Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Mars 2017

  •   Nejma Rondeleux
  • mardi 1 avril 2014 16:44

Francis Ghilès, chercheur : « Pour les Américains, le conflit du Sahara occidental est périmé » - Radio M

Francis Ghiles, journaliste, chercheur et spécialiste du Maghreb, est revenu lors de son intervention mardi, sur Radio M, la webradio de Maghreb Emergent, sur la question du Sahara Occidental. « Ce conflit n’a plus aucun sens et il faudrait faire avancer les choses », a-t-il estimé.

« Au vu d’un certain nombre de personnes à Washington, le conflit du Sahara occidental est un conflit périmé, qui n’a plus aucun sens », a déclaré Francis Ghilès sur les ondes de radio M, soulignant que dans la stratégie globale américaine, les Américains « souhaiteraient vraiment un rapprochement entre les deux pays (l'Algérie et le Maroc) et qu’on en finisse ».  

Pour ce spécialiste du Maghreb, chercheur au sein de l’IEMED (Euromed) et du CIDOB, deux think-tank espagnols, « il faudrait faire avancer les choses, notamment si on veut améliorer la sécurité dans tout le nord-ouest de l’Afrique ». L’autre avantage à un rapprochement entre les deux pays maghrébins est d’ordre économique, a-t-il ajouté. « Le rétablissement d’un minimum de confiance permettrait au moins 2 % de croissance au Maghreb, voire beaucoup plus, donc c’est à l’avantage des deux ».

Gagnant-gagnant

« Le problème ce n’est pas de démontrer que le Maroc aurait plus intérêt à l’ouverture de la frontière que l’Algérie, l’intérêt est de montrer que c’est du gagnant-gagnant des deux côtés, les deux pays auraient  autant intérêt à ouvrir leurs frontières », a souligné l’ancien journaliste du Financial Times.  « L’Algérie et le Maroc dépensent énormément d’argent à acheter des armes mais personne n’imagine qu’ils vont se battre donc c’est une situation parfaitement absurde », a-t-il déploré.  

Le chercheur estime qu’il existe 500 formules possibles pour régler le conflit au Sahara occidental, « si tant est qu’il y ai une volonté politique ».


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d'oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement victimes de contrefaçon locale, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.