Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

Macron appelle Trump à respecter l'accord sur le nucléaire avec l'Iran

Emmanuel Macron a demandé jeudi à Donald Trump de respecter l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, à quelques heures d'une décision attendue du président américain sur l'éventuel rétablissement de sanctions à l'encontre de l'Iran.
L'Elysée a annoncé dans un communiqué que le chef de l'Etat français s'était entretenu au téléphone avec son homologue des Etats-Unis, pour évoquer notamment les relations avec l'Iran.
Il a rappelé "la détermination de la France en faveur d’une application stricte de l’accord" de 2015 et "l’importance de son respect par l’ensemble de ses signataires", précise l'Elysée.
"La bonne mise en œuvre de l’accord devait être accompagnée d’un dialogue renforcé avec l’Iran sur son programme balistique et sa politique régionale, afin de garantir une meilleure stabilité au Moyen Orient", ajoute la présidence française.
Cet accord encadre les activités nucléaires iraniennes en contrepartie d'une levée progressive de sanctions frappant la République islamique. Il a été conclu entre Téhéran et les puissances du groupe P5+1 (Etats-Unis, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine), après d'âpres négociations, sous le second mandat de Barack Obama.
La Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et l'Union européenne ont lancé jeudi un appel commun aux Etats-Unis pour qu'il soit préservé et estimé que Téhéran avait le droit de tirer profit de la levée des sanctions.
Cet accord est fragilisé depuis que Donald Trump a annoncé l'automne dernier son intention de ne pas certifier au Congrès américain que Téhéran en respecte les termes et laissé entendre que les Etats-Unis pourraient s'en retirer à terme.
Emmanuel Macron a aussi abordé avec lui le dossier nord-coréen, également très sensible, a précisé l'Elysée.
Il a estimé que la récente reprise des contacts intercoréens constituait un "signal positif".
"Le maintien de la politique de fermeté engagée par le Conseil de sécurité des Nations Unies devait permettre de faire émerger une solution politique et de progresser vers la dénucléarisation de la péninsule coréenne", ajoute l'Elysée.

Reuters

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...