Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 18 Novembre 2017

  •   Xinhua
  • lundi 17 juillet 2017 13:55

Mauritanie : la majorité et l'opposition se mobilisent pour le référendum du 5 août

Les amendements portent sur la suppression du Sénat, le changement du drapeau et de l'hymne du pays.

 

A trois semaines du référendum du 5 août prochain sur la révision de la Constitution de la Mauritanie, la majorité au pouvoir et l'opposition ont déployé leurs états-majors pour convaincre l'électorat de voter pour ou contre ce projet.

Cette consultation doit trancher la question des amendements de la Constitution, voulus par le chef de l'Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, qui portent sur la suppression du Sénat, le changement du drapeau et de l'hymne du pays.

Ces amendements adoptés par l'Assemblée nationale ont été rejetés par le Sénat où la mouvance présidentielle est pourtant majoritaire.

Pour contourner cet obstacle, le chef de l'Etat a choisi la voie référendaire en vue de l'adoption des réformes que l'opposition radicale structurée au sein du Forum national pour la démocratie et l'unité, a également rejetées.

Le chef du parti au pouvoir Me Sidi Mohamed Ould Maham, ainsi que des membres du gouvernement, notamment le Premier ministre, Yahya Ould Hademine, ont déjà commencé à tenir des meetings dans différentes provinces du pays pour mobiliser les soutiens en faveur des réformes de la Constitution.

De leur côté, les partis d'opposition, pour lesquels, cette consultation "ne répond à aucun enjeu" et constituent "un divertissement de l'opinion visant à la détourner des vrais problèmes du pays", se mobilisent pour faire échouer ce processus. D'après eux, derrière la consultation, se profile la volonté exprimée par la majorité au pouvoir de voir le président Mohamed Ould Abdel Aziz "bénéficier d'un troisième mandat pour continuer les chantiers restés inachevés".

La Constitution du pays ne prévoyant que deux mandats, le chef de l'Etat devrait quitter le pouvoir en 2019, année d'expiration de son second mandat.

Pour dénoncer le référendum, l'opposition radicale a organisé, samedi dernier, trois marches simultanées sur différentes artères de la capitale Nouakchott, auxquelles ont pris part des milliers de Mauritaniens.

Ces marches dirigées par des leaders du Forum national pour la démocratie et l'unité (FNDU), avaient pour slogan "Faisons échec à ce référendum".

Au cours du meeting qui a clôturé les trois marches, les dirigeants de partis politiques, des parlementaires, des syndicalistes et des personnalités indépendantes opposés aux réformes ont appelé à faire du porte-à- porte pour décourager toute participation au référendum. 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

PLF 2018 : La Commission des finances de l'APN retire l'impôt sur la fortune

  La Commission des finances de l'APN a jugé "inutile" d'introduire un impôt sur la fortune, dont la mise en application est impossible faute d'une législation fiscale moderne et de mécanisme d'évaluation de la fortune.  

Tunisie- L'âge de départ à la retraite sera porté à 62 ans à partir de 2020

A partir de 2020, l’âge de la retraite sera porté  à deux ans de façon obligatoire et progressive et il est possible de proroger l’âge de départ à la retraite de 62 à 65 ans pour ceux qui le désirent.

Tunisie- La Banque centrale va mettre en place un laboratoire de recherche Blockchain

Une commission de réflexion a été mise en place au niveau de l’institut de l’émission qui va étudier à moyen termes le potentiel, les techniques et la place que pourrait avoir le blockchain dans le système tunisien.