Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Avril 2018

Afrique: Les secteurs privé et public réaffirment leur soutien à la zone de libre-échange continentale

Les secteurs privé et public africains ont réaffirmé mardi leur soutien à la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC), un jour avant la signature de l'accord qui l'établira.
Miriem Bensaleh-Chaqroun, présidente de la Confédération du secteur privé du Maroc, a indiqué que les investissements de la ZLEC s'étendraient à différentes parties du continent, ce qui créerait un bon climat d'affaires en Afrique.
"Je suis surpris qu'un dirigeant africain en ce moment puisse douter ou débattre des avantages de ce qui va être signé ici", a déclaré Olusegun Obasanjo, ancien président du Nigeria, qui a souligné l'importance du commerce intra-africain pour le développement économique de l'Afrique.
Le président du Parlement panafricain, Roger Nkodo Dang, a qualifié la ZLEC de "salut" pour l'Afrique, soulignant que les pays africains doivent s'unir et commercer les uns avec les autres.
La ZLEC vise à créer un marché continental unique pour les biens et les services et à établir la libre circulation des hommes d'affaires et des investissements, ce qui, selon l'Union africaine (UA), accélérera la mise en place de l'Union douanière continentale et de l'Union des douanes africaines.
La ZLEC fera de l'Afrique la plus grande zone de libre-échange au monde par le nombre de pays participants depuis la création de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), selon l'UA.
Elle créera un marché africain de plus de 1,2 milliard de personnes dont le PIB est estimé à 2.500 miliards de dollars, a-t-elle indiqué.
La ZLEC éliminera progressivement les droits de douane sur le commerce intra-africain, ce qui facilitera le commerce des entreprises africaines sur le continent et leur permettra de profiter du marché africain en pleine croissance, a indiqué l'UA.
La Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique estime que la ZLEC pourrait stimuler le commerce intra-africain de 53,2% en supprimant les droits d'importation et doubler le volume commercial si les barrières non tarifaires sont également réduites.
Les responsables et experts africains ont toutefois fait observer qu'il pourrait encore y avoir des obstacles à la mise en oeuvre de la ZLEC.

Xinhua


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La Banque Mondiale s'engage à poursuivre son soutien à la Tunisie dans la réalisation de ses réformes

La Banque Mondiale a affirmé appuyer la Tunisie dans la réalisation de ses projets de réforme, afin de booster la croissance et répondre aux besoins socio-économiques du pays.

Algérie: L'inflation moyenne annuelle à 4,6% jusqu'à mars 2018

L'évolution des prix à la consommation en rythme annuel a été de 4,6% jusqu'à mars 2018, a appris l`APS auprès de l`Office national des statistiques (ONS).

Les assises nationales sur l’agriculture : un colosse aux pieds d’argile ! (contribution)

Des assises sur l’agriculture seront organisées le 23 du mois courant sous le thème ’’ l'agriculture au service de la souveraineté nationale ’’.