Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 26 Juillet 2017

  •   Algérie Presse Service
  • lundi 13 mars 2017 14:07

Algérie - Le gisement de fer de Gara-Djebilet soumis à l'étude du chinois Sinosteel

 

 

La Société nationale de fer et de l'acier (Feraal) et l'entreprise chinoise Sinosteel equipment & engineering ont signé lundi à Alger un protocole d'accord de réalisation des études de préfaisabilité et de faisabilité des investissements de développement du gisement de fer de Gara-Djebilet (Tindouf).

 

 

Le document a été paraphé par le directeur général de Feraal, Ahmed Benabbas, et celui de Sinosteel, Wang Jian, en présence du ministre de l'Industrie et des mines, Abdessalem Bouchouareb, et de l'ambassadeur de Chine à Alger, Yang Guangyu.

Déjà présente à Bellara (Jijel) et à Oran, Sinosteel est une entreprise étatique chinoise fondée en 1993, activant principalement dans l'exploitation minière, la fabrication d'équipements et l'ingénierie, et est le 2ème importateur chinois de minerai de fer.

Ces études de préfaisabilité et de faisabilité devraient être prêtes à fin 2017 et porteront sur l'ensemble des aspects de la mise en exploitation du gisement, a expliqué M. Bouchouareb.

Il s'agit de trouver "le meilleur compromis entre les investissements nécessaires pour l'extraction, le traitement et le transport du minerai jusqu'à sa livraison aux clients en Algérie ou à l'étranger, et les investissements à prévoir, en parallèle, pour la réalisation des infrastructures et pour assurer la disponibilité de l'ensemble des utilités dans la région, ainsi que l’impact économique, environnemental et social de ces investissements et de l'exploitation", a-t-il souligné.

Le contrat couvre également la réalisation par des centres de recherche en Chine des essais de déphosphoration et d'enrichissement sur quatre (4) procédés distincts, a expliqué le ministre rappelant que les laboratoires algériens ont pu atteindre en 2015 un taux de déphosphoration avoisinant 0,1%.

Sur la base de ces études et essais, Feraal compte réaliser en 2018 une usine-pilote permettant de démontrer la fiabilité du procédé de traitement retenu et de déterminer tous les paramètres de fonctionnement du projet d'exploitation industrielle du minerai de Gara-Djebilet qui sera lancé entre 2021 et 2022.

A ce propos, M. Bouchouareb a considéré que pour l'Algérie, la valorisation de ce minerai de fer était à la fois stratégique et un défi, soulignant que ce projet permettra de placer l'Algérie en tant que "leader" de l'industrie sidérurgique et métallurgique à l'échelle continentale en se dotant d'une plateforme de production de taille internationale.

 

Un «hub métallurgique »

 

L'exploitation du gisement de fer de Gara-Djebilet permettra aussi à l'Algérie de devenir un "hub métallurgique" stimulant de nouveaux bassins d'emplois. A cet égard, les premières estimations font ressortir un potentiel de création de 4.800 emplois directs et de 14.500 indirects aussi bien au niveau de la mine, des installations industrielles, des annexes que des infrastructures, a-t-il avancé.

Qualifiant ces études de phase cruciale et déterminante pour l'avenir de ce projet, le ministre a affirmé que la partie algérienne serait "extrêmement exigeante et vigilante sur le respect des délais et la qualité des études".

En marge de cette cérémonie, le directeur général de Feraal a expliqué à la presse que ces études permettraient de définir avec précision le niveau des réserves dans ce gisement, leurs caractéristiques ainsi que les meilleures méthodes de leur exploitation.

Il s'agit donc d'études réalisées selon les normes internationales, qui seront reconnues à l'échelle internationale, ce qui facilitera par la suite l'obtention des financements auprès des banques algériennes et étrangères, a avancé M. Benabbas.

 Découvert dans les années 50, le gisement de Gara-Djebilet offre des réserves minières estimées entre 1 et 2 milliards de tonnes, avec une teneur en fer de près de 57%, selon d'anciennes études.

Par ailleurs, M. Bouchouareb a fait savoir que le Conseil des participations de l'Etat (CPE) tiendrait prochainement une réunion pour la validation de plusieurs projets d'investissements. Il s'agit, entre autres, d'un projet de transformation de phosphate d'une capacité de production de 6 millions de tonnes annuellement, qui sera réalisé par un groupement algéro-chinois à travers la conclusion d'un pacte d'actionnaires. 


Évaluer cet élément
(9 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

« Je suis prêt à parier que les USA subventionnent l’industrie du schiste »-Pr Aktouf (audio)

L’industrie du pétrole et du gaz de schiste aux USA se concentre sur les puits les plus rentables. « Or, les plus rentables, c’est  8% d’espérance de gain de rentabilité par puits alors que le conventionnel est à 30% et plus », explique le Pr- Omar Aktouf.

Algérie : Haddad s’explique par le chiffre et la lettre

    Selon lui, les accusations dont l’ETRHB fait l’objet seraient pour la plupart infondées.

62% des Algériens n’ont pas d’eau 24 heures sur 24 (ADE)

  Le problème se pose dans des villes qui souffrent de l’insuffisance de la ressource,  des installations ou des deux.