Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

France: Le nombre de personnes radicalisées a augmenté de 60% en deux ans

Le nombre de personnes radicalisées en France a augmenté de 60% en deux ans, d'après les données du fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) publiées vendredi par le quotidien Le Figaro.
Créé en mars 2015, le fichier recense actuellement 18.550 signalements selon Le Figaro, alors qu'il en comptait 11.400 lors des attentats du 13 novembre 2015
"Le fichier évolue constamment, des individus y étant inscrits et d'autres en sortant selon une évaluation permanente des services de l'Etat", est-il précisé.
La proportion de personnes radicalisées est particulièrement forte dans les départements d'Île-de-France, du Nord, des Bouches-du-Rhône, du Rhône et des Alpes-Maritimes. Concernant les profils des signalements, 26% des concernés sont des femmes et 16% des mineurs. 34% des personnes signalées pour radicalisation sont des convertis, révèle le FSPRT.
Dans une interview publiée dans le numéro juillet-août de la revue des anciens de l'Ecole nationale française d'administration "L'ENA hors les murs", Laurent Nunez, qui dirige la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a indiqué que l'organisation terroriste Daesh orienterait sa stratégie "vers l'exacerbation de la menace endogène"
Cité par Le Figaro, le directeur général y décrit des "djihadistes frustrés qui conçoivent une action terroriste sur notre sol comme une alternative à un projet entravé de départ pour la zone syro-irakienne".
"Bien que privilégiant des modes opératoires simples contre des cibles vulnérables ou symboliques (...) ils peuvent chercher à commettre des actions de grande ampleur", a-t-il expliqué, ajoutant que les "primo-terroristes qui passent à l'acte nourrissent le caractère imprévisible de la menace et impriment à celle-ci une cadence opérationnelle soutenue".
Les signalements sont faits notamment par les préfectures via les états-majors départementaux de sécurité qui ont été en 2009 pour répondre "aux nouvelles formes de délinquance, relevant à la fois des violences urbaines et du banditisme classique - phénomènes de bandes, violences dans les établissements scolaires, criminalité liée au trafic de drogue et d'armes", indique Le Figaro.
D'autres signalements peuvent être faits par le Centre national d'assistance et de prévention de la radicalisation ainsi que par l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat).

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.

Les huit tares de l’économie algérienne sous l’œil d'un expert

  Selon Souhil Meddah, expert en économie, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, au mieux,  n’ont pas eu de politique économique et, au pire, ont fait de l’anti-économie.

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.