Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

L'UA appelle à des efforts énergiques pour gagner la guerre contre la corruption en Afrique

Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a réitéré son appel à des efforts coordonnés pour lutter contre le fléau de la corruption sur le continent africain.
Dans un communiqué publié jeudi, M. Mahamat a appelé tous les pays membres de l'UA, les communautés économiques régionales, les agences de l'UA, ainsi que les organisations de la société civile, les simples citoyens et toutes les autres parties prenantes à travailler ensemble en 2018 et au-delà pour sortir le fardeau de la corruption de la vie des Africains, en particulier les groupes pauvres et marginalisés de la société qui sont les plus affectés.
M. Mahamat a souligné la nécessité de déployer davantage d'efforts malgré les activités déjà en cours pour faire face à ce problème.
En déclarant 2018 Année de la lutte contre la corruption, les organes décisionnels de l'UA ont donné une forte impulsion aux efforts collectifs du bloc panafricain pour assurer une Afrique pacifique et sûre.
"La corruption tue", a déclaré le président de la Commission de l'UA. "La corruption est une maladie endémique qui affecte la vie quotidienne des gens, que ce soit sous la forme de routes mal construites, d'inégalité d'accès à la santé et aux soins, de criminalité et de violence au sein de nos communautés ou au-delà des frontières, ou encore de distorsion des choix politiques par l'argent et l'avidité, entre autres problèmes de société", a-t-il dit.
Beaucoup de choses ont été faites au cours des 15 dernières années depuis l'adoption de la Convention de l'UA sur la prévention et la lutte contre la corruption, et les acteurs étatiques et non étatiques ont attiré l'attention sur les effets dévastateurs de la corruption sur les droits de l'Homme, et les droits civiques, politiques, sociaux et économiques, a rappelé M. Mahamat.
Des campagnes ont été organisées pour influencer les programmes nationaux, régionaux, continentaux et mondiaux afin de réclamer un changement systémique, a-t-il observé dans un communiqué.
En collaboration avec un large éventail de partenaires, les acteurs ont adhéré à des normes de lutte contre la corruption reconnus au niveau international, développé des approches et outils innovants, et mené des recherches afin d'approfondir la connaissance collective sur la corruption et ses nombreux aspects nuisibles, a déclaré le président, soulignant néanmoins qu'il restait encore beaucoup de travail à faire.
Le 30ème sommet de l'UA doit avoir lieu du 22 au 29 janvier à Addis Abeba, capitale de l'Éthiopie, avec pour thème "Remporter la lutte contre la corruption : une voie durable vers la transformation de l'Afrique".

Xinhua


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...