Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 20 Novembre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 18 mai 2017 09:23

Tunisie - L’armée souhaite être légalement chargée de sécuriser les installations vitales et les sites de production

60 installations vitales, dont 30 installations pétrolières et gazières, sont déjà sous protection militaire.

Dans son discours du 10 mai dernier, le président Béji Caïd Essebsi avait affirmé qu’il ne sera plus permis « de barrer les routes » ou d’« interrompre la production ». Anticipant les craintes d’une légalisation de l’intervention militaire contre des mouvements de protestation, le ministre de la Défense Farhat Horchani a rappelé hier, devant les députés, qu’il n’appartenait pas à l’armée « d'entrer en confrontation avec les protestataires ou de faire usage de la force, sauf dans des cas extrêmes où la sécurité de ses membres ou des installations est menacée ».

 

 

Le ministre de la Défense tunisien, rapporte Tunis Afrique Presse (TAP), a annoncé hier la formation d’une commission interne chargée d’élaborer un projet de décret définissant les champs d’intervention de l’armée nationale dans les domaines civils, notamment pour ce qui concerne la protection des installations et sites de production.

Farhat Horchani, précise TAP, a fait cette annonce lors de son audition par la Commission parlementaire de la sécurité et de la défense. 60 installations vitales, dont 30 installations pétrolières et gazières, sont déjà sous protection militaire, a-t-il expliqué aux membres de cette commission.

Pour rappel, dans un discours prononcé le 10 mai dernier le chef de l’Etat tunisien Béji Caïd Essebsi avait annoncé que l’armée sera bientôt chargée de la protection des sites de production. Il avait même indiqué explicitement que l’objectif derrière de telles nouvelles mesures était, entre autres, d’empêcher « l’interruption de la production ». Or, comme l’a souligné Farhat Horchani devant les parlementaires, l’attribution à l’armée de ces missions de protection nécessite encadrement juridique « définissant les champs (de son) intervention et dressant une liste des zones et des sites à sécuriser ».

 

Des craintes d’utilisation de l’armée contre les mouvements de protestation

 

Dans son discours du 10 mai dernier Béji Caïd Essebsi avait aussi affirmé, en évoquant les nouvelles missions de l’armée, qu’il ne sera plus permis « de barrer les routes ». Anticipant les craintes que le décret en préparation n’autorise l’intervention des militaires contre des mouvements de protestation, le ministre de la Défense tunisien a rappelé que « l’’armée tunisienne est une armée républicaine » et que « sa mission est la sécurisation des sites vitaux ». De ce point de vue, a-t-il ajouté devant la commission défense et sécurité de l’Assemblée, « il ne lui appartient pas d'entrer en confrontation avec les protestataires ou de faire usage de la force, sauf dans des cas extrêmes où la sécurité de ses membres ou des installations placées sous sa protection est menacée ».

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Plus de 220 millions de personnes sous-alimentées en Afrique subsaharienne (FAO)

Au cours de la première décennie du millénaire, l'Afrique subsaharienne a réalisé des progrès remarquables dans la lutte contre la faim mais la situation a changé entre les années 2015 et 2016.

Pendant ce temps au Maroc: L’industrie du cinéma est une chose sérieuse

Le nombre croissant de tournages qui ont rapporté quelque 280 millions de dirhams (3,4 milliards de dinars) qui ont été investis par des étrangers en 2016.

Algérie : Les partis de l’opposition réagissent à l’annulation de l’Impôt sur la fortune

Les partis politiques de l'opposition critiquent le retrait par la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) de l'impôt sur la fortune du projet de loi de finances 2018. Ils  qualifient cette démarche de "décision populiste " qui intervient dans le contexte des élections locales.