Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 22 Janvier 2018

L'urbanisation rapide de l'Afrique peut devenir le moteur de son industrialisation (ONU)

En 2035, la moitié de la population africaine sera urbaine, contre à peine un tiers en 1990. Cette urbanisation rapide implique de nombreux défis en termes d'infrastructures et de services, mais elle peut aussi être un vecteur du développement industriel du continent, à condition qu'elle soit mieux planifiée.
Un nouveau rapport des Nations Unies formule des recommandations concrètes sur la manière dont un cadre politique africain approprié peut exploiter la transition urbaine rapide du continent, selon un communiqué publié jeudi par l'ONU.
"L'urbanisation africaine ne s'est pas accompagnée d'une amélioration de la productivité agricole ni d'un développement du secteur industriel, comme cela a pu être le cas ailleurs", a déclaré Giovanie Biha, Secrétaire exécutive adjointe de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) lors du lancement à Kigali du dernier Rapport économique sur l'Afrique de la CEA, intitulé "L'industrialisation et l'urbanisation au service de la transformation de l'Afrique".
L'urbanisation "a au contraire favorisé l'essor du secteur des services, notamment informels. Afin d'éradiquer la pauvreté, les pays africains ont besoin de mettre en place des politiques industrielles qui permettront de générer les emplois qualifiés et les gains de productivité nécessaires à cette transformation structurelle de leurs économies", a-t-elle ajouté.
Notant qu'en 2035, la moitié de la population du continent sera urbaine, contre seulement un tiers en 1990, le rapport est aussi l'occasion de discuter des défis de l'industrialisation et de la transformation structurelle sur le continent africain.
Dans la plupart des 14 pays couverts par le Bureau sous-régional, la part du secteur manufacturier a stagné ou diminué au cours des dix dernières années alors que le secteur des services s'est rapidement développé.
Malgré un processus de transformation structurelle faible, les perspectives de croissance à long terme restent prometteuses en Afrique de l'Est.
Selon le rapport de la CEA, le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) en 2017 devrait rester au niveau de 2016, soit 5,6%, en baisse par rapport à la performance exceptionnelle des cinq dernières années. Le taux de croissance annuel moyen de l'Éthiopie est de 9,5% et celui du Rwanda de 7,2% entre 2012 et 2016, demeurant bien au-dessus de la moyenne du continent africain de 3,1% en 2017.
Andrew Mold, directeur par intérim du Bureau sous-régional de la CEA, a expliqué que la région bénéficie d'un effet d'accélérateur grâce aux investissements massifs réalisés dans le secteur des infrastructures et au dynamisme de certains secteurs tels que celui du tourisme. Cependant, ces investissements pèsent sur les équilibres budgétaires et de nombreuses contraintes structurelles demeurent telles que la faiblesse du crédit au secteur privé ou la volatilité des taux de change.

Xinhua


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FCE reconnait que ces participations aux tripartites étaient « illégales »

Paradoxalement, depuis sa création à ce jour, le FCE ne se contentait pas de participer aux tripartites mais y jouait aussi le rôle de locomotive du patronat algérien.

Algérie- Les importations n’ont reculé que d’un (1) milliard de dollars en 2017

Les exportations ont, en revanche, nettement augmenté à 34,76 mds usd en 2017 contre 30,02 mds usd en 2016 (+15,8%).

Algérie-La révision de la loi sur les hydrocarbures pourrait intervenir avant fin 2018

La révision de la loi sur les hydrocarbures prendra en charge non seulement" l’aspect fiscal mais aussi l’aspect légal, contractuel et tous les autres aspects relatifs à la loi", selon le P-dg de Sonatrach.