Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Maghreb Emergent avec Agences
  • samedi 6 janvier 2018 13:06

Arabie Saoudite : 11 princes arrêtés pour avoir manifesté contre l’austérité visant la famille royale

Onze princes saoudiens qui manifestaient contre la fin de la prise en charge par le Trésor public des factures d’eau et d’électricité de la famille  royale ont été arrêtés, ont rapporté ce samedi les médias saoudiens.

 

Selon le site d'information sabq.org et le journal Okaz, ils s'étaient rassemblés devant le palais de Qasr al Hokm pour protester contre l'arrêt, en vertu d'un décret royal, de la prise en charge des factures d'eau et d'électricité de la famille régnante par les pouvoirs publics et pour réclamer une indemnisation après la condamnation à mort d'un parent.

"Ils ont été informés du caractère irrecevable de leurs demandes, mais ils ont refusé de quitter Qasr al Hokm (…) Un ordre royal a été transmis aux gardes (...) pour qu'ils interviennent et ils ont été arrêtés puis placés en détention à la prison d'Al Haïer dans l'attente de leur procès", écrit Sabq sans préciser l'identité des personnes arrêtées.

Selon ce média électronique,  la prison d'Al Haïer est réputée être  un important centre de sécurité au sud de la capitale dirigé par les services de renseignement saoudiens, où des criminels et des terroristes d'Al-Qaïda sont détenus.

En novembre dernier, le Comité suprême anti-corruption d'Arabie saoudite, dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane, a ordonné l'arrestation d'une quarantaine de personnalités influentes, dont des membres de la famille royale, d'anciens ministres, des militaires et des chefs d'entreprises. Les autorités saoudiennes ont fait savoir que la purge visait uniquement la corruption endémique qui règne dans le pays, au moment où le royaume cherche à diversifier son économie dépendante du pétrole.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Laissez dire les vérités sur la gestion calamiteuse de votre compée Bouterfa mais aussi de votre ami Badache, est-ce trop vous demadez monsieur IHSSANE?

    Rapporter gura dimanche 7 janvier 2018 19:40
  • Maintenant j'ai la certitude que votre pression est injuste et reçois des ordres pour bloquer mes commentaires. Chaque fois que j'intervient pour stigmatiser Bouterfa , Arkab ou même Guitouni, vous m'interdisez d'intervenir en bloquant mes commentaires. Pourtant j'ai des choses à dire , argumentées et justifiées! Qunad on lit l'article que publie dans la rubrique économique d'El watan pratiquement chaque semaine, El kADI iHSANE , et les ciseaux qu'il manie avec dexttérité dans ce torchon électronique, on ne peut que s'interroger sur le parcours de ce EL KADI IHASSANE et comment il est arrivé à posseder une radio, un journal éléctronique......Un servile de bouterfa, !? triste

    Rapporter riad dimanche 7 janvier 2018 18:04
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.

Algérie: GICA prépare de nouvelles opérations d’exportation en 2018

  Le groupe Gica a procédé, en mai dernier, à l'exportation de 45.0000 tonnes de clinker, dans le cadre d'un contrat portant sur une quantité globale de 200.000 tonnes. 

Algérie: "La solution de la planche à billets a été appliquée de façon excessive" (Nour Meddahi)

  L’économiste signale que le FMI vient de publier un document où il est précisé que finalement le déficit de 2017 a été de 8,8% au lieu des 5,6 prévus.