Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Mars 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • dimanche 19 mars 2017 08:17

Algérie : La pénurie de médicaments c’est sérieux et il y a urgence (Belambri-SNAPO)

Le président du SNAPO, Messaoud Belambri: la pénurie existe! (Fb)

 

L'indisponibilité d'un nombre important de médicaments en Algérie que le ministère de la santé conteste en dépit des constats faits auprès des pharmaciens a été, une fois de plus, confirmée par le président du Syndicat national des pharmaciens d'officines (Snapo), M. Messaoud Belambri.

 

En marge de la 10ème journée nationale pharmaceutique, Belambri n'y est pas allé par quatre chemins pour redire que la pénurie de médicaments existe bel et et qu'elle touche également des médicaments fabriqués en Algérie.

 Belamri a souligné que le Snapo a assumé pleine sa fonction de veille et a confirmé le constat général - que seul apparemment le ministère de la santé ignore - d'une indisponibilité d'un grand nombre de médicaments. Près de 140 dont 40 produits en Algérie.

 Dans des déclarations rapportées par le Quotidien d'Oran, Belambri souligne que les produits locaux sont également touchés. Les antibiotiques injectables ne sont pas disponibles alors qu'ils sont produits par des opérateurs en Algérie comme Sophal, Biocare, Saidal.

 Le président de SNAPO qui souligne que son syndicat ne "cherche pas à polémiquer" a indiqué que le constat de terrain fait auprès des pharmaciens d'office indique que 140 médicaments sont actuellement non disponibles que ce soit au niveau des officies ou des fournisseurs et des grossistes.

 

Antidouleur non, lotions nasales oui…

 

Avec à la clé une aberration qui veut qu'un antidouleur pour cancéreux, le Cytrotex n'est pas disponibles alors que des médicaments non-essentiels comme des "lotions nasales d'origine marine" le sont.

 Constat corroboré également par la Dr S. Habbaq du Centre Pierre et Marie Curie d'Alger qui confirme, selon les propos rapportés par le Quotidien d'Oran, la rupture de médicaments antidouleur pour les cancéreux et l'absence de dérivés de morphine à libération directe. La Dr S.Habbaq a souligné par ailleurs les morphines ne sont disponibles qu'à Alger, ce qui laisse les cancéreux non algérois à leurs douleurs.

 Selon des chiffres rendus publics le 4 février dernier par la Ligue algérienne de défense des droits de l'homme (LADDH) à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le cancer, 480.000 Algériens sont malades du cancer, deuxième cause de mortalité après les maladies cardiovasculaires. La LADDH a affirmé que plus de 12.000 malades meurent chaque année faute de prise en charge adéquate.

 

Risque d’aggravation

 

 Messaoud Belambri n'écarte pas une aggravation de la situation dans les prochains mois en relevant que les programmes d'importations signés traditionnellement entre septembre et novembre n'auraient été signés qu'entre janvier et mars.  Avec un délai de deux à trois mois entre la commande et la livraison, la situation risque de se compliquer.

 Pour certains opérateurs qui rappellent qu'il faut passer par un bon de commande délivré par la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH), il faut compter entre 5 et 7 mois. "A ce rythme, même s'il y a eu des stocks de sécurité à tous les niveaux, ils s'épuiseront rapidement".

 Il y a urgence, selon lui, car "si les programmes signés actuellement ne bénéficient pas d'une procédure spéciale d'urgence et d'accélération, il faut s'attendre à des complications et à une sévère pénurie de médicaments essentiels dans les prochains mois" a indiqué Belambri.

 

LIRE AUSSI :

– Polémique sur la pénurie des médicaments : ce que disent les pharmaciens
- « La pénurie de médicaments va encore s'aggraver dans les prochains mois » (FAM)

- «Tous les programmes d'importation de médicament ont été libérés dans les délais » (responsable)

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.

Algérie - L'ALNAFT a un nouveau président par intérim, Arezki Hocini

Le remplacement de Sid Ali Betata à la tête de l’Alnaft intervient quelques jours après le remplacement d’Amine Mazouzi à la tête de la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach par Abdelmoumene Ould Kaddour, ancien patron de BRC (dissoute), pourtant condamné par la justice pour espionnage au profit d’une puissance étrangère.