Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 16 Janvier 2018

  •   Maghreb Emergent
  • mercredi 8 avril 2015 14:04

"Je doute que l’accord sur le nucléaire iranien soit respecté"-Toufik Hamel sur Radio M (audio)

Toufik Hamel, chercheur en histoire militaire et études de défense/ Y. Bouktache

Lors de son passage à l’émission l’Entretien de Radio M, la webradio de Maghreb Emergent, Toufik Hamel, chercheur en histoire militaire et études de défense, également membre du comité de lecture de  la revue Géostratégique, exprime son scepticisme quant l’aboutissement et l’applicabilité de l’accord sur le nucléaire iranien.

 

Conclu le 2 avril entre les grandes puissances et l’Iran, l’accord-cadre sur le nucléaire iranien « dépasse largement la question du nucléaire en soi », estime Toufik Hamel. Pour lui, si cet accord sera maintenu, «  nous assisterions à un bouleversement des alliances  dans la région, notamment celles concernant les pays arabes –qui ont peur-  et Israël qui -s’y oppose- ».

Pour ce spécialiste des questions militaires, « les iraniens sont en train de négocier leur place au sein du Moyen Orient, et il se pourrait qu’une place centrale  leur soit réservée ». Dans cette nouvelle configuration qui se dessine,  quelle sera la place de l’Arabie Saoudite et de l’Egypte ? M. Hamel pense que les pays arabes et Israël sont dans le même camp, à tel point  que l’Etat hébreu « se montre  de plus en plus ouvert à la vente des armes américaines pour les pays arabes, à leur tête l’Arabie Saoudite ».

Sur la question du nucléaire en soi, l’invité de Radio M rappelle que les pays en voie de développement qui ont commencé à développer l’énergie nucléaire à partir des années 60, dont l’Algérie, l’ont fait «pour répondre à leur demande énergétique tout d’abord, puis pour aller vers le développement de l’arme nucléaire qui n’est pas en contradiction avec  le traité de non-prolifération ». Et de préciser que «  les Iraniens ont suivi exactement ces mêmes démarches ».  

L’Iran n’a donc pas contrevenu aux conventions internationales

L’Iran n’a donc pas contrevenu aux conventions internationales en la matière. Simplement, son émergence  en tant que  puissance régionale aurait un effet psychologique sur tous les chiites habitants les pays arabes, et  qui sont, pour la plupart d’entre-eux,  marginalisés. « Cela encouragerait  les chiites à s’émanciper », a opiné le spécialiste des questions militaires qui ne croit pas au caractère ethnique ou communautaire de ces conflits tel qu’on les présente. « Ces conflits ne sont, en effet, qu’une guerre pour l’accession aux ressources naturelles de la région », a-t-il déduit.

Relevant la contradiction de la politique américaine- qui tient d’un coté un discours contre la prolifération des armes nucléaires, mais qui, en réalité, a aidé l’ Israël, l’Inde et le Pakistan à développer leurs armes nucléaires-, M .Hamel doute de la volonté des Américains d’aller jusqu’au bout de la signature de cet accord prévu le 30 juin prochain.              

« Je doute que cet accord soit respecté », a-t-il lancé. Et d’expliquer : « Il suffit juste d’observer l’opposition des  Républicains et même de beaucoup de Démocrates du Congrès américain ». A ce facteur intra-Congrès, Toufik Hamel ajoute celui de  « l’implication des autres alliés régionaux des Etats-Unis, comme  Israël, les pays du Golfe notamment ». Car, « l’intervention militaire des Saoudiens et leurs alliés au Yémen n’est que l’une des premières réactions à cette signature du pré- accord nucléaire », a-t-il encore expliqué.

L’Arabie saoudite va chercher à développer l’arme  nucléaire

L’invité de la webradio pense, par ailleurs,  que l’Arabie Saoudite emboitera le pas à l’Iran et cherchera à développer son propre armement nucléaire, tout comme d’autres voisins du Golfe et même l’Egypte. Il cite, dans ce sens, « des échanges très tendus entre des sénateurs américains et des responsables saoudiens, qui menaçaient de  développer leurs capacités nucléaires  militaires au cas où on permettrait à l’Iran de le faire ». M. Hamel rappelle aussi que le  Bahrein et les Emirats ArabesUnis, ont déclaré publiquement qu’ils iront dans le cas échéant, vers le développement leurs capacités nucléaires et militaires. L’Egypte pourrait faire de même.

 Pour lui, le choix d’un pays de développer son armement nucléaire obéit à des facteurs sécuritaires et non pas à sa possession de compétence ou de savoir-faire. « En termes techniques, ce qui distingue le civil du militaire dans le développement du nucléaire au sein d’un pays, c’est une question d’enrichissement. Mais dans le fond, c’est une question politique. Car,  on peut  avoir les capacités et  le savoir-faire sans développer l’arme nucléaire.  C’est le cas, par exemple de l’Allemagne et du Japon », a-t-il expliqué.

Ecouter l’émission :


Évaluer cet élément
(12 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Ouyahia va-t-il lâcher Haddad ?

Le Premier ministre a décidé d’annuler  sa participation à la conférence-exposition que le FCE (Forum des chefs d’entreprise)  organise conjointement avec la Sonatrach et la Sonelgaz, à partir de demain pour  sauver sa probable « rencontre avec son destin ».

Algérie : le complexe gazier de Tiguentourine a produit près de 9 milliards m3 en 2017

 Le complexe  de Tiguentourine  produit,  en moyenne, entre 22 et 23 millions de m3/jour.

Algérie : Sonatrach va louer des équipements en Italie pour raffiner son pétrole brut

  11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.