Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

L'Iran dément protéger le fils de Ben Laden, Hamza

L'Iran a démenti mardi accueillir sur son territoire et protéger le fils d'Oussama ben Laden, le fondateur d'Al Qaïda tué en 2011 au Pakistan, comme l'en accuse le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salman.
L'Arabie saoudite, dirigée par une monarchie sunnite, et l'Iran chiite se livrent depuis des années à une lutte d'influence régionale.
Dans un entretien accordé à CBS et diffusé dimanche, le prince Mohammed ben Salman a affirmé que l'Iran protégeait des responsables d'Al Qaïda, y compris des membres de la famille Ben Laden.
"Il y a notamment le fils d'Oussama ben Laden, le nouveau chef d'Al Qaïda. Il vit en Iran et travaille en dehors de ce pays. Il est soutenu par l'Iran", a dit le dirigeant saoudien.
Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Qasemi, a dénoncé un "mensonge éhonté".
Hamza ben Laden était l'un des membres de la famille qui s'est retrouvé en Iran après les attentats du 11 septembre 2001 à New York.
Selon des documents récupérés par les Américains après la mort de son père en mai 2011, Hamza a été assigné à résidence en Iran, au moins pendant un certain temps. On ignore où il se trouve aujourd'hui.
Depuis la mort de son fondateur, tué par les forces spéciales américaines, Al Qaïda est dirigé par son ancien adjoint, Ayman al Zaouahiri. Toutefois, ces dernières années, Hamza a diffusé plusieurs messages au nom du mouvement islamiste.
Bahram Qasemi a précisé qu'après l'intervention internationale en Afghanistan fin 2001, des membres d'Al Qaïda ont effectivement pénétré illégalement en territoire iranien mais ont été arrêtés et extradés vers leur pays d'origine. Parmi eux, des membres de la famille Ben Laden, de nationalité saoudienne.
"La fille de Ben Laden a ainsi été remise à l'ambassade d'Arabie saoudite à Téhéran", a dit le porte-parole à l'agence de presse Tasnim. "A la suite de contacts avec l'Arabie saoudite, d'autres membres de la famille Ben Laden ont été renvoyés à la frontière qu'ils avaient traversée illégalement pour entrer en Iran."
Dans l'entretien accordé à CBS, le prince Mohammed ben Salman accuse aussi l'Iran d'avoir recruté certains des Saoudiens qui ont participé aux attaques du 11-Septembre à New York, "afin de provoquer une rupture entre le Proche-Orient et l'Occident, entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis d'Amérique".
Mohamed ben Salman a entamé une visite aux Etats-Unis et doit rencontrer mardi Donald Trump à la Maison blanche.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Le groupe Sonatrach sollicité par l’Irak pour développer un champ pétrolier

  Il  a été question, également, lors de cette entrevue de la possibilité d’une participation de Sonelgaz et de Naftal à l’extension du réseau de transport de gaz en Irak.

Pétrole: Le prix du Brent monte à près de 75 dollars, à son plus haut niveau depuis 2014

  Les stocks de pétrole brut ont reculé selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

L'enquête britannique pour corruption viserait un marché impliquant l'aéroport d'Alger, selon Ultra Electronics

     En mars 2018, la SGSIA a lancé un appel d’offres pour une solution informatique de gestion aéroportuaire et la société britannique, après soumission, a obtenu le marché.