Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 21 Juillet 2017

  •   REUTERS
  • mardi 3 janvier 2017 14:14

Le général Khalifa Haftar ne viendra pas à Alger discuter avec Fayez al-Sarraj

 Le général Khalifa Haftar, l’homme fort de l'Est libyen, annonce dans un entretien à la presse italienne ne pas avoir l'intention de reprendre les discussions avec son rival de l'Ouest soutenu par les Nations unies.

 

 

 Khalifa Haftar et Fayez al-Sarraj, le Premier ministre qui tente de gouverner à Tripoli avec le soutien des Nations unies, devaient se rencontrer à Alger dans quelques jours, indique-t-on dans l'entourage du gouvernement algérien.  Les deux hommes devaient discuter de la possibilité de former un gouvernement d'union nationale, ajoute-t-on.  

 Mais le général Haftar fait valoir dans une interview au Corriere della Sera ce mardi que les discussions avec Fayez al-Sarraj, commencées il y a deux ans et demi, n'ont donné aucun résultat et que, compte tenu de la situation en Libye, l'heure est au combat plutôt qu'à la politique.

 "Une fois que les extrémistes seront vaincus, nous pourrons revenir aux discussions sur la démocratie et les élections. Mais pas maintenant", a déclaré Khalifa Haftar. 

 Le général Haftar, qui lutte contre les islamistes et autres opposants dans l'Est libyen depuis plus de deux ans, estime que ses forces contrôlent désormais 80% du pays, rapporte le Corriere. Il fait aussi valoir que ses forces assurent le respect du droit autour des ports pétroliers de Ras Lanouf, Brega et Es Sider.

 Il juge aussi que les Libyens "n'avaient aucune idée de ce que signifie la démocratie" quand les élections ont eu lieu en 2012, après 42 années de règne du colonel Kadhafi. "Ils n'étaient tout simplement pas prêts", dit-il.

LIRE AUSSI : En Libye, les enjeux pétroliers risquent de relancer la guerre entre l’Est et l’Ouest

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Facebook, lanceur d'alerte ou tribunal populaire? (les éclairages d'Akram Kharief)

Vidéos

Société Générale Algérie a réalisé un résultat net de 5,6 milliards DA en 2016

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Coûts de l'Interconnexion : Djezzy réclame une "symétrie tarifaire juste" (vidéo)

Les coûts actuels de l’interconnexion des réseaux mobiles "ne sont pas justes pour Djezzy", selon le DG de l’opérateur, Matthieu Galvani. N’étant plus en situation de "position de dominante", Djezzy paye toujours plus les appels de ses abonnés vers les deux autres opérateurs.

Tunisie-Chahed s’explique sur l’opération "mains propres" : "Nous devons protéger notre démocratie naissante"

Depuis le lancement de la compagne de lutte anti-corruption en septembre 2016 jusqu'au mois de juin 2017, il a été procédé à la saisie de marchandises de contrebande pour une valeur de près de mille millions de dinars.

Tourisme- Près d’un million de Marocains de l’étrangers ont rejoint le pays pour les vacances d’été

En 2016, plus de 2,6 millions Marocains Résidant à l’Etranger (MRE) avaient choisi de passer leurs vacances au Maroc.