Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 18 Octobre 2017

  •   Hani Ghoualmi
  • vendredi 19 février 2016 16:06

Migration des compétences maghrébines : ‘’Il faut passer à l’offensive et arrêter de se défendre‘’ Mohamed Saib Musette sur RadioM (audio)

Il serait plus adéquat de parler de ‘’mobilité des compétences‘’ que de migration. Les scientifiques ont besoin de circuler. ‘’ Lors d’un passage à la radio M, M. Mohamed Saib Musette a fait part de sa vision moderne sur le phénomène de la fuite des cerveaux.


Abandonner la question de la lutte contre la migration, recadrer ce phénomène dans l’ère de la mondialisation, créer les conditions nécessaires et mettre en place une organisation des départs et des retours des compétences maghrébines. Telles sont les suggestions de Mohamed Saib Musette, sociologue et chercheur au Centre de recherche en économie appliquée au développement (CREAD). L’invité de l’émission ‘’l’entretien‘’ est co-auteur d’un nouvel ouvrage intitulé "De la fuite des cerveaux à la mobilité des compétences? (une vision du Maghreb)", paru en 2016.

La migration, un défi commun du Maghreb, mais des politiques séparées 

Le bon élève en la question est bien la Tunisie. ‘’La Tunisie a créé une agence pour organiser les départs et aussi le retour des compétences. ‘’De plus, la Tunisie est attractive. En effet, ce pays dispose de 25 universités privées, souligne M. Musette. ‘’La Tunisie dispose de capacités de formation supérieures intéressantes. Elle organise les départs des compétences, mais elle organise aussi l’arrivée, se sont 8000 étudiants étrangers qui payent leurs formation en Tunisie.‘’


Pour le Maroc, la gestion des départs/arrivées est différente. ‘’Le Maroc produit beaucoup de diplômés. Mais il a un système éducatif relativement faible puisqu’il y a beaucoup d’analphabètes et un nombre important de personnes non scolarisées‘’ fait savoir M. Musette. Cependant, ce pays met en place un système qui consiste à envoyer les diplômés (à l’étranger), en retour le Maroc organise l’investissement de la diaspora dans le pays.


Concernant l’Algérie, ‘’il y a eu des départs non organisés‘’ déplore M. Musette. Ce dernier fait savoir qu’il existe un organisme qui, en principe, organise ces départs.‘’ En effet, l’ANEM (agence nationale de l’emploi) a abandonné cette mission souligne le chercheur du CREAD.

Discuter du phénomène de la migration dans le cadre de la coopération internationale 

Les pays de la rive sud (en l’occurrence les pays du Maghreb) devraient introduire le débat de la migration au sein des grands espaces de dialogues internationaux et régionaux (5+5, Union Africaine...). Toutefois, M. Musette espère un changement de vision, d’approches et de démarches de ces pays. ‘’On ne doit plus rester dans la défensive, il faut passer à l’offensive maintenant‘’ martèle-t-il.

‘’Avec les objectifs du développement durable, la migration doit faire l’objet de négociations dans les espaces de dialogues. ‘’On doit pouvoir créer nos grandes universités maghrébines, avec les meilleurs professeurs et accueillir les meilleurs étudiants. Des pôles d’excellence, comme on l’a fait pour les finances, avec la plus grande école de finances qui se trouve en Tunisie, et qui forme pour toutes les banques de la région… on va le faire aussi à Tlemcen avec la plus grande école sur les énergies. ’’

L'intégralité de l'émission en audio


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: 12 millions de tonnes de produits sidérurgiques par an à l'horizon 2020

L'industrie nationale de la sidérurgie est dominée par quatre  principaux producteurs. Il s’agit des groupes public Imetal , le groupe turc Tosyali  ainsi que deux entreprises privées algériennes Lamino Attia  et SPA Maghreb tubes.

Le FMI récolte 450 milliards de dollars pour maintenir sa capacité de prêt

Les emprunts bilatéraux constituent la troisième ligne de défense importante du FMI après les quotes-parts et les nouveaux accords d’emprunt.

Algérie : Le ralentissement du marché de l’automobile relance l’industrie des deux roues

Le constructeur public de cycles et motocycles CYCMA Guelma compte de, son côté, saisir cette opportunité pour revenir sur le marché algérien après une période d’arrêt.