Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 17 Janvier 2018

Le changement climatique responsable de la faim et de la pauvreté de millions de personnes (FAO)

A la Conférence de l'ONU sur le climat (COP23), José Graziano da Silva, le chef de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a appelé mardi à exploiter les systèmes alimentaires afin de s'adapter au changement climatique et d'en atténuer les effets.
"Les émissions de gaz à effet de serre issues du secteur agricole sont appelées à augmenter dans le futur, contribuant ainsi au changement climatique, à moins que le monde n'adopte des manières de produire, de transporter, de transformer et de consommer de la nourriture durables et intelligentes face au climat", a averti à Bonn M. Graziano da Silva, cité par un communiqué de l'ONU.
"Le changement climatique pousse des millions de personnes dans le cercle vicieux de l'insécurité alimentaire, de la malnutrition et de la pauvreté", a déclaré M. Graziano da Silva."Nous sommes confrontés à une dure réalité : nous ne faisons pas assez d'efforts pour lutter contre cette énorme menace".
Le chef de la FAO a insisté sur le fait que les pays les moins développés et les petits Etats insulaires en développement étaient "particulièrement vulnérables" au changement climatique.
Notant cependant que nous ne devrions pas"être découragés par les défis à venir", M. Graziano da Silva a ajouté que la réalisation de l'Objectif Faim Zéro d'ici 2030 était toujours possible. "L'agriculture est le domaine où la lutte contre la faim et le changement climatique s'unissent pour trouver des solutions".
"Il ne s'agit pas seulement de transformer la manière dont nous produisons. Les efforts en faveur de l'adaptation au changement climatique et de l'atténuation de ses effets doivent être déployés pour l'ensemble du système alimentaire : de la production à la transportation, de la transformation à la consommation alimentaire, dans les zones rurales et urbaines", a indiqué M. Graziano da Silva.
La FAO a annoncé récemment que le nombre de personnes souffrant de sous-alimentation avait augmenté pour la première fois en l'espace d'une décennie, avec 815 millions de personnes souffrant de la faim.
Cette hausse est principalement due aux conflits et aux crises économiques, mais également à l'impact du changement climatique, en particulier lors des longues sécheresses en Afrique. Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, d'ici 2050, le changement climatique pourrait accroître de 20% les risques de souffrances liées à la faim et à la malnutrition.
A la COP23, la FAO a lancé un nouveau rapport intitulé 'Améliorer le suivi des efforts visant à s'adapter au changement climatique dans le secteur agricole' qui fournit un cadre de travail et une méthodologie en vue d'aider à élaborer des mesures qui permettront de mieux évaluer les efforts déployés en faveur de l'adaptation au changement climatique dans le secteur agricole.

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : L’ANEM a recensé plus de 450 000 offres d’emploi en 2017

Pour 2018, l’agence nationale de l’emploi prévoit 400 000 placements dans les secteurs économiques.

La BM accusée d’avoir modifié les indicateurs de Doing Business pour des motivations politiques

    Ces révélations fracassantes sur le classement Doing Business ont provoqué un tollé à Washington et semé le doute sur la crédibilité de cette institution financière multilatérale.

Les énergies renouvelables permettront à l’Algérie d’économiser 300 milliards de m3 de gaz (Bouteflika)

Le président de la République a indiqué que l’Algérie dispose actuellement de 4000 milliards de tonnes de réserves d’hydrocarbures prouvées et récupérables dont plus de la moitié en gaz naturel.