Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

Le FBI dévoile le système de financement de Daech via eBay et PayPal

Les terroristes de Daech réalisaient des transactions fictives via le site Web de ventes aux enchères eBay pour financer leurs activités criminelles aux États-Unis, relate le journal the Wall Street Journal citant des documents du FBI déclassifiés récemment.
Selon ces documents, le bénéficiaire des transferts était un certain Mohamed Elshinawy arrêté en 2016 dans l'État américain de Maryland pour complicité avec Daech. Il publiait sur eBay des annonces de vente d'imprimantes, tandis que ses complices jouaient le rôle des clients et viraient de l'argent au «vendeur» via le système de paiement PayPal. D'après le FBI, ces ressources visaient à «financer des attaques terroristes» ou, d'après Elshinawy lui-même, des «objectif opérationnels» de l'organisation sur le territoire des États-Unis. Au total, il a reçu des terroristes 8.700 dollars (7.400 euros).
D'après the Wall Street Journal, Elshinawy était un maillon d'un réseau terroriste global s'étendant du Royaume-Uni au Bangladesh qui utilisait ces schémas en vue du financement de Daech. La majorité de membres de ce réseau ont été arrêtés ou abattus lors d'une opération des services spéciaux occidentaux en décembre 2015.
À son tour, la société eBay a annoncé qu'elle coopérait avec les enquêteurs cherchant à établir si le site Web a été utilisé pour le financement du terrorisme.
«Nous ne tolérerons pas l'utilisation de notre plateforme de trading pour des activités criminelles», d'après la déclaration d'eBay citée par The Wall Street Journal.
Des filières de financement de Daech en Irak et en Turquie
Selon le journal, après les attentats du 11 septembre 2011 commis par Al-Qaïda, les services spéciaux des États-Unis et d'autres pays luttant contre le financement du terrorisme se sont principalement concentrés sur le suivi des transactions via le système bancaire traditionnel.
Pourtant, d'après le Groupe d'action financière (FATF), les terroristes utilisent également d'autres systèmes pour le transfert de petites sommes. Ils comprennent, par exemple, des transactions commerciales en ligne, des opérations avec des chèques bancaires et l'octroi des prêts via Internet, ainsi que la collecte de fonds via des réseaux sociaux.

Sputnik


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc - 33 activistes du Hirak comparaîtront devant la cour d’appel de Casablanca le 23 octobre prochain

Ces détenus et d’autres ont été arrêtés suite aux contestations qu’a connues le Rif, au nord du Maroc et qui avaient été déclenchés par la mort d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures fin octobre 2016 à Al Hoceïma. Selon le président de l'Association marocaine des droits de l'Homme, Ahmed Haij, leur nombre total se situe entre...

La privatisation ne touchera pas Naftal, Sonatrach, Sonalgaz, Air Algérie, SNVI et les banques publiques (Ahmed Ouyahia)

Pour le Premier ministre algérien, les banques publiques n’ont pas besoin de l’argent que leur rapporterait l’ouverture de 10 % de leur capital via la bourse. En revanche, a-t-il ajouté, la Bourse « a besoin de l’apport des chefs d’entreprises ».

Algérie - La CNEP, la BDL et la BADR lanceront leurs produits de finance islamique avant la fin de l’année (ministre)

Le ministre des Finances Abderrahmane Raouia, qui intervenait à l'Université du Forum des chefs d'entreprises (FCE), a rappelé que des banques, telles la Baraka, Al Salam, Trust ou encore AGB, proposaient déjà des produits islamiques.