Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Reuters
  • lundi 6 novembre 2017 09:31

Arabie saoudite : Mohamed ben Salman, étend son pouvoir après une purge d'ampleur

Des analystes estiment que ce coup de balai dans les hautes sphères va permettre au prince Mohamed de faire avancer son ambitieux programme de réformes.

 

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohamed ben Salman, a confirmé sa montée en puissance en ordonnant ce week-end une spectaculaire vague d'arrestations pour corruption touchant les plus hauts cercles de la famille royale et des milieux d'affaires.
Onze princes, des dizaines d'anciens membres du gouvernement, quatre ministres en exercice et d'importants hommes d'affaires ont été arrêtés à la demande d'un nouvel organe de lutte contre la corruption. Cette institution a été créée samedi soir par le roi Salman qui en confié la présidence au prince héritier, son fils préféré de 32 ans, sorti de l'ombre il y a trois ans et qui ne cesse de monter en puissance.
Parmi les personnalités arrêtées figure le prince Alwalid ben Talal, neveu du roi, homme d'affaires milliardaire et principal actionnaire de la société d'investissement Kingdom Holding, présente un peu partout dans le monde. Il est notamment accusé de blanchiment d'argent et d'extorsion de fonds, apprend-on de source autorisée.
Cette épuration anti-corruption dans les cercles politiques et financiers du royaume a visé aussi le prince Miteb ben Abdallah, relevé de ses fonctions de ministre de la très puissante Garde nationale et remplacé par Khaled ben Ayyaf.
Le prince Miteb, fils préféré du défunt roi Abdallah et considéré un temps comme possible prétendant au trône avant l'ascension du prince Mohamed, est accusé de détournement de fonds et d'embauches fictives.
Il aurait aussi accordé de nombreux contrats publics à ses propres entreprises, dont un à hauteur de 10 milliards de dollars pour fournir à l'armée des gilets pare-balle et des talkie-walkie.

Détenus au Ritz-Carlton

"La patrie ne pourra pas exister tant que la corruption ne sera pas éradiquée et que les corrompus n'auront pas rendu compte de leurs actes", dit le décret royal qui crée le nouvel organisme anti-corruption.
Il s'agit de répondre aux "agissements d'esprits fragiles qui ont fait passer leur propre intérêt et leurs gains avant les intérêts publics", précise le décret.
Le prince Mohamed, MbS, comme on le surnomme, avait amorcé cette révolution de palais au mois de juin. Il avait alors évincé son cousin et aîné, le prince Mohamed ben Nayef, qui était promis au trône et qui occupait le poste de ministre de l'Intérieur.
Au fil de l'année écoulée, MbS est devenu l'ultime décideur du royaume dans de nombreux domaines de la politique, que ce soit la défense, l'économie ou les affaires étrangères.
Désormais à la tête de la Garde nationale, le futur roi, qui occupe déjà les fonctions de ministre de la Défense, a consolidé sa mainmise sur les différentes forces de sécurité du royaume, longtemps partagées entre les différentes lignées de la famille souveraine. MbS dirige la guerre menée au Yémen voisin.
Il s'est aussi engagé dans une querelle avec le Qatar qu'il accuse de soutenir le terrorisme, ce que Doha nie.
Plusieurs des détenus seraient gardés dans les locaux du palace Ritz-Carlton, dans le quartier diplomatique de Ryad, apprend-on de source proche du gouvernement.
Le portail extérieur de l'hôtel était fermé dimanche matin et des gardes ont empêché un journaliste de Reuters d'y accéder, en mettant en avant des raisons de sécurité alors que des véhicules privés ont pu y accéder via une autre entrée.

