Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 26 Mai 2018

  •   De notre envoyé spécial à Addis-Abeba Aboubaker Khaled
  • vendredi 11 mai 2018 18:03

"Il faut mobiliser les ressources nécessaires pour mettre en œuvre l’accord créant une zone de libre-échange africaine" (Camara)

 

Vera Songwe, vice-secrétaire général et secrétaire exécutive des Nations Unies à la commission économique pour l’Afrique, a signalé que le continent doit prendre des mesures sur plusieurs fronts.

 

« Il est essentiel de mobiliser les ressources nécessaires pour la mise en œuvre de l’accord créant une zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA). C’est un défi majeur pour les dirigeants politiques et ils ne peuvent pas le relever à eux seuls». Cette déclaration a été faite, aujourd’hui, par le Sénégalais, Mayacine Camara, président sortant du comité d’experts de la commission économique pour l’Afrique au sein des Nations unies, à l’ouverture de la 51ème session de cette commission à Addis-Abeba (Ethiopie) qui se tient du 11 au 15 mai à Addis-Abeba.

Lors de son discours d’ouverture, le président sortant de la commission a indiqué qu’il faut « impérativement que tous ceux qui créent des emplois et de la croissance s’attèlent pour permettre au continent d’arrêter, de manière concertée, des solutions de nature à franchir ce cap périlleux ».

Camara a cité à titre d’exemple les regroupements continentaux et transcontinentaaux pour appuyer l’intérêt de ratifier l’accord de la création de la ZLECA. Il a déclaré que « le continent africain ne peut pas rester à la marge à l'heure où la tendance est à la construction des grands ensembles en particulier les méga-accords commerciaux régionaux (Trans-atlantic trade and investisment partnership (TTIP), le Trans-Pacific Partnership (TPP), etc.).

pour sa part, Vera Songwe, vice-secrétaire général et secrétaire exécutive des Nations Unies à la commission économique pour l’Afrique, a signalé que « pour réaliser la promesse de la ZLECA et réaliser ses objectifs de développement, le continent doit prendre des mesures sur plusieurs fronts et l'action la plus importante et la plus urgente consiste à créer l'espace budgétaire nécessaire pour les investissements publics et privés, tout en assurant la diversification économique pour la création d'emplois ».

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Stagnation: Pourquoi la Task Force du gouvernement Sellal doit revenir sans Sellal

  La chronique de El Kadi Ihsane sur El Watan cherche une cohérence à l’action économique du gouvernement sous influence de la feuille de route de feu la task force.

Tunisie: Divergence entre les parties prenantes sur le 64e point du Document de Carthage 2

  Le président de la République Béji Caïd Essebsi a appelé les parties prenantes du Document de Carthage à trancher le point litigieux relatif au remplacement du chef du gouvernement.

Téhéran veut vendre du pétrole contre son maintien dans l’accord sur le nucléaire

  Le guide iranien  veut aussi que les pays européens signataires de l’accord maintiennent leurs échanges commerciaux avec la République islamique.