Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 22 Novembre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • vendredi 14 juillet 2017 22:26

Algérie : Signature d’une convention entre la bourse d’Alger et Jil’FCE

Le nombre de PME intéressés par un accès en bourse reste négligeable.

 

Une convention de partenariat a été signé jeudi entre la Bourse d’Alger et l’association patronale des jeunes entrepreneurs Jil’FCE portant sur l’accompagnement des PME dans leur démarches en vue d’accéder à la bourse. « Les deux parties s’engagent à renforcer les liens de coopération afin de promouvoir la bourse et sensibiliser les jeunes chefs d’entreprise sur les opportunités de financement des startups via le marché PME de la Bourse d’Alger, en vue d’accompagner leur croissance », lit-on dans le communiqué de Jil’FCE.

Selon le directeur général de la bourse d’Alger, Yazid Benmouhoub, « la conjoncture actuelle, à la différence des années précédentes,  permet à la bourse d’être un outil de financement et de se servir comme une alternative de financement des entreprises, qu’elles soient grandes ou petites ».

M. Benmouhoub a souligné que la bourse permet  d’augmenter « la capacité d’endettement et de négociation avec les banques, ce qui permet ensuite d’emprunter à des taux préférentiels ». D’ailleurs, depuis 2015 « les sociétés cotées en bourse bénéficient aussi d’avantages fiscaux, sur  l’IBS à hauteur du taux d’ouverture ».

Pour ce qui est des entreprises qui ont l’intention d’intégrer la Bourse, le président de Jil’FCE, Mohamed Skander a annoncé qu’il y avait « en principe cinq PME qui sont prêtes à franchir le pas. Elles activent dans les secteurs de la transformation du plastique, l’aquaculture, les services, le montage de l’équipement agricole et le digital ». « Le secteur du digital peut prendre une grosse part et peut attirer des épargnants algériens, vu le grand marché ouvert aux TPE et PME», a-t-il précisé.

Faire en sorte que les PME accèdent à la Bourse ne sera pas chose aisée, surtout que cette institution financière n’a pas su attirer les grandes entreprises. D’ailleurs sur les 3000 adhérents de Jil’FCE, seuls 5 PME s’intéressent à la bourse.

Rencontré à la cérémonie de signature de la convention, le directeur général de la compagnie d’assurance Macir Vie, Hakim Soufi estime important le fait que la Bourse d’Alger s’intéresse aux PME, précisant que celle-ci peuvent être à la pointe dans un certain nombre de domaines tels que le e-paiement, par exemple. 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • s il yavaituncertain la mardeu sein du fce cette entite ca fait longtemps quele erait un atout de developeent pour ce pauvre pays gerer par des ighioualsebki yabladi

    Rapporter mereabet samedi 15 juillet 2017 05:37
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib (Audio)

Mabrouk Aib estime que la baisse du prix du baril devrait être perçue comme « le signal d’alarme qui nous réveille » pour réfléchir à diversifier notre économie.

La France propose une rencontre sur les TIC avec les pays du Maghreb

  En Tunisie, le secteur des TIC contribue à hauteur de 7,5% du PIB et affiche une croissance à deux chiffres.

Tunisie : Le gouvernement ambitionne de porter la croissance à 3% en 2018

La Tunisie, qui identifie, depuis 2011, des solutions pour sortir de sa crise n’a pu réaliser qu’un très faible taux de croissance, de moins de 1% pendant les six dernières années.