Frustration
"Cette répression rompt avec la tradition de consensus qui prévalait au sein de la famille royale, habituée à travailler dans le secret comme cela fut par exemple le cas au Kremlin à l'époque de l'Union soviétique", estime James Dorsey, enseignant à la S. Rajaratnam School of International Studies de Singapour.
"Pourtant, ajoute-t-il, les limogeages et les mises en détention laissent entendre que le prince Mohamed, plutôt que de forger des alliances, resserre son emprise sur la famille royale, l'armée et la garde nationale pour endiguer une opposition qui semble étendue, tant au sein de la famille royale que dans l'armée, contre ses réformes ou la guerre au Yémen."
Un économiste salarié d'une grande banque du Golfe, qui s'exprimait sous le sceau de l'anonymat, assure que personne en Arabie saoudite ne peut penser que ces arrestations puissent être dictées par la volonté de lutter contre la corruption.
"Il s'agit de consolider le pouvoir et d'une frustration devant le rythme insuffisant des réformes", dit-il.
Des analystes estiment que ce coup de balai dans les hautes sphères va permettre au prince Mohamed de faire avancer son ambitieux programme de réformes, qui plaît à la jeunesse mais beaucoup moins à la vieille garde du royaume.
Le prince Mohamed essaie de mettre fin à des décennies de conservatisme en encourageant les divertissements et le tourisme.
En septembre, le roi a annoncé que l'interdiction de conduire faite aux femmes serait levée.
Le prince héritier, qui a réduit considérablement les dépenses publiques, prévoit de vendre une partie des actifs de l'Etat, et notamment une partie du géant pétrolier Saudi Aramco.
Parmi les personnes arrêtées figurent l'ancien gouverneur de Ryad, le prince Turki ben Abdallah. Il aurait profité de son influence pour octroyer des contrats à des sociétés qu'il détient, notamment dans le cadre du projet de métro à Ryad.
L'ancien ministre des Finances, Ibrahim al Assaf, qui fait partie du conseil d'administration du géant pétrolier Saudi Aramco, est accusé de détournement de fonds en lien avec les travaux d'agrandissement de la grande mosquée de La Mecque.
Parmi les autres personnes détenues se trouvent aussi Bakr ben Laden, président du géant immobilier Saudi Benladen, et Alwalid al Ibrahim, propriétaire du groupe télévisuel MBC.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • bonjour je p que le rêve d'un homme qu'il soit roi ou simple
    jardinier n'a de sens que si ces hommes montre leur belle humanité sans être dupe des danger des critiques et parfois du soutiens que l'on peut recevoir dans la vie
    la mission c'est d'essayer même si c'est utopique
    mon rêve à moi serait de faire pleuvoir dans les désert et qu'une grande partie des hommes qui y vivent puissent se nourrir dans cinquante ans avec beaucoup de travaille 'c'est possible
    nous avons la technique si votre rêve est aussi le mien!!! je suis là

    Rapporter desveaux laurent mardi 14 novembre 2017 16:39
  • bof tous les pays arabes subissent une predation sans precedent. la predation est un mot introduit par les français pour qualifier la situation suite a la chute du mur de berlin plutôt que la chute des communistes. par asa nature le prédateur a peur et tremble devant qu'une seule chose ''les archives'' t'a beau occuper prendre usurper mais l'histoir te rattrape et un jour tu dois tout laisser comme tu es venu pieds nu tu va partir pieds nue. c'est l’histoire millénaires des prédateurs.les français disent prédateur mais ne sont que des pilleurs c'est tout. y'a aucun français ou anglais qui est sorti pilleur mais n'est pas revenue pieds nue.

    maintenant vous devez savoir pourquoi le Liban est toujours visé et pourquoi?? on a detruit berlin et nagazaki mais on n'a pas pu extirper l'histoir des tetes allemande et japonaise. ce qui est détruit en en 7 ans tu peux le reconstruire en deux ans. il ne puvent rien faire contre le Liban il vont peut etre leurs détruire quelques immeuble mais le prédateur n'a pas de temps il doit profiter de la vie il n'a que 20 ans pour bien profiter car il sait qu'il est partant donc ''feu de paille'' cette histoire au proche orient ça va vite s’éteindre
    vous avez pourquoi ils sont contre les libanais?? perceque les libanais connaissent tout le monde comme on dit sigane et twabgegue et tout les etrangers les usrpateurs ont peur d'eux et de leuR commentaires les libanais ne savent pas qui sont les véritables juifs et les véritables banou hachimes??toute la region a peur du liban et de son avis historique, si le liban acce sa tactrique sur les chaines historique et parler sur l'histoire elle va faire reculer les predateurs

    Rapporter youssef mardi 7 novembre 2017 23:20
  • En étant désolé de faire ce commentaire, voilà en effet la différence entre une monarchie et une république dans les pays du monde dit Arabe.
    Dans les pays du premier type, c’est une seule famille, en l’occurrence cette maison des Ibn Saoud qui a tous les privilèges.
    Dans les pays du second type, le cercle des privilégiés est plus démocratique . . . .
    L’efficience et l’efficacité n’est pas seulement cela mais aussi une question de date de naissance de chacun des 2 types de pays (par exemple, l’Arabie est plus âgée que l’Algérie d’une trentaine d’années) mais certainement aussi la composition ethnico-linguistique de l’un comme de l’autre (la première étant originellement Arabe et l’autre médiocrement arabisée dans la foulée vers d’autres terres à conquérir).

    Rapporter Faro Laz lundi 6 novembre 2017 14:38
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.