Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 23 Avril 2018

  •   Agences
  • samedi 16 décembre 2017 09:06

Energie: Le pétrole termine en ordre dispersé à Londres et New York

 


Les cours du pétrole new-yorkais et londoniens ont terminé en ordre dispersé vendredi, après le recul du nombre hebdomadaire de puits de pétrole actifs aux Etats-Unis, pour la première fois depuis cinq semaines.
Le baril de light sweet crude (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en janvier, référence américaine du brut, a gagné 26 cents pour clôturer à 57,30 dollars sur le New York Mercantile Exchange.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février a clôturé à 63,23 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 8 cents par rapport à la clôture de jeudi.
Le nombre hebdomadaire de puits de pétrole actifs aux Etats-Unis a décliné selon la société américaine Baker Hughes, passant à 747 puits, soit une baisse de 4 unités.
Cette baisse met fin à cinq semaines de hausse continue du nombre de puits de pétrole actifs dans le pays, une progression étant le signe avant-coureur d'une hausse de la production de brut à venir.
"Après autant de semaines de hausse, ce recul n'annonce pas la fin du monde. Mais il a une influence sur les marchés", a indiqué James Williams de WTRG.
La production américaine enchaîne déjà les records de production depuis six semaines, selon les statistiques du Département américain de l'Energie (DoE), le dernier rapport hebdomadaire publié mercredi ayant fait état d'une production de 9,71 millions de barils par jour, un niveau inégalé depuis que ces statistiques ont commencé à être compilées en 1983.
Le pétrole américain était également soutenu par la fermeture d'un oléoduc en mer du Nord, laissant anticiper une hausse des exportations venant des Etats-Unis pour palier la baisse de l'offre locale.
"Au moins 400.000 barils par jour ne pourront pas être acheminés dans un futur proche", a calculé Commerzbank, ajoutant qu'un rapport de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a réduit la perspective de production britannique de 300.000 barils par jour pour décembre en conséquence de cet engorgement.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Batimatc 2018 ouvre ses portes sous le signe de la transition numérique

  L’édition de cette année accorde un intérêt particulier à la transition numérique dans la construction en Algérie.

Algérie-Commerce : Plus de 8000 agents de contrôle seront déployés sur le terrain durant le Ramadan

    Les marchés spécifiques aux mois de Ramadan « visant à promouvoir la production nationale » seront ouverts au moins cinq jours avant le début du mois sacré.

Algérie : Le déficit commercial en recul de 83,6%, selon les douanes

  Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 96% durant les trois premiers mois de 2018 contre 75% à la même période de l'année précédente.