Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 21 Septembre 2017

  •   REUTERS
  • mardi 3 janvier 2017 14:14

Le général Khalifa Haftar ne viendra pas à Alger discuter avec Fayez al-Sarraj

 Le général Khalifa Haftar, l’homme fort de l'Est libyen, annonce dans un entretien à la presse italienne ne pas avoir l'intention de reprendre les discussions avec son rival de l'Ouest soutenu par les Nations unies.

 

 

 Khalifa Haftar et Fayez al-Sarraj, le Premier ministre qui tente de gouverner à Tripoli avec le soutien des Nations unies, devaient se rencontrer à Alger dans quelques jours, indique-t-on dans l'entourage du gouvernement algérien.  Les deux hommes devaient discuter de la possibilité de former un gouvernement d'union nationale, ajoute-t-on.  

 Mais le général Haftar fait valoir dans une interview au Corriere della Sera ce mardi que les discussions avec Fayez al-Sarraj, commencées il y a deux ans et demi, n'ont donné aucun résultat et que, compte tenu de la situation en Libye, l'heure est au combat plutôt qu'à la politique.

 "Une fois que les extrémistes seront vaincus, nous pourrons revenir aux discussions sur la démocratie et les élections. Mais pas maintenant", a déclaré Khalifa Haftar. 

 Le général Haftar, qui lutte contre les islamistes et autres opposants dans l'Est libyen depuis plus de deux ans, estime que ses forces contrôlent désormais 80% du pays, rapporte le Corriere. Il fait aussi valoir que ses forces assurent le respect du droit autour des ports pétroliers de Ras Lanouf, Brega et Es Sider.

 Il juge aussi que les Libyens "n'avaient aucune idée de ce que signifie la démocratie" quand les élections ont eu lieu en 2012, après 42 années de règne du colonel Kadhafi. "Ils n'étaient tout simplement pas prêts", dit-il.

LIRE AUSSI : En Libye, les enjeux pétroliers risquent de relancer la guerre entre l’Est et l’Ouest

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La saison 5 du CPP démarre sur la promesse d’une année politique décisive

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Faire appel à la préférence nationale pour réussir le projet de 4000 MW d’électricité en renouvelables

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie – Seuls 32,7% des demandeurs d’emploi ont pu être placés entre le 1er janvier et le 31 août 2017 (Anem)

Selon le directeur général de l’Agence nationale de l’emploi, Mohamed Tahar Chaâlal, 76% des personnes placées sont des hommes et seulement 23% des femmes. Expliquant l’écart, il a assuré que les femmes algériennes ont tendance à ne pas chercher un emploi mais n’a pas donné de chiffres montrant que les demandeuses d’emploi ont été, entre janvier et août 2017, moins...

Algérie - Le déficit commercial a baissé de plus de 40% sur les 8 premiers mois de l'année (Douanes)

Les exportations ont nettement augmenté, atteignant 23,51 milliards de dollars (mds usd) sur les 8 premiers mois de l'année 2017 contre 19,41 mds usd sur la même période de 2016 (+21,12%). Les importations, elles, ont connu une légère baisse en s'établissant à 30,84 mds usd contre 31,65 mds usd (-2,56%), en baisse de 0,81 mds usd.

Pour le commissaire du SILA, le "livre" "Battre les femmes: un outil de règlement des conflits conjugaux!" ne serait pas inutile

  L’année dernière, ce "livre" avait créé une grande polémique au Sila et le commissaire du salon, dans cet entretien à Ennahar TV, s’en est montré agacé, évoquant un « kotayyib » (petit livre) qui a provoqué un « gros tintamarre ». Sans ironie, il a expliqué qu’il pouvait être utile à ceux qui battent leurs femmes si violemment « qu’on a l’impression qu’elles ont été...