Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 26 Juillet 2017

  •   Hani Ghoualmi
  • lundi 6 mars 2017 12:08

Algérie – Polémique sur la pénurie des médicaments : ce que disent les pharmaciens

 Pour les pharmaciens, il y a bien pénurie (DR)

Pénurie de médicaments en Algérie ou pas ? Entre la Fédération algérienne du médicament (FAM) et le ministère de la santé, les avis sont diamétralement opposés. Nous avons fait un tour des pharmacies pour avoir l’avis de ceux qui reçoivent les ordonnances et servent les médicaments au quotidien.

 

 

La Fédération algérienne du médicament (FAM) a lancé l’alarme sur la pénurie croissante de médicaments et s’est inquiété du fait que l’importation des matières premières pour la production nationale soit limitée par les autorités.

Le ministère de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière a immédiatement réagi en soutenant qu’il n’existait aucune pénurie touchant les médicaments essentiels tout en assurant que les programmes d’importation des DCI (dénomination commune international) ont été émis dans les délais.

 

 Lire aussi :

« La pénurie de médicaments va encore s'aggraver dans les prochains mois » (FAM)

«Tous les programmes d'importation de médicament ont été libérés dans les délais » (responsable)

 

Une rupture qui ne touche pas que les produits importés

Devant ces avis diamétralement opposés, nous avons mené une enquête auprès de plusieurs pharmacies à Alger. Le constat est unanime : il existe bien une pénurie de médicaments. « Cette pénurie a toujours existé ; en tout cas depuis que j’ai commencé à travailler, on a tout le temps fait face à ce problème » témoigne une pharmacienne d’Alger-centre.

 

La rupture des stocks ne touche pas uniquement les médicaments importés. Un nombre important de médicaments générique produits par des laboratoires nationaux sont eux aussi en rupture.

 « Il y a une période de vide entre l’interdiction d’importer un médicament, et l’entrée en production effective de celui-ci par un producteur national. Ces médicaments deviennent introuvables» explique pharmacien.

 A l’est du pays, les habitants des villes proches de la Tunisie arrivent à se procurer des médicaments grâce aux routiers.  La technique est de prendre en photo le médicament en question et la transmettre à un taxieur qui, vous l’apporte en fin de journée, à son retour de la Tunisie.

 « Chez eux, ils ont tout, ils n’ont pas de problème de rupture (des médicaments)» témoigne un taxieur qui a l’habitude d’effectuer ce service contre rémunération. Un pharmacien nous a montré sa « liste noire » sur laquelle sont mentionnés tous les médicaments en rupture de stock dans sa pharmacie.

 

La "liste noire"

 

M. Hamou Hafedh Directeur général de la pharmacie et des équipements de santé au ministère de la Santé qui a rejeté catégoriquement l’existence d’une pénurie a avancé le 22 février dernier qu’il ne fallait pas réduire la «disponibilité des médicaments au seul médicament importé".

Le fait est que des pharmaciens soulignent que la pénurie ne se limite pas aux médicaments importés mais touche également des médicaments produits en Algérie. Des produits non importés et dont le générique existe-en principe- au niveau national sont en rupture, à l’instar de Josir pour le traitement des symptômes fonctionnels de l'hypertrophie bénigne de la prostate.  La vitamine B12, produite uniquement par le laboratoire Saidal est également difficile à trouver selon les pharmaciens.

 Toutefois, le nombre des médicaments en arrêt d’importation et non produits par des laboratoires nationaux reste très important. Les Pharmaciens sollicités notent une longue liste de ces médicaments, à l’exemple de Permiscon, Xatral, Colchicine.

 D’autres médicaments indispensables tels que Skiacol Collyre, « à appliquer 24 heures avant une opération chirurgicale de l’œil » ou encore le Syntocinon utilisé chez la femme en phase d’accouchement. Des compléments alimentaires importants notamment pour les nourrissons à l’instar de la vitamine D3, la vitamine K ainsi que la vitamine D sont difficile à trouver auprès de nos pharmacies.

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • ceux qui persiste a nie l'existence de pénurie en médicaments cherche seulement a couvrir le vrai visage de leur incompétence a gérer ce secteur trais sensible personnellement j'aurai préféré que ce soit l’état elle même s'occupe de ce secteur car je m’en souviens parfaitement quand il y a avez la PCA qui s'occuper de tous ca tout fonctionne normalement car c’était un personnel qualifies et compétents
    enfin il y a boire et a manger dans tous çà

    Rapporter amari mardi 20 juin 2017 16:36
  • Ces pharmaciens n'ont pas honte ! faire mentir un ministre de la république. D'ailleurs ces mauvais patriotes sont sûrement manipulés depuis l'étranger selon Ouhayia...

    Sellal a dit qu'il va importer cette année pour 30 Mds USD. Moi, à la place des malades, je m'inquiéterais...

    Rapporter Truc lundi 6 mars 2017 17:38
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

« Je suis prêt à parier que les USA subventionnent l’industrie du schiste »-Pr Aktouf (audio)

L’industrie du pétrole et du gaz de schiste aux USA se concentre sur les puits les plus rentables. « Or, les plus rentables, c’est  8% d’espérance de gain de rentabilité par puits alors que le conventionnel est à 30% et plus », explique le Pr- Omar Aktouf.

Algérie : Haddad s’explique par le chiffre et la lettre

    Selon lui, les accusations dont l’ETRHB fait l’objet seraient pour la plupart infondées.

62% des Algériens n’ont pas d’eau 24 heures sur 24 (ADE)

  Le problème se pose dans des villes qui souffrent de l’insuffisance de la ressource,  des installations ou des deux.