Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 25 Mai 2017

  •   Selma Kasmi
  • lundi 2 février 2015 10:17

Le politologue Riadh Sidaoui : "Il y aura un rapprochement entre l'Arabie Saoudite et les Frères musulmans"

Le roi Salmane Abdelaziz, alors prince héritier, recevant le président islamiste égyptien déchu Mohamed Morsi (ph. : AFP/Ahmed Fouad).

Une semaine après l'intronisation de Salman Ibn Abdelaziz à la tête du royaume saoudien, le politologue tunisien Riadh Sidaoui, directeur du Centre arabe de recherche et d'analyses politiques et sociales (CARAPS, Genève), nous donne sa lecture des changements que le nouveau règne pourrait provoquer au Proche-Orient et en Afrique du Nord.

 

 

Maghreb Emergent : Après la mort du roi Abdallah, qu'est-ce qui changera effectivement, selon vous dans le paysage politique saoudien interne ? Le roi Salmane est-il plus progressiste que son prédécesseur ? Allons-nous observer l'émergence d'un nouveau débat citoyen par exemple dans ce royaume saoudien ?

Riadh Sidaoui : Vous savez, le nouveau roi est connu pour son conservatisme et son soutien affiché au wahabisme. Sur le plan de la politique politicienne, Salman Ibn Abdelaziz s'appuie sur des forces réactionnaires, notamment les groupes d'" al amr bil maarouf wa al nahy âan al moukar (la police des mœurs), ceux qui s'opposent, par exemple, à la conduite des véhicules par les femmes. Le conservatisme se maintiendra mais il y aurait, à mon avis, un rapprochement avec les Frères musulmans après la grande période de désamour entre l'Arabie Saoudite et cette confrérie islamiste pendant le règne du roi Abdallah Ibn Abdelaziz. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'y aura plus de guerre à l'encontre des Frères musulmans. De là à la reprise du fort appui saoudien dont ils jouissaient durant les années  1960 et 1970, je ne peux en être sûr. Mais du moins, une alliance avec les Frères musulmans est fort prévisible.

L'appui aux Frères musulmans supposerait un grand changement dans la politique internationale, n'est-ce pas ? Nous risquons de voir les alliances métamorphoser le poids des acteurs sur le terrain politique, notamment les poids des acteurs des conflits au Proche-Orient, en Afrique du Nord et dans la Péninsule arabique ...

Je pense que le changement de la politique saoudienne vis-à vis des Frères musulmans se déroulera en trois étapes. Tout d'abord, il y aura un arrêt des attaques médiatiques contre cette formation politique puis un soutien médiatique et financier aux Frères musulmans puis, enfin, une possible alliance Frères musulmans-wahabisme.

Il me semble que le nouveau roi essayera de se débarrasser progressivement de l'héritage de son prédécesseur et d'asseoir graduellement ses nouvelles donnes. Un rapprochement entre l'Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie est envisagé à moyen terme, concomitamment à un éloignement de l'Egypte et des Emirats arabes unis. Ces deux derniers, pays ont laissé voir dernièrement la création d'un pont entre eux.

Pour ce qui est de notre région maghrébine, l'Arabie Saoudite du roi Abdallah soutenait militairement l'armée libyenne de Khalifa Haftar, alors que d'après votre analyse, ce riche pays apporterait désormais son soutien au gouvernement de Tripoli, soutenu par les milices pro-Frères musulmans de Fadjr Libya. Sommes-nous à la veille d'un bouleversement spectaculaire du rapport de forces en Libye ?

Je souhaiterais préciser ici que le poids de l'Arabie Saoudite en Libye n'est pas aussi important qu'il l'est dans d'autres régions du Proche-Orient. De plus, je rappelle qu'une alliance entre l'Arabie saoudite et les Frères musulmans ne sera pas faite dans l'immédiat, mais plutôt à moyen terme. L'Arabie Saoudite poursuivra vraisemblablement son appui aux wahhabites partout dans le monde, notamment dans les zones de tension, et elle ira vers un soutien progressif des Frères musulmans. Nous avons déjà vu que le Hamas a vivement félicité le nouveau roi saoudien. Cela changera certainement beaucoup de données. De quelle ampleur ce changement sera-t-il? Cela reste à observer. Mais on peut dire déjà que nous pourrions nous attendre à des frictions avec certains alliés d'hier, comme l'Egypte, par exemple.


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

En prolongeant le bail des français à B2-Namous, Boumediene a hâté l'évacuation de la base de Mers el-Kébir - Général R.Benyelles

A ne pas manquer

Prev Next

L'Algérie propose la mise en place d'un comité OPEP-non OPEP pour l'évaluation du marché énergétique

Pour le ministre de l’Energie algérien, Noureddine Boutarfa il est nécessaire "d'évaluer le marché de manière plus globale et regarder l'impact de toutes les offres d'énergies notamment les renouvelables ainsi que le gaz et le pétrole de schiste, afin de pouvoir discuter entre producteurs et voir quelles mesures peuvent être raisonnablement prises".

Algérie-Immobilier : Le "Yes we can" de M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’ONIP

  Les promoteurs algériens sont à la hauteur et peuvent faire marcher le secteur de l’immobilier sans qu’il y a besoin de recourir aux entreprises étrangères, a estimé jeudi, M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’Organisation Nationale des promoteurs immobiliers (ONPI).

Algérie: Le campus industriel de Sanofi à Sidi Abdallah sera ouvert en 2018 (Haissam Chraiteh)

  Le plus important complexe de production de médicament de Sanofi en Afrique en cours de réalisation à Sidi-Abdallah, Alger, sera opérationnel en 2018 a confirmé mercredi, le PDG de Sanofi Algérie, Haissam Chraiteh.