Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Août 2017

  •   Boualem Alami
  • mardi 10 janvier 2017 13:07

Maroc: Pressé par Ankara, Rabat ferme le réseau d'écoles turques proches de Fethullah Gülen

Le roi Mohamed6 et le président turc Tayyip Erdogan

Les écoles du groupe turc ''Mohamed El Falih'', proche du leader du mouvement d'opposition ''Hizmet'' de Fethullah Gülen, installées depuis une vingtaine d’années au Maroc ont été sommées par le ministère de l’Intérieur de fermer leurs portes. Il semblerait qu’à Rabat, on veuille éviter une autre brouille diplomatique, cette fois-ci avec la Turquie, moins d’un mois après celle avec la Mauritanie.

 

Toutes ces écoles, installées dans les principales villes du pays, et qui totalisent un peu plus de 2.000 élèves, doivent fermer leurs portes dans un délai d'un mois. C'est la décision irrévocable des autorités marocaines. Dans son communiqué rendu public, le ministère de l’Intérieur marocain justifie sa décision par '' la propagation de l’idéologie du mouvement Hizmet à travers le réseau d’écoles, et la diffusion d’idées contraires aux principes du système éducatif et religieux marocain''. La décision du Maroc découlerait également de missions d’inspection, suivies ''d’avertissements non respectés''. Le réseau d'écoles du groupe scolaire turc ''Mohamed El Falih'' est présent au Maroc depuis 1994. Selon le ministère marocain de l'Education, il y a ''des écarts relevés entre le programme dispensé par le groupe et le curriculum marocain.'' Le même ministère marocain, cité par L'Economiste, et ''sans donner plus de précisions sur la nature de ces écarts'', relève également ''la présence de personnel et d’enseignants turcs non autorisés.'' La fermeture du groupe touchera 2000 élèves, qui vont se retrouver du jour au lendemain dans la rue. ''Nous n’avons pas du tout été avisés, nous avons appris la nouvelle à travers les médias'', confie à ‘’L'Economiste’’ Slimane Bouslimi, parent de trois enfants scolarisés dans l’une des trois écoles du groupe à Casablanca. Des sit-in de protestation ont été organisés dans toutes les villes où le réseau est implanté, trois écoles à Casablanca, une à Tanger, une à Tétouan et une à Fès.

Même scénario au Sénégal

Même scénario au Sénégal, où les écoles turques gérées par le groupe scolaire proche de l'opposant Fethullah Gülen ont été fermées et la gestion confiée à la fondation publique turque Maarif, fondée par le président Récep Téyip Erdogan. Sans conteste, Rabat, lié par un accord de libre échange et partenaire économique privilégié de la Turquie, ne veut pas de brouille avec Ankara, où une purge sans précédent dans tous les secteurs est menée dans le pays et en dehors après le coup d'état manqué du mois de juillet dernier. Le président turc Tayyip Recip Erdogan, chef de l'AKP, a accusé immédiatement après l'opposant Gülen, installé aux Etats-Unis, d'en être l'instigateur. Depuis, des dizaines de milliers d'arrestations sont effectuées parmi les enseignants, journalistes, militaires, fonctionnaires, et des écoles, des journaux et des TV fermées.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - De retour aux affaires, Ahmed Ouyahia va être confronté à la question de l’endettement extérieur

   Le recours à l’endettement extérieur a été réprouvé dans le passé par Ahmed Ouyahia au nom du respect du choix présidentiel. Depuis les choses ont évolué à l’image de son «ami » Ali Haddad qui défend ouvertement cette option. Le Premier ministre va-t-il se mettre à jour?

Attentats de Barcelone: La police confirme avoir tué le dernier suspect

La police autonome de Catalogne a confirmé lundi avoir tué Younès Abouyaaqoub, dernier membre encore en fuite de la cellule djihadiste responsable des attentats de la semaine dernière en Catalogne.

Algérie: Net recul du déficit commercial sur les sept premiers mois de 2017

  Le déficit commercial de l'Algérie a reculé à 6,17 milliards de dollars sur les sept (7) premiers mois de 2017 contre un déficit de 10,61 milliards de dollars sur la même période de 2016, soit une baisse de 4,44 milliards de dollars correspondant à une chute du déficit de 42%, a appris l'APS auprès des Douanes.