Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

La demande mondiale de pétrole devrait augmenter de 1,4 million de barils par jour en 2019 (AIE)

La demande de pétrole augmentera régulièrement en 2019 en raison de la solidité de l'économie mondiale et d'importantes difficultés d'approvisionnement pourraient apparaître d'ici la fin de l'année prochaine si l'Opep ne peut pas pallier la moindre pénurie d'offre, estime mercredi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).
Ce rapport sonne comme un avertissement adressé à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et à ses alliés dont les ministres se réunissent les 22 et 23 juin à Vienne pour discuter de leur accord d'encadrement de l'offre, qui court jusqu'à la fin 2018.
Selon l'AIE, la demande mondiale de pétrole devrait augmenter de 1,4 million de barils par jour (bpj) en 2019, pour dépasser 100 millions de bpj d'ici le deuxième trimestre de l'année. L'agence estime que la demande devrait croître au même rythme cette année, comme dans son dernier rapport.
"Un contexte économique solide et une hypothèse de stabilité des prix sont des facteurs importants. Les risques portent sur une hausse des cours et des tensions commerciales. Certains gouvernements envisagent des mesures pour atténuer les pressions sur les prix", explique l'agence basée à Paris dans son rapport mensuel.
"Il est possible que nous révisions à la baisse nos prévisions économiques dans les prochains mois. L'économie mondiale souffre de la hausse des prix du pétrole."
Les cours du pétrole ont bondi d'environ 50%, à environ 76 dollars le baril de Brent, depuis que l'Opep et d'autres pays emmenés par la Russie ont décidé fin novembre 2016 de réduire leur production de 1,8 million de bpj. Cet accord est entré en vigueur en janvier 2017.
Lors de sa réunion la semaine prochaine à Vienne, l'Opep discutera de l'évolution de sa production, en particulier à la lumière des baisses prolongées au Venezuela et de la perspective de nouvelles sanctions américaines contre l'Iran.
"Même si la baisse de production du Venezuela et de l'Iran est compensée, le marché sera juste équilibré l'année prochaine et vulnérable à une hausse des prix en cas de nouvelles perturbations. Il est possible que le tout petit nombre de pays qui disposent de capacités de réserve devront y avoir recours rapidement", prévient l'AIE.

Reuters


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.