Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   AFP
  • dimanche 10 décembre 2017 11:36

Iran: Téhéran table sur une forte croissance en 2018

L'Iran table sur une croissance économique élevée en 2018/2019, a déclaré dimanche le président iranien Hassan Rohani en dépit de l'incertitude provoquée par la remise en cause de l'accord sur le nucléaire iranien par les Etats-Unis.

"La croissance économique atteindra l'an prochain 6,5%, secteur pétrolier inclus, et 7% sans le pétrole", a déclaré M. Rohani en présentant devant les députés le projet de loi de finances pour l'année iranienne 1397 (21 mars 2018 au 20 mars 2019).

Le gouvernement avait déjà tablé sur les mêmes taux de croissance pour l'année budgétaire en cours, mais selon la dernière prévision du centre de recherche du Parlement, le PIB ne devrait finalement croître que de 3,9%.

L'hypothèse de croissance retenue par le gouvernement est optimiste par rapport à d'autres prévisions.

Le Fonds monétaire international (FMI) estime pour sa part que l'économie iranienne, fortement dépendante du pétrole, devrait croître de 3,5% en 2017 et que la croissance devrait s'accélérer légèrement en 2018 et 2019 pour atteindre respectivement 3,8% et 4%.

L'amélioration de l'économie iranienne a été l'un des enjeux principaux de la présidentielle de mai ayant conduit à la réélection de M. Rohani.

Le premier mandat du président (2013-2017) a été marqué par une avancée diplomatique majeure avec la conclusion de l'accord de juillet 2015 sur le nucléaire iranien.

Ce texte a permis la réintégration de l'Iran dans le concert des nations après des années d'isolement et la levée des sanctions internationales liées au programme nucléaire de Téhéran, en échange de garanties offertes par la République islamique pour prouver qu'elle ne cherche pas à sa doter de la bombe atomique.

Mais les promesses de campagnes du président en matière économique tardent à se concrétiser alors que l'afflux d'investissements étrangers reste relativement limité et se retrouve même freiné par la menace du président américain Donald Trump de sortir son pays de l'accord nucléaire et de rétablir les sanctions économiques américaines


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Un accord d'exploitation du champ de Rhoude el Krouf signé entre Sonatrach, Alnaft et Cepsa

  Le gisement de Rhoude El Khrouf ( RKF) a été découvert au sein du périmètre contractuel du champ de Rhoude Yacoub, en septembre1992, suite au forage du puits RKF1 et a été mis en production le 31 mai 1996.

Algérie : Ouyahia répond aux critiques de Chakib Khelil

L’ex-ministre de l’Energie a critiqué, entre autres, le recours au financement non conventionnel, qu’il considère comme générateur d’inflation. 

Algérie: La commission chargée d'élaborer la liste des métiers pénibles a été installée

Selon le ministre, le nombre de retraités comparé aux cotisants est d’un retraité pour 2,5 cotisants alors que cette moyenne devrait être d’un retraité pour 5 cotisants.