Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 25 Septembre 2017

  •   Xinhua
  • lundi 17 juillet 2017 13:55

Mauritanie : la majorité et l'opposition se mobilisent pour le référendum du 5 août

Les amendements portent sur la suppression du Sénat, le changement du drapeau et de l'hymne du pays.

 

A trois semaines du référendum du 5 août prochain sur la révision de la Constitution de la Mauritanie, la majorité au pouvoir et l'opposition ont déployé leurs états-majors pour convaincre l'électorat de voter pour ou contre ce projet.

Cette consultation doit trancher la question des amendements de la Constitution, voulus par le chef de l'Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, qui portent sur la suppression du Sénat, le changement du drapeau et de l'hymne du pays.

Ces amendements adoptés par l'Assemblée nationale ont été rejetés par le Sénat où la mouvance présidentielle est pourtant majoritaire.

Pour contourner cet obstacle, le chef de l'Etat a choisi la voie référendaire en vue de l'adoption des réformes que l'opposition radicale structurée au sein du Forum national pour la démocratie et l'unité, a également rejetées.

Le chef du parti au pouvoir Me Sidi Mohamed Ould Maham, ainsi que des membres du gouvernement, notamment le Premier ministre, Yahya Ould Hademine, ont déjà commencé à tenir des meetings dans différentes provinces du pays pour mobiliser les soutiens en faveur des réformes de la Constitution.

De leur côté, les partis d'opposition, pour lesquels, cette consultation "ne répond à aucun enjeu" et constituent "un divertissement de l'opinion visant à la détourner des vrais problèmes du pays", se mobilisent pour faire échouer ce processus. D'après eux, derrière la consultation, se profile la volonté exprimée par la majorité au pouvoir de voir le président Mohamed Ould Abdel Aziz "bénéficier d'un troisième mandat pour continuer les chantiers restés inachevés".

La Constitution du pays ne prévoyant que deux mandats, le chef de l'Etat devrait quitter le pouvoir en 2019, année d'expiration de son second mandat.

Pour dénoncer le référendum, l'opposition radicale a organisé, samedi dernier, trois marches simultanées sur différentes artères de la capitale Nouakchott, auxquelles ont pris part des milliers de Mauritaniens.

Ces marches dirigées par des leaders du Forum national pour la démocratie et l'unité (FNDU), avaient pour slogan "Faisons échec à ce référendum".

Au cours du meeting qui a clôturé les trois marches, les dirigeants de partis politiques, des parlementaires, des syndicalistes et des personnalités indépendantes opposés aux réformes ont appelé à faire du porte-à- porte pour décourager toute participation au référendum. 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Une première en Algérie : Une centrale photovoltaïque sur la toiture de la nouvelle aérogare d'Oran

   La nouvelle aérogare de l'aéroport Ahmed Ben Bella d'Oran va se mettre au renouvelable avec une centrale photovoltaïque "de dernière génération" installée sur sa toiture.

Algérie: Mise en service d'une centrale solaire photovoltaïque de 20 mégawatts à Ain El Melh (M’sila)

Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a procédé dimanche dans la wilaya de M’sila à la mise en service de la centrale solaire photovoltaïque de la commune d’Ain El Melh, située à 120 km au sud-ouest du chef- lieu de wilaya.

Algérie- Le besoin de financement du Trésor pour l'année 2017 est supérieur à 500 milliards DA

Selon le gouvernement, le maintien des prix sur les marchés pétroliers, à leur niveau actuel, "accentuera les tensions sur la trésorerie de l'Etat, à court et à moyen termes".