Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

Irak: Massoud Barzani défend son projet de référendum kurde

Le président du Gouvernement régional du Kurdistan (GRK) Massoud Barzani a défendu mardi son projet de référendum sur l'indépendance prévu le 25 septembre, après un vote de rejet de cette consultation par le Parlement irakien.
Le Parlement a autorisé le Premier ministre à "prendre toutes les mesures" nécessaires pour préserver l'unité du pays. Les députés kurdes ont quitté la séance avant le vote et ont ensuite publié des communiqués pour rejeter la décision du Parlement.
Les puissances occidentales redoutent qu'un référendum dans la région semi-autonome du Kurdistan irakien ne dégénère en un conflit avec le pouvoir central irakien et ne détourne l'attention de la lutte en cours contre l'Etat islamique.
Les voisins de l'Irak - Turquie, Iran et Syrie - sont eux aussi opposés au plébiscite, craignant qu'il n'alimente le séparatisme au sein de leurs propres minorités kurdes.
Les députés irakiens craignent que le référendum ne consolide le contrôle kurde sur plusieurs secteurs revendiqués à la fois par le gouvernement central à Bagdad et le GRK, notamment la ville de Kirkouk, la grande cité pétrolière qui borde la région autonome du Kurdistan. Peuplée de Kurdes et de non Kurdes, la ville a voté le mois dernier pour participer au référendum, ce qui a provoqué des tensions avec ses habitants arabes et turkmènes.
"Le référendum se tiendra au moment prévu (...). Le dialogue avec Bagdad reprendra après le référendum", a déclaré Massoud Barzani dans un communiqué publié sur le site officiel de son parti après le vote du Parlement irakien.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.