Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 25 Mai 2017

  •   Nejma Rondeleux
  • mardi 1 avril 2014 16:44

Francis Ghilès, chercheur : « Pour les Américains, le conflit du Sahara occidental est périmé » - Radio M

Francis Ghiles, journaliste, chercheur et spécialiste du Maghreb, est revenu lors de son intervention mardi, sur Radio M, la webradio de Maghreb Emergent, sur la question du Sahara Occidental. « Ce conflit n’a plus aucun sens et il faudrait faire avancer les choses », a-t-il estimé.

« Au vu d’un certain nombre de personnes à Washington, le conflit du Sahara occidental est un conflit périmé, qui n’a plus aucun sens », a déclaré Francis Ghilès sur les ondes de radio M, soulignant que dans la stratégie globale américaine, les Américains « souhaiteraient vraiment un rapprochement entre les deux pays (l'Algérie et le Maroc) et qu’on en finisse ».  

Pour ce spécialiste du Maghreb, chercheur au sein de l’IEMED (Euromed) et du CIDOB, deux think-tank espagnols, « il faudrait faire avancer les choses, notamment si on veut améliorer la sécurité dans tout le nord-ouest de l’Afrique ». L’autre avantage à un rapprochement entre les deux pays maghrébins est d’ordre économique, a-t-il ajouté. « Le rétablissement d’un minimum de confiance permettrait au moins 2 % de croissance au Maghreb, voire beaucoup plus, donc c’est à l’avantage des deux ».

Gagnant-gagnant

« Le problème ce n’est pas de démontrer que le Maroc aurait plus intérêt à l’ouverture de la frontière que l’Algérie, l’intérêt est de montrer que c’est du gagnant-gagnant des deux côtés, les deux pays auraient  autant intérêt à ouvrir leurs frontières », a souligné l’ancien journaliste du Financial Times.  « L’Algérie et le Maroc dépensent énormément d’argent à acheter des armes mais personne n’imagine qu’ils vont se battre donc c’est une situation parfaitement absurde », a-t-il déploré.  

Le chercheur estime qu’il existe 500 formules possibles pour régler le conflit au Sahara occidental, « si tant est qu’il y ai une volonté politique ».


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

En prolongeant le bail des français à B2-Namous, Boumediene a hâté l'évacuation de la base de Mers el-Kébir - Général R.Benyelles

A ne pas manquer

Prev Next

L'Algérie propose la mise en place d'un comité OPEP-non OPEP pour l'évaluation du marché énergétique

Pour le ministre de l’Energie algérien, Noureddine Boutarfa il est nécessaire "d'évaluer le marché de manière plus globale et regarder l'impact de toutes les offres d'énergies notamment les renouvelables ainsi que le gaz et le pétrole de schiste, afin de pouvoir discuter entre producteurs et voir quelles mesures peuvent être raisonnablement prises".

Algérie-Immobilier : Le "Yes we can" de M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’ONIP

  Les promoteurs algériens sont à la hauteur et peuvent faire marcher le secteur de l’immobilier sans qu’il y a besoin de recourir aux entreprises étrangères, a estimé jeudi, M’hamed Sahraoui, promoteur et président de l’Organisation Nationale des promoteurs immobiliers (ONPI).

Algérie: Le campus industriel de Sanofi à Sidi Abdallah sera ouvert en 2018 (Haissam Chraiteh)

  Le plus important complexe de production de médicament de Sanofi en Afrique en cours de réalisation à Sidi-Abdallah, Alger, sera opérationnel en 2018 a confirmé mercredi, le PDG de Sanofi Algérie, Haissam Chraiteh.