Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • lundi 22 mai 2017 12:41

En prolongeant le bail des français à B2-Namous, Boumediene a hâté l'évacuation de la base de Mers el-Kébir - Général R.Benyelles (Vidéo)

  Vue de la base navale de Mers El-Kébir, Oran (DR)

Pourquoi le président Houari Boumediene a-t-il accepté de prolonger la présence française sur la base de B2-Namous ? Pour hâter la récupération de la base navale de Mers el-Kebir, explique le général Rachid Benyelles sur RadioM.

 Les Français n’ont abandonné la base d’expérimentation chimique et bactériologique de B2-Namous, dans la wilaya de Béchar, qu’en 1986, a révélé Rachid Benyelles, général à la retraite dans son livre intitulé « dans les arcanes du pouvoir, mémoires de 1962 à 1999 » paru aux éditions Barzakh.

 

 

 

 Lors de son passage sur Radio M, hier, le général à la retraite a expliqué que la prolongation de la présence française dans cette base secrète qui devait être évacuée, au plus tard en 1978, est le résultat d’un accord passé entre les président Houari Boumediene et Charles de Gaulle.

Evacuation précoce de Mers el-kébir

 "Un échange de bons procédés" qui impliquait l’évacuation précoce, par les militaires français, de la base navale de Mers el-Kébir contre une prolongation de leur présence dans le grand sud. C’est d’ailleurs ce qui explique le fait que la base navale ait été évacuée au bout de six ans seulement au lieu de quinze années, à partir de 1962, comme le stipulé dans les accords d’Evian.

 « Le président Boumediene tenait beaucoup à récupérer la base de Mers el-Kébir et n’aimait pas l’idée que des Algériens traversent, dans leur pays, une zone contrôlée par l’armée française », a indiqué Rachid Benyelles précisant, en outre, qu’avec la possession de l’arme nucléaire par les Français « cette base n’avait plus le rôle stratégique qui lui était assigné, à savoir contrôler en cas de besoin, le détroit de Gibraltar ».

 L’invité de Radio M a expliqué, toutefois, qu’à partir de 1974, la présence française au niveau de la base de B2-Namous n’était plus aussi importante que durant les années précédentes.

 « Les Français ont commencé à démanteler leurs installations techniques à partir de 1974. Par la suite, la présence française (au niveau de cette base) était celle des scientifiques. Une présence épisodique, en fait. Ces scientifiques venaient certainement prendre des mesures et contrôler les résultats des essais bactériologiques et chimiques effectués sur place », a-t-il précisé.

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Média : Les réalisateurs étrangers à la rescousse de la production publicitaire en Algérie

Ce mois sacré de Ramadhan, qui fait monter la fièvre publicitaire et affoler les annonceurs, est devenu désormais le mois de surconsommation par excellence. Des dizaines de spots publicitaires défilent sans cesse à longueur de journée, tentant par tous les moyens de séduire le grand public.

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.