Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Mars 2017

  •   Aymen Zitouni
  • mercredi 21 décembre 2016 14:21

L’accord de libre-échange Maroc-UE n’est pas applicable au Sahara Occidental, estime la Cour de justice de l’Union européenne

 La cour de justice de l'Union européenne (DR)

 La Cour de justice de justice européenne (CJUE) a estimé, dans un arrêt rendu ce mercredi, que les accords d’association et de libéralisation conclus entre l’UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental. L'accord est validé mais son champ d'application clairement précisé.

 

 La cour a annulé de ce fait un arrêt du tribunal de l’UE qui avait invalidé l’accord en décembre 2015 provoquant la colère de Rabat et poussant les autorités européennes à faire appel devant la CJUE.

 La CJUE a décidé que l’accord de libre-échange contre le Maroc et l’UE en 2012 n’est pas annulé mais en précisant clairement qu’il ne s’applique pas au Sahara Occidental.

 « La Cour annule donc l’arrêt du Tribunal qui avait conclu dans le sens contraire et rejette le recours en annulation formé par le Front Polisario à l’encontre de la décision du Conseil de conclure l’accord de libéralisation », indique le communique de la CJUE.

 La décision de la CJUE donne satisfaction au Maroc en validant l’accord de libre-échange mais elle le fait sur la base d’une argumentation qui insiste sur le fait qu’au plan du droit international, le Sahara Occidental ne fait pas partie du «territoire du royaume du Maroc ».

 

 Le Sahara Occidental ne fait pas partie du "territoire du Royaume du Maroc"

 

La CJUE par du constat que l’accord de libre-échange ne se réfère à aucun moment au Sahara Occidental et que l’arrêt du tribunal «a omis de tenir compte de l’ensemble des règles de droit international applicables dans les relations entre l’Union et le Maroc, comme l’exige pourtant la convention de Vienne de 1969 sur le droit des traités ».

 La CJUE valide dans le traité mais en déterminant de manière précise son champ d’application qui est le « territoire du royaume du Maroc » dans lequel le Sahara Occidental n’est pas inclus.

 La Cour relève tout d’abord que «compte tenu du statut séparé et distinct garanti au territoire du Sahara occidental en vertu de la charte des Nations Unies et du principe d’autodétermination des peuples, il est exclu de considérer que l’expression « territoire du Royaume du Maroc », qui définit le champ territorial des accords d’association et de libéralisation, englobe le Sahara occidental et, partant, que ces accords sont applicables à ce territoire. »

 Pour la CJUE, la pratique internationale veut que si un traité s’applique au-delà d’un territoire souverain, « ce traité doit le prévoir expressément, qu’il s’agisse d’un territoire se trouvant sous la juridiction de cet État ou bien d’un territoire dont l’État en question assure les relations internationales ».

 La conséquence de cette règle est qu’elle «s’oppose donc elle aussi à ce que les accords d’association et de libéralisation soient jugés applicables au Sahara occidental. ».

 

Lire l'arrêt de la Cour européenne :Les accords d’association et de libéralisation conclus entre l’UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental


Évaluer cet élément
(8 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • Non, Mr; le tribunal ayant clairement défini que le champ d'application du traité de libre-échange ne concerne pas le Sahara Occidental a, en toute logique, décidé que le Polisario n'est pas qualifié à intenter une action en justice. Cela n'enlève rien au droit du Polisario d'agir pour toute affaire concernant le Sahara Occidental. Maghreb Emergent a donné en bas de l'article un lien vers le communiqué de la Cour européenne de justice, il suffit de le lire.

    Rapporter Zloty jeudi 22 décembre 2016 13:49
  • vous semblez ignorer que le tribunal a remis en cause la représentativité du polisario et c'est très important car dorénavant le polisario ne pourra jamais intenter un action en justice devant la cour européenne .tout projet initié l'avocat algérien Bejaoui tombe à l'eau

    Rapporter marocain jeudi 22 décembre 2016 01:07
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d'oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement victimes de contrefaçon locale, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.