Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Ihsane El Kadi
  • mardi 28 mars 2017 08:14

Pourquoi l’Algérie 38e au classement mondial du bonheur, ce n’est pas une farce (Chronique)

 

La "semaine économique", la chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane a trituré le classement de l’ONU sur le bonheur dans le monde. Conclusion, ce n’est pas farfelu, et la vie des Algériens est à considérer autrement.

 

L’Algérie est au 38 e rang du classement sur le bonheur dans le monde publié par l’ONU.  La première réaction devant une telle nouvelle est bien sur la défiance. Erreur. Il s’agit d’une étude infiniment plus sérieuse que celle qui mettait, quelques jours plus tôt, Alger parmi les pires villes du monde.

 Le World Happiness Record, WHR, en est à sa quatrième édition. Le classement est établi par "un groupe d'experts indépendants agissant dans leur capacités personnelles", mandaté par Ban Ki-Moon, l’ancien secrétaire général l'Organisation des nations unies (ONU).

 Elle a eu le temps d’affiner ses données. Celles-ci croisent des indicateurs objectifs comme le PIB par personne, l’espérance de vie en bonne santé, le système des transferts sociaux, le régime des libertés, avec d’autres comme la perception de la corruption ou encore le sentiment de confiance. 

 WHR s’appuie sur les sondages globaux de l’institut américain Gallup, leader de la mesure des opinions publiques dans le monde, avec lequel collabore, entre autres, le britannique Angus Deaton, prix Nobel d’économie en 2015.

Ce classement est bien sur controversé. Ceux qui le critiquent sont aussi nombreux que ceux qui, d’édition en édition, commencent à le considérer comme une référence avec laquelle les tropismes de recherche universitaire et les politiques publiques doivent désormais compter.

Cette chronique est parfois jugée dans les commentaires électroniques comme exagérément négative vis à vis des décideurs algériens, jusqu’à y être qualifiée "d’anti-algérienne " par quelques lecteurs en dette avec le sens de la nuance. 

 Le classement de l’Algérie au 38e rang, ou de manière plus souple (un volant d’écart est prévu par WHR) dans les 50 pays les plus heureux du monde, est tout à fait soutenable. Il est appuyé par un élément académique sérieux : le progrès reconnu des instruments de mesure du bien être ces dernières années. 

 Un courant d’économistes a construit des équipes multidisciplinaires, comme celles qui ont travaillé dans l’étude de WHR, pour apprendre à évaluer la perception du bonheur selon une large variété de modèles de pondération.

Une corrélation forte a été établie entre le niveau de vie et la santé.  De même que les inégalités et leur perception jouent un rôle crucial dans les perceptions de sa propre vie. Les enquêtes de Gallup ont même intégré des biais selon que le sondage a lieu un jour de semaine ou le week-end.

 Le prix Nobel Angus Deaton est un des animateurs de ce courant académique dont l’objet de recherche dépasse le domaine de la stricte quantification de la valeur pour évaluer le bien être des peuples.

Les pays les plus pauvres sont ceux où "les gens sont les plus malheureux " montre le classement WHR. Le Burundi, enlisé dans un conflit politique et ethnique ferme la marche sur les 157 pays évalué. Dans le wagon de fin la Syrie, le Togo, l'Afghanistan ou encore le Bénin, confortent le lien entre éléments objectifs (revenus et infrastructures sociales) et perception subjective (Guerre et instabilité).

 Mais au-delà d’un certain seuil de revenu, qui garantit la satisfaction des besoins fondamentaux de l’homme, un surcroit de revenu influe de moins en moins sur la perception du bonheur. Il continue de le faire mais à la marge. Il n’en reste pas moins que dans le top dix de ce classement conduit par le Danemark, il n’y a que des pays riches ou pas loin de l’être : la Suisse, l'Islande, la Norvège, la Finlande, le Canada.  Il s’agit surtout de pays stables, avec des systèmes de sécurité sociale solides.

 

Les avancées nourrissent le sentiment de bien-être

 

L’Algérie est un pays plutôt doué pour le bonheur selon donc ce classement WHR, dont on vient d’observer le caractère fouillé et ambitieux.  Evidemment le classement propose une moyenne par pays. Il explique bien que l’on peut trouver dans un même pays des catégories de population dont le bien-être perçu est extrêmement divergent.

 C’est le cas notamment dans les pays fortement inégalitaire.  Ainsi le classement d’Israël à la 11e place peut surprendre compte tenu de l’existence d’une forte minorité arabe qui ne peut pas rejoindre les standard du bien être –y compris et surtout strictement subjectif – de la population juive majoritaire.

 Dans le cas algérien, il peut s’illustrer par le phénomène de la harga et du départ de près de deux millions de citoyens pour l’étranger durant une période pourtant de résilience économique et sociale. Perception différenciée du bien-être.

Le classement de l’Algérie se défend surtout par la forte trajectoire de croissance des 15 dernières années sur un repère où le point de départ est une fin de guerre civile qui a failli emporter le pays. Tous les indicateurs sociaux ont fait un bond en avant et ont fini, en se consolidant, par diffuser un sentiment de confiance que le sondage Gallup a transformé en points de plus dans l’enquête WHR.

A l’inverse, la crise en Grèce (99e au classement) a sapé la confiance depuis 2008 et dilapidé le sentiment de bien-être en même temps que le chômage et la pauvreté s’y sont propagés.

