Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Ahmed Bounour
  • mercredi 18 octobre 2017 08:13

Le développement de l’agriculture, une solution pour prévenir les conflits (FAO)

 « Le G7 a permis de refocaliser notre attention sur le besoin de rendre les systèmes alimentaires plus durables grâce aux approches territoriales », a déclaré le directeur général de la FAO.

 

Le développement de l’agriculture et l’amélioration des conditions de vie dans les zones rurales sont les meilleures solutions pour faire face aux conflits mais également aux phénomènes de migration. C’est l’idée défendue par José Graziano da Silva, Directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), lors de la réunion des ministres de l'agriculture du G7 ouverte lundi à Bergame, en Italie.

D’après le directeur général cette option devrait être érigée au rang de priorité dès l’année 2018 afin de prévenir les conflits et avec eux la famine et les migrations. Un effort particulier devrait être déployé par les Etats afin de mettre en marche cette dynamique avec la contribution du groupe du G7 qui réunit les sept premières puissances économique de la planète. Il s’agit, pour rappel, des Etats-Unis, du Japon, de l’Allemagne, de la France, du Royaume-Uni, de l’Italie et du Canada.

La FAO co-préside, notons-le, le Groupe mondial sur les migrations des Nations unies aux côté de l’Organisation internationale pour les migrants.

La priorité, selon le directeur général de la FAO, est de « soutenir les interventions destinées à prévenir les risques et à faire face aux chocs en insistant sur la résilience, en investissant dans le renforcement des moyens d'existence et en encourageant des méthodes inclusives et participatives liées à l'accès et à l'utilisation des ressources naturelles ».

Par ailleurs, José Graziano da Silva a indiqué que  « le G7 a permis de refocaliser notre attention sur le besoin de rendre les systèmes alimentaires plus durables grâce aux approches territoriales et nous saluons la reconnaissance du rôle essentiel joué par les femmes et les jeunes pour parvenir à la sécurité alimentaire, ».

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.