Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 20 Juin 2018

France: Des dispositions de la loi antiterroriste censurées par le Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel a censuré partiellement vendredi deux articles de la loi antiterroriste votée l'an dernier concernant les mesures individuelles de contrôle administratif et de surveillance, qui ont remplacé les assignations à résidence en vigueur sous l'état d'urgence.
Saisis d'une question prioritaire de constitutionnalité, les Sages ont invalidé une disposition limitant à un mois le délai de recours, par une personne qui en fait l'objet, contre ces mesures ou leur renouvellement, alors que le juge administratif dispose alors de deux mois pour statuer.
Il indique en outre que "le droit à un recours juridictionnel effectif impose que le juge administratif soit tenu de statuer sur la demande d'annulation de la mesure dans de brefs délais".
De même, ils ont jugé contraire à la Constitution le fait de limiter la contestation du renouvellement de ces contrôles administratifs ou assignations à résidence à la saisie d'un juge des référés du tribunal administratif appelé seulement à se prononcer sur les "atteintes graves et manifestement illégales" aux droits.
"En permettant que la mesure contestée soit renouvelée au-delà de trois mois sans qu'un juge ait préalablement statué, à la demande de la personne en cause, sur la régularité et le bien-fondé de la décision de renouvellement, le législateur a opéré une conciliation manifestement déséquilibrée", indiquent-ils.
Pour éviter les conséquences potentiellement "excessives" de sa décision sur les procédures en cours, le Conseil constitutionnel a donné au gouvernement jusqu'au 1er octobre pour s'y conformer.
S'il a validé les autres dispositions de la nouvelle procédure, il a bien spécifié que, compte tenu de la rigueur de la mesure contestée, elle "ne saurait excéder, de manière continue ou non, une durée totale cumulée de douze mois".
La QPC faisait suite à un recours des avocats de Farouk Ben Abbes, une militant islamiste de nationalité belge qui a été assigné à résidence à Toulouse pendant l'état d'urgence décrété après les attentats de novembre 2015 à Paris et Saint-Denis et qui fait l'objet depuis le vote de la nouvelle loi d'une mesure de contrôle administratif.
Le Conseil constitutionnel a déjà censuré en janvier une autre disposition de la loi antiterroriste, la création de "zones de protection ou de sécurité" à l'initiative des préfets en cas d'état d'urgence, estimant notamment qu'elle ne permettaient pas d'assurer l'équilibre entre respect de l'ordre public et liberté de circulation.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: "la fiscalité pétrolière a augmenté de 19% en 2018" (Sonatrach)

  Concernant les recettes d’exportation Sonatrach a réalisé 14,8 milliards de dollars jusqu'à fin mai dernier, en hausse de 17%, selon les chiffres officiels.

En prêtant davantage aux femmes, les banques tunisiennes pourraient stimuler la croissance (Rapport SFI)

  La Tunisie est considéré comme l’un de pays les plus progressistes en matière de droits des femmes dans la région MENA.

Algérie: La 51/49% restera une "ligne rouge" dans le secteur des hydrocarbures (Sonatrach)

Le futur cadre juridique relatif au secteur des hydrocarbures permettra une "clarification" du rôle du ministère de l'Energie, ainsi que ceux de l'Agence Alnaft et de l’ARH.