Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 26 Mai 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 18 mai 2017 09:23

Tunisie - L’armée souhaite être légalement chargée de sécuriser les installations vitales et les sites de production

60 installations vitales, dont 30 installations pétrolières et gazières, sont déjà sous protection militaire.

Dans son discours du 10 mai dernier, le président Béji Caïd Essebsi avait affirmé qu’il ne sera plus permis « de barrer les routes » ou d’« interrompre la production ». Anticipant les craintes d’une légalisation de l’intervention militaire contre des mouvements de protestation, le ministre de la Défense Farhat Horchani a rappelé hier, devant les députés, qu’il n’appartenait pas à l’armée « d'entrer en confrontation avec les protestataires ou de faire usage de la force, sauf dans des cas extrêmes où la sécurité de ses membres ou des installations est menacée ».

 

 

Le ministre de la Défense tunisien, rapporte Tunis Afrique Presse (TAP), a annoncé hier la formation d’une commission interne chargée d’élaborer un projet de décret définissant les champs d’intervention de l’armée nationale dans les domaines civils, notamment pour ce qui concerne la protection des installations et sites de production.

Farhat Horchani, précise TAP, a fait cette annonce lors de son audition par la Commission parlementaire de la sécurité et de la défense. 60 installations vitales, dont 30 installations pétrolières et gazières, sont déjà sous protection militaire, a-t-il expliqué aux membres de cette commission.

Pour rappel, dans un discours prononcé le 10 mai dernier le chef de l’Etat tunisien Béji Caïd Essebsi avait annoncé que l’armée sera bientôt chargée de la protection des sites de production. Il avait même indiqué explicitement que l’objectif derrière de telles nouvelles mesures était, entre autres, d’empêcher « l’interruption de la production ». Or, comme l’a souligné Farhat Horchani devant les parlementaires, l’attribution à l’armée de ces missions de protection nécessite encadrement juridique « définissant les champs (de son) intervention et dressant une liste des zones et des sites à sécuriser ».

 

Des craintes d’utilisation de l’armée contre les mouvements de protestation

 

Dans son discours du 10 mai dernier Béji Caïd Essebsi avait aussi affirmé, en évoquant les nouvelles missions de l’armée, qu’il ne sera plus permis « de barrer les routes ». Anticipant les craintes que le décret en préparation n’autorise l’intervention des militaires contre des mouvements de protestation, le ministre de la Défense tunisien a rappelé que « l’’armée tunisienne est une armée républicaine » et que « sa mission est la sécurisation des sites vitaux ». De ce point de vue, a-t-il ajouté devant la commission défense et sécurité de l’Assemblée, « il ne lui appartient pas d'entrer en confrontation avec les protestataires ou de faire usage de la force, sauf dans des cas extrêmes où la sécurité de ses membres ou des installations placées sous sa protection est menacée ».

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Hassen Khelifati " Des faillites ne sont plus à exclure dans le secteur des assurances "

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

Succession:Benyelles espère que Gaïd Salah aura la "sagesse de laisser les urnes décider"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Le président du Haut-Conseil islamique Bouabdallah Ghlamallah valide les assurances Takaful

   La notion de Takaful en assurances n’est pas antinomique avec l’islam, a déclaré jeudi à Alger, M. Bouabdallah Ghlamallah, le président du Haut conseil islamique (HCI).

Algérie : Une étude sur les préoccupations des opérateurs va être soumise à la Présidence - Samy Boukaila (Audio)

    Une  étude sur préoccupations des opérateurs économiques algériens réalisée par le Cercle d’action et de réflexion  autour de l’entreprise (Care) avec l’appui  du Centre international de l’entreprise privée (CIEP), relevant de la Chambre de commerce américaine, va être soumise à la présidence de la République et au gouvernement, a annoncé, jeudi sur Radio M, Samy Boukaila, membre du Care.

La Tunisie cherche à conserver son avance en matière de recherche et d’innovation (document OBG)

Des initiatives nationales de soutien aux start-ups conjuguées à des subventions internationales à la recherche devraient permettre de renforcer l’activité entrepreneuriale en Tunisie.