Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 24 Mai 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • mercredi 1 novembre 2017 17:23

Une procédure pour résilier le contrat italien de Cevital à Piombino

Il y a quelques jours, l’ambassadeur d’Italie à Alger a déclaré qu’Issad Rebrab « était en  contact direct avec le ministre italien de l’économie Carlo Calenda ».

 

Le gouvernement italien compte lancer une procédure, à partir de demain, en vue de résilier le contrat ayant  permis au groupe Cevital d’acquérir le complexe sidérurgique de Piombino, il y a trois ans (Dans la région de Toscane). Selon la presse italienne, un ultimatum a été donné par les autorités italiennes au président du groupe Cevital pour trouver un partenaire industriel afin  de mettre en marche le complexe sidérurgique. Ultimatum qui a expiré mardi.

C’est le ministre italien de l’économie Carlo Calenda qui avait donné cet ultimatum à l’industriel algérien. Aucune déclaration n’a été faite aujourd’hui par les autorités italiennes à ce propos, mais, selon la presse locale, le compte-à-rebours aurait été bel et bien enclenché.

Le complexe sidérurgique de Piombino a été acquis par le groupe Cevital en 2014, mais très vite les syndicats des travailleurs appuyés par le maire de cette ville ont émis des réserves quant à la solvabilité du groupe algérien. Les travailleurs qui craignaient de voir le groupe procéder à des licenciements massifs afin de pourvoir faire fonctionner le complexe, ont engagé un véritable bras de fer avec le repreneur algérien. Le complexe compte en tout quelque 1150 employés, dont un millier était déjà en chômage technique en 2016, selon les autorités italiennes.

Il y a quelques jours, l’ambassadeur d’Italie à Alger, Pasquale Ferrara a déclaré, dans un entretien accordé au magazine Oil and gas Business, qu’Issad Rebrab « était en  contact direct avec le ministre italien de l’économie Carlo Calenda. Ensemble, ils sont en train de gérer cette phase critique du sort de l’aciérie ». Il a ajouté, néanmoins, que les deux hommes  « se sont fixé un rendez-vous pour la fin octobre pour déterminer le sort de l’usine ». Un euphémisme pour parler de la date d’expiration de l’ultimatum fixé par le gouvernement italien.

 

 


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Tenez bon Monsieur Rebrab,qu Allah vous aide et vous préserve de tout malheur .Bonne chance

    Rapporter Ghaib Abdennacer jeudi 2 novembre 2017 19:54
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Exxon mobil achètera de la Sonatrach la totalité de la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta pour les dix prochaines années

Toute la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta, acquise par la société nationale des hydrocarbures, sera achetée par Exxon mobil pour une durée de dix années, a déclaré le conseiller du PDG de la Sonatrach lors d’une conférence de presse.

Discrimination public-privé: L’Etat veut casser le secteur privé des assurances

Les entreprises publiques d’assurance et AXA ont un pouvoir illimité de souscription des assurances entreprises PME-PMI, tandis que les compagnies privées sont limitées en la matière à moins de 500.000.000 DA

Violence et réalités parallèles, les tendances des programmes de télévision algériennes

Une semaine après le début du mois Ramadhan, le constat que fait un téléspectateur des chaînes de télévisions  algériennes, publiques et privées,  est que la tendance des productions cette année  est à l’anachronisme et le voyage dans le temps pour les séries comiques et à la violence pour les caméras cachés ainsi que  les feuilletons dramatiques.