Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

  •   Ahmed Bounour
  • samedi 7 octobre 2017 08:28

La Banque mondiale dégage 36 millions de dollars pour le Yémen

Les fonds proviennent du Programme mondial de la Banque mondiale pour l'agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP).

 

Une aide financière de 36 millions de dollars vient d’être décidée par la Banque mondiale en coopération avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) au profit du Yémen afin de lutter contre la famine qui touche ce pays.

D’après la FAO, cette aide devrait bénéficier à  « plus de 630 000 personnes pauvres et en situation d'insécurité alimentaire au Yémen (plus de 30 pour cent d'entre elles sont des femmes) et à renforcer la résilience agricole, sur le long terme, dans le pays déchiré par les conflits ».

Concrètement, l’aide financière qui sera dégagée par la Banque mondiale et gérée par la FAO prendra la forme d’un projet sous l’intitulé : «Amélioration et restauration de la production agricole des petits agriculteurs » (SAPREP). Les fonds alimentant ce projet, qui s’étalera sur une période de trois ans, proviennent du Programme mondial de la Banque mondiale pour l'agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP), précise la FAO sur son site web.

« Avec près de 17 millions de personnes confrontées à des niveaux d'urgence et de crise d'insécurité alimentaire aiguë , le Yémen traverse actuellement la pire crise humanitaire au monde. Le conflit en cours a gravement affecté le secteur agricole et a eu un impact dévastateur sur la sécurité alimentaire, la nutrition et les moyens d'existence des yéménites », explique l’organisation onusienne. 

« La subvention permettra à la FAO de soutenir des projets prioritaires tels que ceux liés au renforcement de la sécurité alimentaire et à la réparation des ressources en eau, qui devraient permettre d'améliorer la production, les revenus et la nutrition des petits agriculteurs, tout en renforçant la capacité des intervenants impliqués dans les divers projets liés à la subvention », poursuit la même source.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.