Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

Etats-Unis: Trump veut baisser les impôts des classes moyennes, pas des riches

Donald Trump a déclaré mercredi que son projet de réforme fiscale ne diminuerait pas les impôts versés par les Américains les plus riches, et qu'ils pourraient même augmenter.
"Les riches ne gagneront rien du tout avec ce plan. Nous visons les classes moyennes, nous visons l'emploi, l'emploi dans notre économie", a dit le président républicain rencontrant à la Maison blanche des élus de son parti et du Parti démocrate.
Le chantier des impôts est l'une des grandes promesses électorales du président républicain qui a réaffirmé mercredi son intention de mettre en oeuvre une réforme qui soit "favorable à l'emploi, aux familles et à l'Amérique".
Donald Trump va poursuivre ses consultations pour améliorer les chances d'adoption de la réforme au Congrès. Il va ainsi recevoir plus tard ce mercredi les chefs de file démocrates au Sénat et à la Chambre des représentants, Chuck Schumer et Nancy Pelosi, "pour des discussions bipartisanes sur l'agenda législatif à venir avec un accent particulier sur la réforme fiscale", a dit Sarah Sanders, porte-parole de la Maison blanche.
Concernant l'impôt sur les revenus, l'objectif avancé durant la campagne électorale de 2016 était de réduire le nombre de tranches d'imposition et de limiter le taux marginal d'imposition (frappant la tranche supérieure).
Concernant la fiscalité des entreprises, Trump veut réduire le taux d'imposition sur les sociétés, actuellement de 35%, au-dessus de la moyenne des pays de l'OCDE (24%), afin de rapatrier, espère-t-il, des "milliards de milliards de dollars" actuellement déclarés à l'étranger et de favoriser la croissance et les créations d'emplois sur le sol américain.
Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré la semaine dernière qu'il était probable que la réforme des impôts soit adoptée d'ici la fin de l'année. Mais il a admis mardi qu'il n'était pas certain de pouvoir faire baisser le taux de l'impôt sur les sociétés (IS) à 15%, comme promis par Trump pendant la campagne.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.