Les avancées de la mesure du bien être permet d’affirmer aujourd’hui que "les émotions positives impactent plus le sentiment de bonheur que l’absence d’émotions négatives ". En d’autres termes un pays qui stagne, même s’il est plus riche et plus stable, pourrait diffuser moins de sentiment de bien être qu’un pays qui a fait des progrès.

 Dans le cas de l’Algérie ce sentiment est très fort car le pays repart de très bas. Il y a vingt ans, cet été qui arrive, les Algériens vivaient Rais et Bentalha et le monde avait symboliquement quitté Alger. Alors oui en 2017, l’Algérie fait partie des 50 pays les plus heureux du monde.

 

  Dire le temps d’après

 

 Il reste quelques lignes pour expliquer pourquoi alors existe-t-il un stress si pressant chez les élites intellectuelles en dissonance complète avec ce classement de WH : parce que le propre de la connaissance sociale et politique est d’être dans le temps suivant.

Au temps de Bentalha, il s’agissait de rester objectivement optimiste sur la capacité de l’Algérie à se redresser et à redevenir un acteur stable et prospère. Les indicateurs économiques, le démarrage du second âge pétrolier à Hassi Berkine (pétrole) et à In Salah (gaz) permettaient de l’être. Aujourd’hui nous sommes peut-être dans la séquence Grecque du gouvernement Karamanlis.

Athènes reçoit les jeux olympiques en 2004 et le pays, qui a reçu des capitaux européens, est plutôt heureux. Mais la trajectoire cachée, elle, stressait les élites indépendantes. Bien sûr, le bonheur fugace est aussi un bonheur. Celui qui dure vaut la peine de vivre plus longtemps. Cette chronique essaye de l’expliquer depuis douze ans.


Évaluer cet élément
(11 Votes)

Laissez un commentaire



5 Commentaires

  • La (ou les) personne qui a (ont) écrit cette connerie fait partie de la secte des d'ignards qui pillent les ressources du pays et profitent pleinement et impunément des richesses dont dispose l'Algérie. Malgé tous les indicateurs qui sont au rouge dans tous les domaines de la vie en Algérie et divers classements internationnaux qui envoient l'Algerie à la queue du peleton, vient "ce rapport" bidon classer l'Algérie à ce rang en matière de bonheur!! C'est vertigineux. L'algérien (de tous bords) est tellement heureux qu'il est prêt à quitter son pays,
    abandonner sa famille, laisser tout ce qu'il a pu construire auparavant, juste pour aller ailleurs.
    On aurait pu (oui) être heureux si l'Algérie est gouvernée par des gens honnêtes, compétents, ayant le sens suprême de l'interêt national. Malheureusement c'est tout le contraire. C'est une bande d'incapables et de voleurs qui ont mis main basse sur ce chèr pays, et pour qui la notion de la suprématie de la nation n'est qu'un slogan qu'ils agitent pour étouffer toute contestation populaire et perdurer leur domination.

    Rapporter Triste Algérien dimanche 12 novembre 2017 00:28
  • 38, c'était le classement 2016. Dans le classement 2017,
    le classement est 53.

    Rapporter djamel2 mardi 28 mars 2017 22:42
  • Un bonheur à coup d'ansej
    Le bonheur ne s’achète pas
    le bonheur c'est tout autre

    Rapporter bonheur? mardi 28 mars 2017 22:13
  • du n'importe quoi ce classement
    c'est parce que nous gobons leurs saletés alimentaires et avions pris du poids que nous sommes heureux à leurs yeux
    le bonheur se trouve ailleurs

    Rapporter nouri mardi 28 mars 2017 13:26
  • Ce rapport qui classe notre pays à la 38ème place du bonheur à l’échelle mondiale, me rappelle deux petites anecdotes familiales et que voici :

    Ma défunte tente maternelle, KHALTI ZEHRA, lorsqu’elle était encore en vie n’avait jamais apprécié le fait de me voir installé à Paris, et elle me le faisait savoir cheque fois que je venais passer quelques jours de vacances à Alger en me disant MAKACH BLED KHIR M’EDZAIR

    Et un jour, KHALTI ZEHRA, qui ne connaissait que son pays natal était venue passer une semaine chez-moi à Paris et elle qui croyait dur comme fer qu’on ne pouvait être heureux qu’en Algérie avait fini par changer d’avis et par me dire : Paris c’est le paradis…dans ce pays tout le monde semble heureux

    En 1990, j’avais loué pour les vacances d’été une grande villa avec piscine à Nice et feu mon frère RABAH, était venu avec sa femme et ses deux filles passer une quinzaine de jour de vacances avec moi dans la villa.

    Au retour à Alger, sa fille RYME, qui était alors âgée de 8 ans, avait juré à ses amies de classe que le paradis existait sur terre et qu’elle y’avait séjourné durant 15 jours qu’elle n’oublierait jamais.

    Le bonheur est une notion relative, mais ce qui est certain c’est que nous avons un très beau pays où l’on pourrait vivre heureux, et ce pour peu que nos gouvernants veuillent se donner la peine de faire le nécessaire pour y parvenir, mais hélas cela est loin d’être le cas.

    Bien que je n’ai pas d’avis sur le sérieux de la dite étude qui fait de notre pays un pays heureux, je dirai que par culture nous sommes un peuple qui peut se contenter de peu et hélas même de la médiocrité de ceux qui nous gouvernent. Et pan sur les becs du pouvoir FLN-RND

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, malheureux inventeur des technologies de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées, dont les permis de conduire biométrique

    Rapporter GUENZET SOFIANE mardi 28 mars 2017 11:36
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.