Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

Les Etats-Unis démentent avoir évoqué une annexion de la Cisjordanie

La Maison blanche a démenti lundi une information selon laquelle l'administration Trump aurait discuté avec les autorités israéliennes d'un projet d'annexion des colonies de peuplement en Cisjordanie.
Josh Raffel, porte-parole de la présidence américaine, a affirmé que cette information était fausse.
"Les Etats-Unis et Israël n'ont jamais discuté d'une telle proposition et la préoccupation du président demeure centrée sur son initiative de paix israélo-palestinienne", a-t-il dit.
"Sur la question de l'application de la souveraineté, je peux dire que j'en parle avec les Américains depuis un certain temps", a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d'une réunion avec les membres de son parti le Likoud à huis clos.
Netanyahu faisait référence à l'application du droit israélien dans les colonies de peuplement, un pas décisif vers l'annexion. Ces colonies sont pour l'instant sous la juridiction de l'armée qui occupe la Cisjordanie depuis 1967.
Certains observateurs estiment que les remarques de Netanyahu aux élus de son parti visaient surtout à apaiser les membres les plus orthodoxes de son gouvernement.
La déclaration a provoqué la colère des Palestiniens, déjà agacés par la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale de l'Etat hébreu, le 6 décembre.
Nabil Abou Rdainah, porte-parole du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a estimé qu'une telle annexion "détruirait tous les efforts pour tenter de sauver le processus de paix".
"Personne n'a le droit de discuter de la situation des terres palestiniennes occupées", a dit Abou Rdainah à Moscou où Mahmoud Abbas a des entretiens avec Vladimir Poutine.
Les deux dirigeants discuteraient de nouvelles options pour une médiation au Proche-Orient.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.