Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Mars 2017

  •   Samy Injar
  • vendredi 17 février 2017 17:42

CPP : Alger, sous stress étudiant, a-t-elle déjà voté Macron ? (audio-vidéo)




Le café presse politique s’est mis à l’heure des campus algériens en ébullition. Pour l’ambiance, trois cars de police à place Audin à côté du plateau de RadioM … Le CPP a aussi scruté Macron à Alger.

 

Que veut bien signifier ce vent de contestation étudiante dans les universités algériennes depuis la rentrée de l’automne dernier que le gouvernement n’arrive pas à contenir ? « Qu’il se passe quelque chose du côté du mouvement étudiant qu’il va bien falloir suivre de près, et ce quelque chose inquiète déjà sérieusement le gouvernement » estime El Kadi Ihsane. « Certes, mais tout ceci se déroule dans un contexte général de dépolitisation qui fait que nous ne sommes pas dans la configuration de la contestation étudiante des années 80 qui était hautement politique » pondère Said Djaffer. Pour Samir Larabi journaliste à KBC et ancien militant de gauche à l’université « ce n’est pas parce que les revendications actuelles des étudiants se limitent pour leur grande partie aux conditions sociaux pédagogiques à l’université que le mouvement ne risque de déborder » ce cadre pour devenir plus politique. D’ailleurs Hadda Hazem estime qu’il existe un agenda caché à ce mouvement de protestation qui touchent de nombreux campus et il est lié aux élections législatives « c’était le cas déjà dans les années 90. A l’approche des élections, les islamistes tentent de faire pression sur le gouvernement pour obtenir quelque chose ». Sauf que l’UGEL, le syndicat étudiant proche des frères musulmans du MSP dans les années 90 est aujourd’hui d’obédience RND pour ce qui est de sa direction national.

« Le vote n’est pas un enjeu à l’université »

Kamal Mansari estime que le vote n’est pas un enjeu à l’université « les étudiants ne votent pas. Ils sont dans la contestation ». Pour ajouter que leurs revendications actuelles sont légitimes : bourse, repas, services universitaires ; rien ne tient vraiment la route. Le CPP a bien compris qu’une partie de la contestation persistante à l’université est en relation avec la transition faculté-monde du travail. « Ce sont les étudiants de 5 e année par exemple en pharmacie qui sont à la tête du mouvement depuis trois mois » pour obtenir des reclassements dans la fonction publique au profit de leur qualification, explique Samir Larabi. « Ce qui pose un problème d’argent et donc de dépense. Or nous sommes – pour Said Djaffer, dans une situation inverse à celle de 2011» ou le gouvernement avait cédé aux revendications salariales qui se sont généralisées dès les premières concessions. « Cette fois il n’y a plus la cagnotte. La tentation de recourir plutôt à la répression » est la plus forte. « Le gouvernement a une grande expérience dans la gestion de ce type de mouvement. Il sait notamment recourir à la gestion par l’usure. Les étudiants de pharmacie, par exemple, seraient bien inspirés de savoir finir leur grève » recommande Samir Larabi.

Macron provoque des postillons au CPP

Le CPP s’est clivé sur la question de savoir si Alger avait voté ou pas Macron, après avoir peu caché un penchant pour le néogaulliste Alain Juppé éliminé depuis. Et aussi sur la question de savoir si c’était le cas est ce que le choix de Macron se justifiait. Kamal Mansari a porté à lui presque tout seul le poids du déni de bonne foi de Emmanuel Macron au sujet de sa déclaration sur la période coloniale « c’est un crime contre l’humanité ». Mais pas seulement. Pour lui, il n’y a aucun intérêt pour le gouvernement algérien d’avoir une préférence parmi les candidats à l’élection présidentielle française « ils sont tous pareille » vis à vis des intérêts de l’Algérie, au sens ou ils défendront tous les intérêts de la France. Point de vue qui a provoqué une réaction courroucée de El Kadi Ihsane pour qui « l’Algérie doit regarder vers l’élection française un peu de la même manière que le Mexique a suivi celle des Etats Unis car nous sommes très concernés par le résultat, selon que cela soit tel ou tel type de candidat qui s’impose ». Il y a clairement des présidents avec lesquels la relation Alger-Paris se passe mieux qu’avec d’autres, est aussi le point de vue de Said Djaffer, qui lui, par contre, conteste la capacité d’Alger à peser sur le choix des français. Y compris à travers une diaspora qui « soit ne vote pas, soit vote de manière dispersée politiquement ». Alger a bien affiché de bonnes dispositions à l’égard de Emmanuel Macron ce qui, compte tenu du reste de l’offre politique en passe de gagner l’élection, (Marine Le pen, François Fillon), est « un choix qui se justifie complètement » aux yeux de El Kadi Ihsane, pour qui le retour de la droite « dure et décomplexée » aux affaires ruinerait la détente dans les relations amorcées par la période François Hollande. Le CPP n’envisage même pas le cas d’une victoire de Marine Le Pen, mais peut être a t’il tort, après le recul de la candidature Fillon. Reste à savoir si le très jeune Emmanuel Macron peut avoir le souffle long pour créer la surprise et remporter l’élection présidentielle en mai prochain ? Si ce n’est pas le cas Alger se serait dévoilée sans précaution et subirait les contre coups diplomatiques de sa défaite. C’est l’appréhension de Kamal Mansari qui n’a pas avalé en 2017 la trahison de la SFIO de Guy Mollet de 1956. Ambiance.

L'émission en audio:

L'émission en vidéo:

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

4 Commentaires

  • Où es-tu Armée au budget colossal ? Où es-tu Opposition …à tout consensus ?

    Rapporter Amascha-Hô samedi 18 février 2017 16:45
  • Le niveau des debats du Cpp ne cesse de dégringoler !

    Rapporter bernou123 samedi 18 février 2017 12:14
  • Xavier Driencourt, le sarkozyste accompagnateur du mémorable forcing de la constitution algérienne et du troisième mandat colonial, pressenti comme prochain ambassadeur de France à Alger se qui plaide, mécaniquement, pour le maintient de Bernard Bajolet à la tête de la DGSE au-delà de ses 68 ans et Amar Saïdani au perchoir de la prochaine Apn dans ‘le sourire et la bonne humeur’ de tonton Xavier. Et comme nouvelle approche, on lance des formules genre que le colonialisme est un crime contre l’humanité, et le diable change son fusil d’épaule tout en gardant serrées ses mâchoires sur l’Algérie

    Rapporter Amascha-Hô samedi 18 février 2017 10:33
  • Comme les outils de précision sont contrôlés sur une dalle en granite, les mots et les actions eux sont jugés sur la trame du temps

    Rapporter Amascha-Hô vendredi 17 février 2017 19:40
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d'oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement victimes de contrefaçon locale, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.