Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

L'Afrique progresse vers la création d'une grande zone de libre-échange d'ici octobre (COMESA)

L'Afrique progresse vers la création d'ici le 30 octobre d'une grande zone de libre-échange (ZLE) qui couvrira environ la moitié des pays du continent.
Cette zone serait formée de la fusion du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) et de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC).
Francis Mangeni, directeur des questions commerciales et douanières auprès du COMESA, rappelle dans une tribune parue lundi dans le quotidien kenyan The Star que 19 des 26 pays impliqués dans ce projet imaginé en 2008 ont déjà signé l'accord.
"Trois annexes non résolues ont fait que l'accord n'était pas complet et ceci a été invoqué par certaines parties comme justifiant le fait qu'elles ne pouvaient signer ou ratifier le document. Mais leur adoption a marqué un jalon dans les négociations, levant le dernier obstacle en faveur de la signature et de la ratification de l'accord", écrit-il.
Cette zone de libre-échange prévoit d'éliminer les tarifs douaniers sur une période de cinq à huit ans, dont 60 à 85% dès l'entrée en vigueur de l'accord.
Lorsque l'accord tripartite a été officiellement lancé en juin 2015, les chefs d'Etat ont établi un calendrier de 12 mois pour finaliser les négociations sur les tarifs douaniers. Le délai ayant expiré, les ministres compétents ont fixé en octobre 2016 une nouvelle date à avril 2017, qui a expiré à son tour.
Cette fois, "la date-butoir du 30 octobre devrait être différente en raison du risque existentiel manifeste que ferait peser sur la tripartite la création prévue fin 2017 de la Zone de libre-échange continentale (ZLEC)", explique M. Mangeni.
Voulue par l'Union africaine, la ZLEC doit fusionner le bloc COMESA-EAC-SADC avec la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC), la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'Union du Maghreb arabe (UMA) et la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD).

Xinhua


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: L'Opep surveille de près la production vénézuélienne

  Les stocks des pays de l’OCDE ont chuté en mars pour n'être plus que neuf millions de barils au-dessus de leur moyenne quinquennale.

"La relation Etat-entreprises est un vrai problème en Algérie"-Slim Othmani-(Audio)

    « Je suis administrateur d’une entreprise privée dont je suis actionnaire. Cette entreprise passe son temps à se battre contre la discrimination entre le public et le privé que pratique l’Etat ».

Monétiser la data, la nouvelle priorité du moment, selon Hadj Khelil

  « Actuellement, il n’y pas une activité humaine qui ne génère pas de la donnée et la donnée à une valeur monétique. Notre travail est de fabriquer de la valeur à partir de cette donnée », a déclaré Hadj Khelil, fondateur de la Startup Big-Mama en France, lors de son passage dans  l’émission « L’invité du direct » sur Radio M. La question à...