Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 16 Janvier 2018

  •   Maghreb Emergent
  • samedi 14 mars 2015 11:11

"Violences faites aux femmes : la vraie bataille doit se faire au niveau de la société"- Soumia Salhi sur Radio M (audio)

Soumia Salhi, militante féministe, syndicaliste et ancienne présidente de l'association algérienne pour l'émancipation des femmes (AEF)

L’amendement du code pénal est l’aboutissement de plusieurs années de luttes, de sensibilisations et de pressions. Mais le président de la République peut-il d’aller  plus loin, et "instaurer l'égalité pour les femmes", malgré la pression et "la levée de boucliers des islamistes" au parlement et dans la rue, s’interroge Soumia Salhi.

 

La militante féministe, syndicaliste et ancienne présidente de l'Association algérienne pour l'émancipation des femmes (AEF), Soumia Salhi, estime dans "l'Entretien" de Radio M, la web Radio de Maghreb Emergent, que l'adoption à l'Assemblée populaire nationale (APN) de l'amendement du code pénal sur les violences faites aux femmes "n'est qu'une maigre avancée".

En soulignant que l’amendement du code pénal est l’aboutissement de plusieurs années de luttes, de sensibilisation et de pression, Soumia Salhi s’est interrogée sur la capacité du président de la République d’aller  plus loin, et "instaurer l'égalité pour les femmes", malgré la pression et "la levée de boucliers des islamistes" au parlement et dans la rue.

Une égalité qui doit commencer tout d’abord par l’instauration de "légalité devant le divorce", estime-t-elle. L’homme a le droit de " répudier" sa femme sans justification aucune, tandis que la femme est toujours soumise à la loi du Khol’e. Le Khol’e est le rachat de la liberté par la femme : "  Elle doit justifier ses motifs de divorce, dans des conditions parfois humiliantes et non réalisables ", a-t-elle déploré.  

S’agissant de la clause controversée relative au  "pardon" qui entraine la suspension dans certaines situations des poursuites pénales contre l’agresseur, Soumia Salhi, estime que c’est une mise  en échec de la "parole des femmes". C'est tout simplement un "message d'impunité" qui est envoyé.

" La loi est en retard par rapport aux pratiques sociales ", opine, Mme Salhi, également membre du Réseau Wassila, car pour elle  la "vraie bataille"  doit être menée dans la société, et dans la rue. " La loi seule, ne suffit pas. Il faut changer les mentalités et les pratiques sociales ", a-t-elle argué.

L’ascension professionnelle de la femme algérienne 

Mme Soumia Salhi souligne que  cet amendement du code pénal sur les violences faites aux femmes n'est qu'une conséquence  de l'émergence - professionnelle notamment - des femmes  depuis l'indépendance à nos jours. Aussi, a-t-elle tenu à souligner, le combat du mouvement associatif féministe, sur la scène politique et sociale, depuis la guerre de libération.

La syndicaliste a ainsi mis en évidence la progression des femmes diplômées en Algérie, sans omettre leur immersion dans le milieu professionnel, et à une échelle moindre dans le milieu politique.

Concernant les différentes réactions politiques à cette loi amendée, Mme. Salhi préconise une "rupture"  avec "tous ces ceux qui bavent sur l'adoption par l'APN d'un amendement du code pénal et qui sont montés au créneau pour quelques ajustements", comme seule voie pour faire avancer les choses. "Ceux qui prétendent aujourd’hui revendiquer un changement avec plus de liberté et de démocratie, devraient faire une rupture avec ce groupement ", lance-t-elle d’un ton ferme.

Ecouter l’émission :


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Ouyahia va-t-il lâcher Haddad ?

Le Premier ministre a décidé d’annuler  sa participation à la conférence-exposition que le FCE (Forum des chefs d’entreprise)  organise conjointement avec la Sonatrach et la Sonelgaz, à partir de demain pour  sauver sa probable « rencontre avec son destin ».

Algérie : le complexe gazier de Tiguentourine a produit près de 9 milliards m3 en 2017

 Le complexe  de Tiguentourine  produit,  en moyenne, entre 22 et 23 millions de m3/jour.

Algérie : Sonatrach va louer des équipements en Italie pour raffiner son pétrole brut

  11,5 millions tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation, qui a explosé ces dernières années, a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.