Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 21 Mai 2018

  •   Abderrahmane MEBTOUL *
  • dimanche 15 janvier 2017 07:55

Loi de finances Algérie 2017 et perspectives des économies maghrébines

Pour la première fois, la Loi de finances 2017 a été établie sur un cours réaliste, sur celui du marché ; à savoir 50 dollars le baril.

 

1. Comment situer la loi de finances de l’Algérie - 2017

Pour la première fois, la Loi de finances 2017 a été établie sur un cours réaliste, sur celui du marché ; à savoir 50 dollars le baril, alors que par le passé la base de calcul était 19 dollars, puis 37 dollars lorsque le baril a fluctué entre 100 et 115 dollars. Le ministre des Finances algérien a rappelé que le gouvernement compte sur une augmentation des recettes hors hydrocarbures de 11% suite à la hausse de la base fiscale et à l’amélioration du recouvrement, Mais n’oublions pas que le dérapage du dinar pour ne pas dire dévaluation tant par rapport au dollar qui gonfle la fiscalité pétrolière (vente en dollars) et par rapport à l’euro la fiscalité ordinaire, les taxes à la douane s’appliquant à un dinar dévalué. Avec un cours de 75 dinars un dollar, et 85 dinars un euro, le déficit serait plus   important que l’officiel basé sur 108 dinars un dollar. Aussi faut-il interpréter cette loi des finances avec toutes les précautions pour éviter des surprises. La loi de finances 2017 n’est qu’un document comptable relevant de la finance publique, retraçant les dépenses et les recettes. Le projet de loi de finances fait une projection sur les trois prochaines années sur la base d’un prix de référence du baril à 50 dollars en 2017, 55 en 2018 et 60 dollars le baril en 2019 avec un cours de la devise nationale de 108 dinars le dollar et une inflation moyenne de 4%. Le taux de croissance serait de 3,9% en 2017, de 3,6% en 2018 et de 4,3% en 2019. Dans son rapport du 11 janvier 2017 de la banque mondiale (BM) , les prévisions de croissance pour l’Algérie sont en baisse, passant de 3,6% en 2016 à 2,9% en 2017 ,  2,6% en 2018 et 2,8% en 2019, en raison du  recul des dépenses dans les infrastructures, principal moteur de la croissance et du climat des affaires.

Aussi,  sans réformes structurelles profondes, supposant un minimum de consensus politique et social et une visibilité et cohérence dans la démarche des réformes, il ne faut pas s’attendre à des miracles. Plus on diffère les réformes, plus on épuisera les réserves de changes  avec le risque du  retour au FMI 2019/2020. Pourtant soyons réaliste. Tout ce qui a été réalisé entre 2000/2016 n’est pas totalement négatif. Beaucoup de réalisations après une décennie sanglante mais beaucoup  d‘erreurs qu’il s’agit  de corriger impérativement.  J’avais dirigé avec plus de 20 experts pour le gouvernement,  fin 2013 toujours à  titre d’expert indépendant, un important dossier,  suivi de bon nombre de recommandations entre 2014/2020 en insistant sur l’urgence de revoir l’actuelle politique socio-économique., favoriser  l’économie de la connaissance pilier du développement, tenir  compte des nouvelles mutations mondiales, loin de la vision matérielle  des années 1970.

2. L’Algérie mettra-elle fin aux subventions ?

Je tiens  à souligner au préalable que dans une étude réalisée fin 2013 pour l’Institut Français des Relations Internationales IFRI sur la sphère informelle au Maghreb, concernant justement les prix,  existent des prix administrés et des prix libres répondant à la loi de l’offre et de la demande. Pour les prix libres, et cela n’est  pas propre à l’Algérie  mais à l’ensemble du Maghreb et de l’Afrique dont la superficie économique est dominée  à plus de 50% par la sphère informelle ,contrôlant les circuits de distribution, les commerçants s’alignent pour écouler leurs marchandises sur la valeur du taux de change du marché parallèle d’où des amplifications de prix qui pénalisent les couches les plus modestes. Cela rejoint des aspects économiques et  politiques de régulation d’ensemble qui ont un impact sur le  niveau   de production et de productivité. Pour le cas Algérie,  malgré les contraintes financières pour 2017, 1.630,8 mds DA seront alloués aux transferts sociaux (23,7% du budget de l'année 2017) répartis ainsi. 413,5 mds DA au soutien aux familles, essentiellement à travers la subvention des prix des produits de base (céréales, lait, sucre et huiles alimentaires), 330,2 mds DA au soutien à la santé et 305 mds DA aux programmes nationaux de logement.

3. L’Algérie ne risque-elle pas des tensions sociales avec cette loi de finances ?

Non, contrairement à certaines affirmations, les tensions existent comme dans tous les pays du monde. Mais  il s ‘agit de gérer ces situations, par un langage de vérité grâce à une nouvelle stratégie sociale et de nouveaux réseaux. Aussi il n y aura   pas d’implosion sociale à court terme, devant penser pour les éviter horizon 2018/2020 à de profondes  réformes structurelles douloureuses impliquant une profonde cohésion sociale  et ce pour quatre raisons.

