Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • mercredi 13 avril 2016 08:16

"Khalida Toumi a barbelé la Casbah au lieu de l’intégrer au plan ‘Alger 2030’" (Halim Faidi, urbaniste)

Photo : Ahmed Sahara/Mamghrb Emergent.

Halim Faidi, architecte, urbaniste, prix national d’architecture et prix du président de la République en 2012, fait bouger les lignes sur Radio M. ll propose de vider la Casbah des deux tiers de ses habitants pour lui redonner vie*.

 « Aucune ville moderne ne peut se permettre le luxe de ne pas penser l’intégration de sa ville ancienne dans la nouvelle », a affirmé, parlant de la Casbah d’Alger, l’architecte et urbaniste Halim Faidi lors de l'émission "L'invité du direct" du mardi 12 avril. « Le talon d’Achille du plan de développement d’Alger reste véritablement la Casbah », a-t-il ajouté : « La Casbah est le miroir de toute l’Algérie, dont elle concentre toutes ses cultures, donc son identité. »

Le plan de développement d’Alger 2030, initié en 2010-2011 par l’ancien wali d’Alger, Mohamed Kébir Addou, n’a pas pu intégrer la ville traditionnelle dans son organisation de l’espace projeté de la capitale. La faute est à l’absence de coordination des départements du gouvernement.

La Casbah d’Alger est classée patrimoine universel dépendant du ministère de la culture. « Khalida Toumi a dressé des barbelés autour de la Casbah dans le but de protéger ce patrimoine », a déclaré Halim Faidi, et cela a bloqué la possibilité d’intégrer la réhabilitation de la ville ancienne dans le plan d’ensemble du développement d’Alger : « Il ne peut pas y avoir de plan de développement stratégique si l’on n’intègre pas efficacement le problème du cœur historique de la ville. »

 

« 60.000 personnes vivent à la Casbah pour une capacité de 30.000 seulement »

 Pour Halim Faidi la Casbah d’Alger connaît un sérieux problème de surdensité de la population, avec 60.000 habitants pour une capacité d’environ 30.000 habitants. C’est ainsi que cet urbaniste préconise une solution radicale : vider la Casbah des deux tiers de sa population. Cependant, pour éviter qu’ils ne soient tenté de revenir, il faut « transposer leur tissu social », c'est-à-dire recréer un quartier dans lequel on pourra les reloger ensemble, « avec les mêmes codes de voisinage, les mêmes liens sociaux ». Il faudra ensuite laisser les projets privés redonner vie à la Casbah : « Etant initialement un territoire à 90% privé, il doit le redevenir. » Et de déplorer que le plan de sauvegarde permanent de la Casbah, mis en œuvre depuis deux ans, n’arrive toujours pas à créer cette dynamique de réhabilitation de la ville historique avec de nouveaux acteurs.


L’Amirauté : le lien entre la Casbah et la mer

Faut-il que l’Amirauté d’Alger, occupée par le commandement des forces navales algériennes, revienne à la ville afin de permettre de renouer le lien direct de la Casbah à la mer et développer le tourisme ? La question posée à Halim Faidi suscite de sa part une réponse de temporisation : « Tant qu’il n’existe pas un projet précis, la présence de l’Armée permet éventuellement de protéger ce patrimoine. Car la question se pose de ce que l’on fera de l’Amirauté au cas où l’Armée la cèderait ».

L’aménagement de la partie maritime de la vieille ville est encore un enjeu urbain « où chaque responsable y va de sa fantaisie. L’ancien gouverneur d’Alger voulait faire un musée de l’automobile dans les voûtes ! Ensuite, la rumeur circulait à la wilaya d’Alger qu’on allait en faire un centre commercial ! » La question de l’Amirauté est précisément le lien absent entre le plan stratégique de développement d’Alger et le plan dit permanent de sauvegarde de la Casbah.

 

(*) La photo de une est une capture vidéo Youtube (reportage AFP).

 

Pour écouter l'émission, cliquer i-dessous :

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • Pour abdoudz. Je signe de mon prénom et de mon nom. Je ne me cache pas derrière un pseudo pour insulter. C'est une attitude lâche et malhonnête.retirez votre cagoule et je debattrais publiquement avec vous et qui vous voudrez à propos de votre cliente. Vous êtes un très mauvais avocat monsieur...ou madame, on ne sais pas ce qui se cache derrière votre masque ni quel mal vous ronge. Je vous salue quand même.

    Rapporter Halim FAIDI jeudi 14 avril 2016 12:30
  • Madame la ministre Toumi a bien fait de barbeler la Casbah aux gens comme vous, vous n'êtes pas architecte spécialisé dans patrimoine, vous cherchez que du fric à n'importe quel prix puisque votre f.....................................donc il faut que l'Algérie paye voyons!
    Votre blabla ne prouve que votre malhonnêteté, et lâcheté!

    Rapporter AbdouDZ mercredi 13 avril 2016 20:11
  • Pas aussi facile que d'accuser sans connaitre. Je vous engage a relire toutes mes publications sur le thème du patrimoine et à réécouter mes interviews radio et télévision depuis dix ans si vous en avez la patience.

    Rapporter Halim FAIDI mercredi 13 avril 2016 16:32
  • "Khalida Toumi a barbelé la Casbah au lieu de l’intégrer au plan ‘Alger 2030’" (Halim Faidi, urbaniste) ..."

    C'est surtout courageux maintenant que Khalida Toumi n'est plus ministre...

    Rapporter Truc mercredi 13 avril 2016 13:56
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc - 33 activistes du Hirak comparaîtront devant la cour d’appel de Casablanca le 23 octobre prochain

Ces détenus et d’autres ont été arrêtés suite aux contestations qu’a connues le Rif, au nord du Maroc et qui avaient été déclenchés par la mort d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures fin octobre 2016 à Al Hoceïma. Selon le président de l'Association marocaine des droits de l'Homme, Ahmed Haij, leur nombre total se situe entre...

La privatisation ne touchera pas Naftal, Sonatrach, Sonalgaz, Air Algérie, SNVI et les banques publiques (Ahmed Ouyahia)

Pour le Premier ministre algérien, les banques publiques n’ont pas besoin de l’argent que leur rapporterait l’ouverture de 10 % de leur capital via la bourse. En revanche, a-t-il ajouté, la Bourse « a besoin de l’apport des chefs d’entreprises ».

Algérie - La CNEP, la BDL et la BADR lanceront leurs produits de finance islamique avant la fin de l’année (ministre)

Le ministre des Finances Abderrahmane Raouia, qui intervenait à l'Université du Forum des chefs d'entreprises (FCE), a rappelé que des banques, telles la Baraka, Al Salam, Trust ou encore AGB, proposaient déjà des produits islamiques.