Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Reuters
  • dimanche 10 décembre 2017 19:27

Energie-Pétrole: Possible stratégie de sortie de crise en juin

Le ministre du Pétrole du Koweit Essam el Marzouk a déclaré dimanche que l'Opep ainsi que d'autres producteurs étudieraient avant juin la possibilité d'établir une stratégie de sortie de l'accord de réduction de la production.
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et des pays extérieurs au cartel emmenés par la Russie ont convenu le 30 novembre de prolonger de neuf mois jusqu'à la fin 2018 leur accord de réduction de la production en vigueur depuis le début de l'année, se réservant cependant la possibilité d'y revenir dessus en cas de flambée des cours.
"Il y a toujours des réunions de la commission de surveillance ministérielle tous les deux mois et une étude sera menée sur la possibilité d'une stratégie de sortie (..) avant juin", a dit le ministre à la presse.
La prochaine réunion plénière de l'Opep aura lieu en juin et celle de la commission dite JMMC en janvier, à Oman.
La Russie, qui a cette année, et pour la première fois, réduit sa production de concert avec l'Opep, milite pour qu'un message soit clairement adressé au marché sur une éventuelle sortie de l'accord.
Elle redoute que les investisseurs anticipent une pénurie susceptible de provoquer une montée trop brusque des cours, ce qui inciterait les producteurs américains de pétrole de schiste, non concernés par l'accord d'encadrement, à augmenter encore leur offre et à continuer de gagner des parts de marché.
La Russie a en outre besoin de cours bien moins élevés que l'Arabie saoudite, pays moteur au sein de l'Opep, pour équilibrer son budget. Ryad, qui cherche à dégonfler son déficit budgétaire, compte pour sa part introduire en Bourse en 2018 sa compagnie publique Aramco, dont la valorisation bénéficierait à plein d'un prix du marché le plus haut possible.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FCE reconnait que ces participations aux tripartites étaient « illégales »

Paradoxalement, depuis sa création à ce jour, le FCE ne se contentait pas de participer aux tripartites mais y jouait aussi le rôle de locomotive du patronat algérien.

Algérie- Les importations n’ont reculé que d’un (1) milliard de dollars en 2017

Les exportations ont, en revanche, nettement augmenté à 34,76 mds usd en 2017 contre 30,02 mds usd en 2016 (+15,8%).

Algérie-La révision de la loi sur les hydrocarbures pourrait intervenir avant fin 2018

La révision de la loi sur les hydrocarbures prendra en charge non seulement" l’aspect fiscal mais aussi l’aspect légal, contractuel et tous les autres aspects relatifs à la loi", selon le P-dg de Sonatrach.