Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Juillet 2017

  •   Xinhua
  • lundi 17 juillet 2017 13:55

Mauritanie : la majorité et l'opposition se mobilisent pour le référendum du 5 août

Les amendements portent sur la suppression du Sénat, le changement du drapeau et de l'hymne du pays.

 

A trois semaines du référendum du 5 août prochain sur la révision de la Constitution de la Mauritanie, la majorité au pouvoir et l'opposition ont déployé leurs états-majors pour convaincre l'électorat de voter pour ou contre ce projet.

Cette consultation doit trancher la question des amendements de la Constitution, voulus par le chef de l'Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, qui portent sur la suppression du Sénat, le changement du drapeau et de l'hymne du pays.

Ces amendements adoptés par l'Assemblée nationale ont été rejetés par le Sénat où la mouvance présidentielle est pourtant majoritaire.

Pour contourner cet obstacle, le chef de l'Etat a choisi la voie référendaire en vue de l'adoption des réformes que l'opposition radicale structurée au sein du Forum national pour la démocratie et l'unité, a également rejetées.

Le chef du parti au pouvoir Me Sidi Mohamed Ould Maham, ainsi que des membres du gouvernement, notamment le Premier ministre, Yahya Ould Hademine, ont déjà commencé à tenir des meetings dans différentes provinces du pays pour mobiliser les soutiens en faveur des réformes de la Constitution.

De leur côté, les partis d'opposition, pour lesquels, cette consultation "ne répond à aucun enjeu" et constituent "un divertissement de l'opinion visant à la détourner des vrais problèmes du pays", se mobilisent pour faire échouer ce processus. D'après eux, derrière la consultation, se profile la volonté exprimée par la majorité au pouvoir de voir le président Mohamed Ould Abdel Aziz "bénéficier d'un troisième mandat pour continuer les chantiers restés inachevés".

La Constitution du pays ne prévoyant que deux mandats, le chef de l'Etat devrait quitter le pouvoir en 2019, année d'expiration de son second mandat.

Pour dénoncer le référendum, l'opposition radicale a organisé, samedi dernier, trois marches simultanées sur différentes artères de la capitale Nouakchott, auxquelles ont pris part des milliers de Mauritaniens.

Ces marches dirigées par des leaders du Forum national pour la démocratie et l'unité (FNDU), avaient pour slogan "Faisons échec à ce référendum".

Au cours du meeting qui a clôturé les trois marches, les dirigeants de partis politiques, des parlementaires, des syndicalistes et des personnalités indépendantes opposés aux réformes ont appelé à faire du porte-à- porte pour décourager toute participation au référendum. 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Snateg écrit à Tebboune et parle de corruption à la Sonelgaz

  La direction de la Sonelgaz est accusée par le Snateg de violation des droits des travailleurs et d’entrave à l’activité syndicale.

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».