Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Samy Injar
  • vendredi 21 avril 2017 16:53

Algérie: Le CPP refait le printemps noir à l’ère du MAK et des libertés érodées (AUDIO-VIDEO)

 

 

Numéro un peu spécial du Café Presse politique (CPP)  comme chaque année depuis 2014. Le 20 avril est un marqueur de l’état de santé de la vie démocratique en Algérie. Et de l’état de forme des panélistes du café presse.

 

 

 

 

Le café presse politique de la veille de la commémoration du 20 avril 1980 a passé en revue l’état des libertés en Algérie. Pour constater que l’appareil répressif s’il est plus puissant n’est pas plus éclairé.  La poursuite de la grève de la faim du docteur Kamel-Eddine Fekhar,leader de la contestation identitaire Mozabite en est une des expressions.

 

Mais c’est sur le rôle des services de sécurité en 2001, lors du printemps noir en Kabylie, que le débat a vite achoppé. Était-il possible d’éviter 126 morts et des dizaines de blessés graves par balles ?  Grinçant.

 

La présence  sur le plateau d’un journaliste, Samir Larabi, acteur du mouvement à l’époque a remis les faits au cœur des appréciations. De quoi est né le MAK ?  Le CPP a tenté de faire la généalogie du mouvement devenue indépendantiste pour la Kabylie au cœur des évènements de 2001.

 

Sinon la grève au quotidien Liberté a été l’occasion de décortiquer à la fois les difficultés du moment du groupe Cevital (grève à Piombino en Italie) et celles de la presse papier, ou le déclin des revenus publicitaires liés à celui des chiffres de vente, prépare des jours compliqués. 

 

Le CPP a lu l’oraison funèbre sur le modèle parlementaire turque victime cette semaine d’un référendum qui «présidentialise»  l’architecture du pouvoir politique dans un pays longtemps cité en modèle pour les autres pays de culture musulmane.

 

 Les arabes  voulaient, avec leur printemps,  se débarrasser du «gêne autoritaire» du système du  « Raïs ». Non seulement ils ont en partie échoué, mais les turcs risquent d’y retourner. Et si le modèle d’avenir d’une gouvernance démocratique avancée en terre d’Islam allait émerger finalement  au Maghreb ?  Pas Alger pour le moment, mais à Tunis.

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Ahmed Ouyahia : Le budget d’équipement pour 2018 sera augmenté, pas le budget de fonctionnement

Citant un rapport de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) qu’il a reçu le 12 septembre dernier, le Premier ministre a déclaré : « Le total des crédits octroyés par les banques ne dépasse pas 8.467 milliards de DA répartis comme suit : 4.000 milliards de DA octroyées aux entreprises publics, 700 milliards attribuées aux PME l’ANSEJ, le reste étant attribué...

Algérie - Ouyahia annonce la création d'une instance indépendante de contrôle du "financement non conventionnel"

Placée sous la tutelle du Président Abdelaziz Bouteflika, l'instance présentera des rapports trimestriels (trois mois) au Président de la République pour le suivi et l'évaluation de tout ce qui est réalisé.

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.