, un fait qui a contribué à déclencher une crise diplomatique entre Doha et ses voisins du Golfe.
Le Post, qui cite les services secrets américains, a rapporté dimanche soir que les Emirats arabes unis avaient fait en sorte que soient piratés fin mai les réseaux sociaux et les sites d'informations qataris dans le but de faire apparaître des citations fausses, mais particulièrement acérées, de l'émir du Qatar, ce qui a déclenché la crise en cours dans la région.
L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l'Egypte et Bahreïn ont imposé le 5 juin des sanctions diplomatiques, politiques et commerciales au Qatar, accusé de soutenir le terrorisme international et de vouloir se rapprocher de l'Iran.
Le Qatar avait indiqué fin mai que les pirates avaient fait apparaître sur internet des propos truqués de l'émir, une explication qui avait été rejetée par les Etats du Golfe.
"Les informations révélées dans le Washington Post (...) révèlent l'implication des Emirats arabes unis et de hauts responsables émiratis dans le piratage de Qatar News Agency", indique le service de communication du gouvernement dans un communiqué.
L'article "prouve clairement que ce piratage a bien eu lieu", a-t-il ajouté.
Anouar Gargach, ministre d'Etat émirati aux Affaires étrangères, avait auparavant estimé que l'article du Post était faux et a nié toute implication de son pays dans cette affaire.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Snateg écrit à Tebboune et parle de corruption à la Sonelgaz

  La direction de la Sonelgaz est accusée par le Snateg de violation des droits des travailleurs et d’entrave à l’activité syndicale.

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».