Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Novembre 2017

France: Collomb demande aux préfets d'expulser les étrangers représentant une menace pour l'ordre public

Le ministre de l'Intérieur a envoyé aux préfets une circulaire les sommant d'expulser "résolument" les étrangers représentant une menace pour l'ordre public, qu'ils soient en situation irrégulière ou détenus en fin de peine.
Gérard Collomb tire ainsi les conclusions d'un rapport de l'inspection générale de l'administration, qui a dénoncé des "dysfonctionnements graves" concernant le tueur de deux étudiantes le 1er octobre à Marseille.
Ahmed Hanachi, 29 ans, avait eu sept fois affaire à la police française sous sept identités depuis 2005, la dernière à Lyon, deux jours avant le double meurtre de Marseille. Il avait alors été mis en garde à vue à la suite d'un vol à l'étalage.
Le 30 septembre, en l'absence d'une autorité pour signer une "obligation de quitter le territoire français", et le parquet jugeant l'infraction insuffisamment caractérisée, ce ressortissant tunisien avait été libéré.
Dans sa circulaire, Gérard Collomb demande aux préfets de "mettre résolument en oeuvre les mesures d'éloignement" pour les étrangers représentant une menace pour l'ordre public.
"L'éloignement des étrangers en fin d'une peine d'emprisonnement doit être une priorité", écrit aussi le ministre de l'Intérieur.
Il demande aux préfets de faire en sorte que cette mesure soit anticipée "durant la phase d'incarcération".
Il rappelle que l'existence d'une menace à l'ordre public permet de refuser le bénéfice du délai de départ volontaire ou d'un titre de séjour et qu'une interdiction de retour en France devra être prise "systématiquement" dans ce cas de figure.
Cette notion de menace à l'ordre public doit notamment être fondée sur "une évaluation de la dangerosité de l'intéressé dans l'avenir", indépendamment des condamnations éventuellement déjà prononcées contre lui, insiste Gérard Collomb.
"Vous vous attacherez à placer en rétention les personnes concernées dès lors qu'elles présenteront un risque de fuite", ajoute le ministre de l'Intérieur.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Rencontre Me Ksentini- Bouteflika : La présidence de la République dément "catégoriquement"

"La présidence de la République dément catégoriquement, autant la véracité de l'audience que celle du contenu qui lui est accolé et considère qu'il s'agit là de pures affabulations".

Des champions nationaux [ LE BLOG ECO ]

Comment construit-on un tissu industriel performant ? La question paraît simple mais elle est au cœur de vastes débats académiques et politiques depuis plusieurs décennies.

Pour Hafid Derradji, Bouteflika n’a pas reçu Farouk Ksentini pour parler du 5e mandat

  Les déclarations de l’ex-président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme (CNCDDH), dissoute, Me Farouk Ksentini indiquant que le président de la République Abdelaziz Bouteflika souhaite briguer un 5è mandat ont fait réagir le célèbre commentateur sportif Hafid Derradji.