Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 23 Avril 2018

  •   AFP
  • dimanche 10 décembre 2017 11:36

Iran: Téhéran table sur une forte croissance en 2018

L'Iran table sur une croissance économique élevée en 2018/2019, a déclaré dimanche le président iranien Hassan Rohani en dépit de l'incertitude provoquée par la remise en cause de l'accord sur le nucléaire iranien par les Etats-Unis.

"La croissance économique atteindra l'an prochain 6,5%, secteur pétrolier inclus, et 7% sans le pétrole", a déclaré M. Rohani en présentant devant les députés le projet de loi de finances pour l'année iranienne 1397 (21 mars 2018 au 20 mars 2019).

Le gouvernement avait déjà tablé sur les mêmes taux de croissance pour l'année budgétaire en cours, mais selon la dernière prévision du centre de recherche du Parlement, le PIB ne devrait finalement croître que de 3,9%.

L'hypothèse de croissance retenue par le gouvernement est optimiste par rapport à d'autres prévisions.

Le Fonds monétaire international (FMI) estime pour sa part que l'économie iranienne, fortement dépendante du pétrole, devrait croître de 3,5% en 2017 et que la croissance devrait s'accélérer légèrement en 2018 et 2019 pour atteindre respectivement 3,8% et 4%.

L'amélioration de l'économie iranienne a été l'un des enjeux principaux de la présidentielle de mai ayant conduit à la réélection de M. Rohani.

Le premier mandat du président (2013-2017) a été marqué par une avancée diplomatique majeure avec la conclusion de l'accord de juillet 2015 sur le nucléaire iranien.

Ce texte a permis la réintégration de l'Iran dans le concert des nations après des années d'isolement et la levée des sanctions internationales liées au programme nucléaire de Téhéran, en échange de garanties offertes par la République islamique pour prouver qu'elle ne cherche pas à sa doter de la bombe atomique.

Mais les promesses de campagnes du président en matière économique tardent à se concrétiser alors que l'afflux d'investissements étrangers reste relativement limité et se retrouve même freiné par la menace du président américain Donald Trump de sortir son pays de l'accord nucléaire et de rétablir les sanctions économiques américaines


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Batimatc 2018 ouvre ses portes sous le signe de la transition numérique

  L’édition de cette année accorde un intérêt particulier à la transition numérique dans la construction en Algérie.

Algérie-Commerce : Plus de 8000 agents de contrôle seront déployés sur le terrain durant le Ramadan

    Les marchés spécifiques aux mois de Ramadan « visant à promouvoir la production nationale » seront ouverts au moins cinq jours avant le début du mois sacré.

Algérie : Le déficit commercial en recul de 83,6%, selon les douanes

  Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 96% durant les trois premiers mois de 2018 contre 75% à la même période de l'année précédente.