Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Akram Belkaïd (Paris)
  • vendredi 17 février 2017 08:31

[Le Blog ECO] : Après la Chine, l’Allemagne dans la ligne de mire de Trump

 

Donald Trump qui a déjà démontré sa capacité à prendre des décisions sans vraiment réfléchir aux conséquences immédiates pourrait  être tenté par un bras de fer commercial avec l’Allemagne même si pour le moment ses cibles sont le Mexique et la Chine.

 

 

Parmi les sujets récurrents en matière d’actualité économique, le match commercial entre l’Allemagne et la Chine figure en bonne place. L’année dernière, après la publication des chiffres 2015, la Chine a été proclamée numéro un mondial du commerce extérieur devant son rival germanique.

 Une consécration qui a alimenté nombre de débat à commencer par celui concernant la place de la Chine au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et le refus des Etats Unis et de l’Union européenne (UE) de lui accorder le statut de pays à économie de marché en raison de ses pratiques jugées protectionnistes.

 

L’Allemagne reprend la tête

 

 Cette fois, la tendance vient de s’inverser. La publication récente des soldes des comptes courants démontre que l’Allemagne est repassée en tête en 2016. Pour mémoire, la balance des paiements courants est un agrégat qui prend, principalement en compte le solde commercial et les échanges de services. C’est donc un excellent indicateur quant aux performances exportatrices d’un pays.

En 2016, donc, l’Allemagne a affiché un excédent des comptes courants de l’ordre de 297 milliards de dollars (257 milliards de dollars en 2015). De son côté, la Chine n’a enregistré «que» 245 milliards de dollars de solde positif (293 milliards de dollars en 2015). Du coup, le vieux débat à propos de «l’égoïsme» de l’Allemagne a refait surface.

 Pour résumer, ce pays est accusé de trop exporter au détriment de ses partenaires européens. Plus encore, Berlin est mis en cause pour la faiblesse de ses importations et la réticence de ses autorités à se lancer dans un plan massif d’investissements. Pourtant le besoin existe ne serait-ce que dans le domaine des infrastructures dont un nombre important a vieilli.

Mais la chancelière Merkel ne l’entend pas de cette oreille. Pour elle, la consommation intérieure demeure forte et l’afflux des réfugiés contribue à augmenter la demande. En clair, pas question que l’Allemagne ne consente plus d’efforts pour équilibrer sa balance commerciale.

 

 Trump veut un rééquilibrage

 

L’affaire se corse néanmoins avec la nouvelle donne américaine. A plusieurs reprises Donald Trump a critiqué plusieurs pays dont il estime qu’ils ne jouent pas le jeu de l’ouverture commerciale. Outre le Mexique, et à un degré moindre le Canada, le nouveau président américain a surtout ciblé la Chine et l’Allemagne. Et ce ne sont pas les 478 milliards de dollars de déficit des comptes courants enregistrés par les Etats Unis d’Amérique en 2016 qui vont calmer le jeu.On attend donc avec impatience la première rencontre entre Trump et Merkel – déjà en opposition sur d’autres sujets à l’image de celui des réfugiés.

Pour autant, on imagine mal l’administration américaine décider de taxer le « made in Germany ».  En effet, la moindre mesure coercitive et unilatérale qui serait prise par les Etats Unis entrainerait une réaction commune de l’ensemble des membres de l’Union européenne (UE). Pour les exportateurs américains, y compris de services, ce serait une très mauvaise nouvelle.

 Pour autant, le président Trump a déjà démontré sa capacité à prendre des décisions sans vraiment réfléchir aux conséquences immédiates. L’homme qui a promis de faire revenir les emplois aux Etats Unis pourrait ainsi être tenté par un bras de fer commercial avec l’Allemagne. A moins qu’il ne procède par élimination, en décidant de s’en prendre d’abord au Mexique et à la Chine.

 

LIRE AUSSI : [Le blog ECO] : A quand le match Trump vs China ?

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.