Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Février 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • vendredi 2 décembre 2016 10:40

Moscou accuse des services étrangers d'organiser une cyberattaque contres des banques russes

 Le siège des services russes (FSB) à Moscou (DR)

Les services secrets russes (le Service fédéral de sécurité -FSB ) accusent des services de renseignement étrangers d'avoir préparé les cyberattaques contre le système financier de la Russie.

 Des "services secrets étrangers" préparent une cyberattaque contre la Russie, visant notamment à déstabiliser son système financier, ont accusé vendredi les services secrets russes (FSB).

"Le FSB a reçu des informations concernant la préparation par des services secrets étrangers d'une cyberattaque d'envergure pour déstabiliser à partir du 5 décembre 2016 le système financier russe, en particulier les activités de plusieurs grandes banques russes", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Les "centres de commandement" et les serveurs nécessaires à la réalisation de cette attaque appartiennent à l'hébergeur internet ukrainien BlazingFast, a affirmé le FSB.

 Selon le FSB, les responsables de cette cyberattaque vont notamment "envoyer en masse des SMS et publier des messages provocants sur les réseaux sociaux et sur les blogs à propos d'une crise du système financier russe" aux habitants de plusieurs dizaines de villes russes. Le FSB a déclaré mener des "actions" pour enrayer cette cyberattaque.

 De son côté, le directeur de BlazingFast, Anton Onopriïtchouk a démenti dans une déclaration toute implication dans des cyberattaques, soulignant que sa société fournissait "des services pour se protéger (de cyberattaques), pas pour mener des attaques".

 "Pour l'instant, personne ne nous a contacté concernant ce communiqué" du FSB, a-t-il ajouté. "Nous essayons d'analyser cette situation mais il s'agit de très nombreuses adresses IP et cela peut prendre beaucoup de temps".  Mais selon le site russe Sputnik, la société d'hébergement ukrainienne BlazingFast qui a confirmé avoir de la clientèle aux Pays-Bas et a promis de faire une enquête.

 La mise en cause (et en garde) du FSB survient quelques jours après des accusations contre la Russie émanant des occidentaux.  Le chef des services secrets allemands a mis en garde contre les piratages informatiques notamment en provenance de Russie.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Vidéos

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ?

Vidéos

Ali Hamani, président de l’APAB: "Les prix des boissons augmenteront en 2017"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- « La pénurie de médicaments va être encore plus grave les prochains mois » (FAM)

  Lors d’une conférence de presse organisée aujourd’hui à Alger, la Fédération algérienne du médicament a tiré la sonnette d’alarme sur les effets indésirables causé par  la restriction d’importation de matières premières indispensables pour la fabrication de médicaments.

2016 a connu une hausse sensible des prix de détail de produits alimentaires de base (ministère du Commerce)

Ces hausses ont ainsi touché les prix des légumes secs et ceux de produits d'épicerie comme les pois chiches dont le prix moyen a flambé à 240 DA/kg en 2016 contre 165 DA/kg en 2015 (+46%), les lentilles à 190 DA/kg contre 161 DA/kg (+18%).

L'Algérie compte sur les nouvelles technologie pour alléger la pression sur ses universités surchargées (OBG, document)

  Un rapport de la Commission Européenne sur l’enseignement supérieur en Algérie daté de 2012 a fait état d’universités surchargées, bridées par une gestion inadéquate et un manque de ressources. « Chaque année nous recevons jusqu’à 10 000 candidatures mais nous ne pouvons accepter que 2500 étudiants, laissant ceux qui ne sont pas retenus en proie à la frustration et au désarroi, »...