Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Azzelarab Moumeni (MAP)
  • vendredi 14 juillet 2017 17:57

Le Maroc et la Russie veulent donner une dimension stratégique à leurs relations (Bourita)

 

 Le royaume est devenu  le deuxième partenaire de la Russie aux niveaux arabe et africain.

 

Le Maroc et la Russie ont l’ambition commune de renforcer davantage les relations bilatérales et de leur donner une dimension stratégique, a souligné le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita.

Les entretiens jeudi avec le vice-Premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch ont montré le grand intérêt de la Russie à développer les relations bilatérales, de leur donner un contenu concret ainsi que sa volonté à consolider le partenariat stratégique approfondi entre les deux pays et à mettre en œuvre les accords signés lors de la visite de SM le Roi Mohammed VI à Moscou en mars 2016, a indiqué M. Bourita à la MAP à l’issue des travaux de la 6ème session de la commission mixte maroco-russe de coopération économique, scientifique et technique.

En outre, le ministre a salué le niveau atteint par les secteurs traditionnels de la coopération bilatérale notamment dans les sous-secteurs des tomates, agrumes, poisson, pétrole et gaz, notant que le Royaume est devenu aujourd’hui le deuxième partenaire de la Russie aux niveaux arabe et africain et rappelant que le Maroc fournit 35 pc des besoins de la Russie en tomates et 20 pc en poissons alors que la Russie satisfait 15 pc des besoins du Maroc en gaz.

A cet égard, le ministre a mis l’accent sur la nécessité de promouvoir ces secteurs de coopération et de leur impulser une nouvelle dynamique à travers la suppression des obstacles existant et la mise en place de plateformes de gaz à même d’assurer l’exportation du gaz russe à partir du Maroc vers d’autres régions ainsi que la création de joint-ventures en matière de pêche afin d’éviter les problèmes liés aux quotas.

Il a, dans le même contexte, souligné le besoin d’ouverture sur de nouveaux domaines de coopération eu égard à l’expérience du Maroc, passerelle vers le continent africain et le monde arabe, dans les domaines des énergies renouvelables, de l’industrie automobile, de l’aéronautique et autres industries et ce, afin de tirer profit de ces facteurs pour attirer les investissements russes dans plusieurs secteurs prometteurs à l’instar du tourisme et de l’industrie pharmaceutique et pour réaliser des investissements conjoints.

“Notre ambition est de transformer et améliorer la forme du partenariat en s’orientant plus vers l’investissement et le développement des domaines de ce partenariat en accordant davantage d’intérêt aux secteurs à forte valeur ajoutée tels que l’industrie et la technologie et d’œuvrer à attirer de nouveaux partenaires et acteurs”, a assuré M.Bourita.

Par ailleurs, il a souligné que “le Maroc peut constituer la porte d’entrée de la Russie vers l’Afrique et lui permettre de nouvelles perspectives pour aller ensemble vers d’autres régions”, compte tenu de la forte présence du Royaume dans le continent en étant le premier investisseur dans la région d’Afrique de l’Ouest et le deuxième investisseur dans tout le continent africain ainsi que de la crédibilité dont il jouit auprès des pays africains et de l’existence des entreprises et des banques marocaines dans de nombreux pays africains.

 


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.

Algérie: 60 % des énergies renouvelables devraient être dirigés vers le secteur agricole

  Les petits agriculteurs constituent la catégorie ayant le plus besoin de l’énergie solaire pour assurer l’irrigation des terres.

E-commerce: De nouvelles possibilités pour l’économie algérienne (contribution)

  On aborde régulièrement l’e-commerce en Algérie, de la législation à développer pour protéger les consommateurs aux contraintes locales liées à cette activité, quel est l’impact des entreprises spécialisées dans ce domaine sur l’économie locale? Et quelles formations dispensent-elles à notre jeunesse?