Premièrement, l’Algérie n’est pas dans la situation de 1986, où les réserves de change étaient presque inexistantes avec un endettement qui commençait à devenir pesant. Pour les réserves de change le premier ministre a annoncé fin 2016 114 milliards de dollars  et le FMI 112 milliards de dollars inclus les 5 milliards de dollars empruntés au FMI et comme tous les pays les dépôts de 3,5 de droits de tirages spéciaux DTS d’environ 3,5 milliards de dollars sans compter les 112 tonnes d’or et une dette extérieure inférieure à 4 milliards de dollars, ces réserves de change, si elles sont bien utilisées, peuvent à la fois servir de tampon social.

Deuxièmement, vu la crise du logement, le regroupement de la cellule familiale concerne une grande fraction de la population et les charges sont payées grâce au revenu familial global. Mais il faut faire attention : résoudre la crise du logement sans relancer la machine économique prépare à terme l’explosion sociale.

Troisièmement, grâce à leur travail mais également aux subventions étatiques, les familles algériennes ont accumulé une épargne sous différentes formes. Je vous annonce qu’une réflexion est en cours, pas pour le court terme cela suppose  un système d’information performant au temps réel,  est mené conjointement entre le premier ministère et celui des finances pour qu’à l’avenir ces subventions soient ciblées pour les  catégories les plus défavorisées et les secteurs que l’on veut encourager.

Quatrièmement, l’Etat, malgré des tensions   budgétaires  qui iront en s’accroissant, les dispositions de la loi de finances  de  2017, continue à subventionner les principaux produits de première nécessité : il n’est pas question de toucher aux produits essentiels.

4.-Question et l’avenir ?

Quitte à me répéter, la solution réside  pas seulement pour l’Algérie mais pour l’ensemble du Maghreb  et du continent Afrique  en des  réformes structurelles, nécessitant une nouvelle gouvernance tant locale que centrale  et une large  cohésion sociale, si nos pays  veulent  rendre attractif   pour les investissements productifs nationaux  et  étrangers. Le temps se compte et les  contraintes tant internes qu’internationales sont là et l’urgence est  donc de favoriser le développement interne et éviter ces exodes massifs vers l’étranger.Par ailleurs,la sécurité est un enjeu majeur dans notre région  car existe un lien dialectique entre sécurité et développement. Avec le terrorisme à nos frontières, une entente régionale  entre les pays du Maghreb, les riverains africains   et une entente internationale est vitale pour sécuriser à la fois nos frontières et nos pays et lutter contre les trafics d’armes et  de drogue qui financent en partie  le terrorisme. Toute déstabilisation de l’Algérie, comme j’ai eu à le rappeler récemment le 28 décembre 2016 au quotidien American Herald  Tribune, « Prof. Abderrahmane Mebtoul: Any Destabilization of Algeria would have Geo-strategic Repercussions on all the Mediterranean and African Space »  aurait des répercussions régionales dont sur le Maroc, sur toute la région méditerranéenne et saharienne. D’où l’importance de l’intégration du Maghreb et d’une manière générale l’Afrique du Nord intégration à laquelle je suis particulièrement attachée depuis des décennies, objectifs stratégiques contenues depuis les mouvements  de libération nationale et à l’indépendance  dans toutes les constituions algériennes  et de sous intégrations régionales en Afrique afin de favoriser le développement car souvent le terrorisme se nourrit de la misère.

Comme j’ai eu à le démonter dans deux  ouvrages collectifs assisté de 36 experts maghrébins et européens  sous ma direction celle de  mon ami Camille Sari de la  Sorbonne, édités à  Paris Harmattan (« le Maghreb face aux enjeux géostratégiques 2014/2015 deux tomes 1080 pages) l’avenir du Maghreb,  pont  avec  l’Europe, est  en Afrique  et son intégration est vitale  si l’on veut éviter sa marginalisation horizon 2020/2030. Il est suicidaire tant pour l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, la Libye et la Mauritanie de faire cavalier seul. Inspirons nous des expériences réussies  de la coopération économique entre l’Allemagne et la France du programme de Schuman au lendemain de la seconde guerre mondiales, la résolution des problèmes politiques suivra nécessairement. Dans ce cadre, l’Algérie, le  Maghreb et l’Afrique  doivent s’adapter à la 4ème révolution économique qui s’annonce imminente entre 2020/2030 fondée sur le numérique, la robotique, d’autres segments nouveaux dont les industries écologiques et dans ce cadre je salue les résolutions en espérant des solutions concrètes  de la COP21 à Paris et celle de la COP22 à Marrakech ,  qui va révolutionner le management du politique, des administrations , des  entreprises et notre comportement en tant que citoyens .

 (*) Professeur des Universités, expert international (Algérie)

NB : Interview du Dr Abderrahmane MEBTOUL  -Invité de la semaine de l’Eco par Medi1/Radio (Radio méditerranéenne Internationale) Samedi 14 janvier 2017

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"La baisse des stock américains n’a pas un grand effet sur les prix du pétrole" (Mustapha Mekidèche)

  Selon l’expert, c’est la position de l’Union Européenne vis-à-vis des pays Opep qui risque de provoquer un chamboulement du marché pétrolier.

Algérie: Le procès du porte-parole de la Coordination des comités de soutien de Cevital, reporté

  D’après Bouzidi, la marche organisée le 14 mai à Bejaia « commence à porter ses fruits ».

Algérie : L’activité de la gare maritime de Mostaganem progresse de 17%

  Au cours du premier trimestre 2018, il a été enregistré le passage de 13.232 véhicules, à partir et vers Mostaganem.