Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

Irak: Massoud Barzani défend son projet de référendum kurde

Le président du Gouvernement régional du Kurdistan (GRK) Massoud Barzani a défendu mardi son projet de référendum sur l'indépendance prévu le 25 septembre, après un vote de rejet de cette consultation par le Parlement irakien.
Le Parlement a autorisé le Premier ministre à "prendre toutes les mesures" nécessaires pour préserver l'unité du pays. Les députés kurdes ont quitté la séance avant le vote et ont ensuite publié des communiqués pour rejeter la décision du Parlement.
Les puissances occidentales redoutent qu'un référendum dans la région semi-autonome du Kurdistan irakien ne dégénère en un conflit avec le pouvoir central irakien et ne détourne l'attention de la lutte en cours contre l'Etat islamique.
Les voisins de l'Irak - Turquie, Iran et Syrie - sont eux aussi opposés au plébiscite, craignant qu'il n'alimente le séparatisme au sein de leurs propres minorités kurdes.
Les députés irakiens craignent que le référendum ne consolide le contrôle kurde sur plusieurs secteurs revendiqués à la fois par le gouvernement central à Bagdad et le GRK, notamment la ville de Kirkouk, la grande cité pétrolière qui borde la région autonome du Kurdistan. Peuplée de Kurdes et de non Kurdes, la ville a voté le mois dernier pour participer au référendum, ce qui a provoqué des tensions avec ses habitants arabes et turkmènes.
"Le référendum se tiendra au moment prévu (...). Le dialogue avec Bagdad reprendra après le référendum", a déclaré Massoud Barzani dans un communiqué publié sur le site officiel de son parti après le vote du Parlement irakien.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".

Condor annonce sa participation pour la troisième année consécutive au MWC 2018

Condor fera découvrir aux visiteurs du Mobile World Congress de Barcelone son nouveau Smartphone Allure M2.  

Bouteflika prêche une "conduite patriotique économique offensive, loin du protectionnisme stérilisant"

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé samedi à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées.