Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • lundi 5 juin 2017 16:06

"Nous ne cherchons pas de coupables mais la vérité sur l’assassinat de mon père" -Tarik Khider (Audio-Vidéo)

 Tarik Khider a publié ; L’affaire Khider, histoire d’un crime d’Etat impuni (Ph Ahmed Belghit)

«Nous cherchons pas de coupables mais seulement la vérité sur l’assassinat de mon père », a indiqué, dimanche sur Radio M, Tarik Khider qui vient de publier, aux éditions Koukou, un livre intitulé « L’affaire Khider, histoire d’un crime d’Etat impuni».

 



 

 

Le livre sorti, depuis peu, traite de l’assassinat de Mohamed Khider, l’un des déclencheurs de la révolution algérienne. Après le rôle qu’il a joué durant la révolution et à la tête du Front de libération nationale (FLN), Khider entre en opposition contre le président Houari Boumediène dès l’année 1966.

Selon l’auteur du livre, c’est la raison directe de son assassinat le 3 janvier 1967, en Espagne. Auparavant, il avait été accusé d’avoir détourné le trésor du FLN estimé à plus de cinq milliard de centimes, une manœuvre visant à ternir son image, selon son fils.

 Mohamed Khider était en charge du trésor du FLN et au cours du congrès du FLN d’avril 1964, il avait affirmé qu’il ne remettrait le trésor du parti qu’à une direction légitime élue par un congrès légitime, explique son fils. Une position pour laquelle on lui tiendra rigueur.

 

 

 Dans son livre, Tarik Khider accuse les autorités algériennes de l’époque d’avoir ordonné l’assassinat de son père. Il s’appuie, pour étayer ses dires, sur les rapports d’enquête de la police espagnole. L’enquête a très rapidement identifié l’assassin, un certain Dakhmouche Youcef qui a réussi à quitter le pays avant de décéder dans des conditions étranges en Algérie.

 D’après la police espagnole, Dakhmouche n’a pas agi seul mais sur ordre de l’ambassade algérienne à Madrid. Le nom de l’attaché culturel de l’ambassade, Rabah Boukhalfa, est cité dans l’enquête.

 «Celui-ci aurait commandité le meurtre et plusieurs éléments prouvent qu’il était en contact permanent avec Dakhmouche », assure Tarik Khider. Boukhalfa a été convoqué par la justice espagnole, ce qui a irrité les autorités algériennes qui ont invoqué l’immunité diplomatique. « Cette réaction prouve la responsabilité des autorités algériennes », estime l’invité de Radio M.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Média : Les réalisateurs étrangers à la rescousse de la production publicitaire en Algérie

Ce mois sacré de Ramadhan, qui fait monter la fièvre publicitaire et affoler les annonceurs, est devenu désormais le mois de surconsommation par excellence. Des dizaines de spots publicitaires défilent sans cesse à longueur de journée, tentant par tous les moyens de séduire le grand public.

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.